Artiste de formation, Véronique Gemme donne des ateliers de journal créatif depuis bientôt quatre ans. L’un d’eux aura lieu le 17 février à la bibliothèque de Bromont.

Effervescent exutoire

Le syndrome de la page blanche frappe chaque jour à travers le globe. Véronique Gemme ne figure toutefois pas au rang des victimes. Elle voit plutôt dans une feuille immaculée le canevas d’un exutoire guidé par l’instinct. C’est de cette prémisse que sont nés les ateliers de journal créatif chapeautés par l’artiste peintre bromontoise.

Comme bien des adolescentes, Véronique Gemme tenait un journal intime à l’intérieur duquel elle cumulait ses états d’âme. Tout ce qu’il y a de plus traditionnel. Artiste de formation, elle a découvert une nouvelle façon de s’exprimer en faisant la connaissance d’Anne-Marie Jobin, fondatrice de l’école le Jet d’Ancre, à Granby.

« J’ai toujours aimé les pages blanches. C’est un lieu où l’imaginaire peut occuper tout l’espace. Avec le journal créatif, pas besoin d’être rationnel. Je suis moi-même dans l’abstrait et je peux utiliser seulement des couleurs pour faire sortir une charge émotive. C’est très libérateur », confie l’artiste.

L’idée de partager les connaissances acquises auprès de Mme Jobin a germé il y a quelques années lors de stages en tant qu’animatrice d’ateliers de journal créatif. « Autant j’ai du plaisir à faire mes propres trucs créatifs, autant ça me nourrit de guider les gens, dit-elle. Alors, j’ai décidé de me lancer. »

C’est ainsi qu’elle a concocté ses propres activités exploratoires, qui se veulent complètement éclatées, colorées, voire hétéroclites, où s’entrecroisent signes et dessins.

Sans limites
En fait, les ateliers de Véronique Gemme s’articulent autour de trois techniques : le collage, le dessin et l’écriture créative. Mais pas question ici de se restreindre à la linéarité. « On peut utiliser la main non dominante, tant pour dessiner qu’écrire, cite-t-elle en exemple. Ça nous amène à penser différemment. »

Véronique Gemme donne des ateliers au grand public depuis quatre ans. Elle a rapidement fait tomber les barrières que s’imposent [trop] souvent les participants. « J’ai découvert que les gens sont habitués de demander s’ils ont le droit de faire les choses à leur façon. Particulièrement les enfants, mentionne-t-elle. Dans le journal créatif, on peut faire tout ce que l’on veut. Ça nous appartient. On s’exprime comme on est, sans peur d’être jugés. »

Le concept même des activités proposées par l’artiste, la plupart du temps ouvertes aux enfants de neuf ans et plus ainsi qu’aux adultes, est empreint de simplicité et de convivialité. « Je lance rapidement les participants dans le bain. Ils touchent aux trois langages. Je leur fais piger une image en fonction de leur sentiment du moment. Ensuite, ils choisissent un mot et une couleur », indique l’animatrice.

Véronique Gemme évoque également que les ateliers favorisent la complicité et les rapprochements parent-enfant. « C’est beau à voir. Les membres d’une même famille sortent souvent avec des étincelles dans les yeux », illustre-t-elle.

Un atelier de journal créatif aura lieu à la bibliothèque municipale 17 février, de 10 h à 12 h. L’activité est gratuite pour les Bromontois.

Les non-résidants devront débourser 5 $.

Pour de plus amples renseignements, consultez le site de la Ville (bromont.net) ou contactez l’équipe de la bibliothèque au 450-534-2451.