Les élèves de l’école de la Clé-des-Champs de Dunham concoctent maintenant des smoothies en pédalant après avoir remporté un concours lancé par un enseignant patenteux du CRIF.

Du vélo-smoothie à l’école !

Décidément, l’équipe-école de l’établissement scolaire de la Clé-des-Champs, à Dunham, prend soin de la santé de ses 185 élèves ! Après l’instauration du programme Bouge au cube à l’été 2017, voilà que les enfants peuvent concocter des smoothies tout en pédalant après avoir remporté un concours contre trois écoles de Granby. Mais que leur est-il passé par la tête ?

Mettons d’abord les choses au clair. Le vélo-smoothie ne court pas les rues. A priori, c’est normal, vu que cette bicyclette pas comme les autres n’avance pas. Elle a pour seule utilité d’utiliser la force des jambes et de remplacer le moteur… d’un robot-mélangeur. Résultat, de beaux smoothies pleins de vitamines et de fibres sont concoctés pour les enfants.

« Pour une école qui bouge beaucoup comme la nôtre, un vélo qui permet de faire des smoothies, c’était parfait ! On est entrés dans le projet à cent mille à l’heure », s’enthousiasme Michel Moreau, directeur de l’école primaire de la Clé-des-Champs.

Vidéo gagnante

Si Dunham dispose désormais d’un vélo-smoothie, c’est grâce aux élèves de la classe de 4e année de l’enseignante Manon Dussault. Ils ont participé à la réalisation de la vidéo leur ayant permis de remporter le concours vélo-smoothie.

« Le jeu de rôle des jeunes comédiens était parfait. Le rendu final et le montage super. Le scénario était incroyable! », explique Dominic Guérin, un professeur patenteux à la formation aux adultes du CRIF. C’est lui qui est à l’origine du concours. « Je voulais promouvoir les saines habitudes de vie. » Il a alors lancé le défi à toutes les écoles primaires de la commission scolaire du Val-des-Cerfs de lui faire parvenir une vidéo démontrant leur motivation à vouloir se procurer un tel engin.

L’enseignement des arts dramatiques à l’école de Dunham a contribué à présenter une vidéo de qualité. « On avait de super comédiens, souligne Mme Dussault. C’est une belle expérience, les élèves étaient très motivés. »

Si l’école a su tirer son épingle du jeu, c’est aussi beaucoup grâce à la mobilisation de parents. « Des parents bénévoles sont venus donner un coup de main lors des journées de tournage pour préparer les élèves, faire des pratiques en art dramatique et pour que le rendu soit intéressant », précise M. Moreau.

L’un des parents, Rebecca Rowley, s’est particulièrement investie dans le projet, avec la boîte de production de films indépendants Trois flèches productions dont elle fait partie. Une partie de sa mission est d’ailleurs de sensibiliser les jeunes à la vidéo.

L’école de la Clé-des-Champs a ainsi remporté le concours vélo-smoothie, au nez et à la barbe des écoles Saint-André, Sainte-Famille et du Phénix (pavillon Saint-Eugène).

Une gageure, un projet

« C’est parti d’une gageure avec les autres enseignants, raconte Dominic Guérin. On s’est dit qu’on était capables de construire un vélo-smoothie avec les pièces qu’on avait à l’école. »

L’idée lui est venue d’un atelier sur la santé auquel il avait assisté et lors duquel l’un des organismes présents avait présenté un vélo ainsi modifié avec un mélangeur à jus activé par la force du pédalier. M. Guérin travaille à l’Atelier 1111, un plateau de travail destiné à des élèves de 16 à 24 ans. Les jeunes y réparent des vélos pour les gens ayant des besoins particuliers. Si l’idée est partie du prof et qu’il a lui-même fabriqué le vélo-smoothie ses élèves ont, quant à eux, décidé des critères du concours et déterminé l’école gagnante.

Quoi faire avec ?

C’est bien beau, un vélo-smoothie, mais comment l’école compte-t-elle l’utiliser maintenant ?

« On va faire des ateliers smoothie, pour faire découvrir des fruits que les enfants ne connaissent pas forcément, indique le directeur de l’école. On veut amener plus de vitamines dans leur quotidien. »

Ne disposant pas de service de cafétéria et ayant déjà mis en place le compostage, l’école vise aussi la boîte à lunch zéro déchet ».

« Tout ça s’inscrit dans les saines habitudes de vie », ajoute-t-il.

La classe de 4e année n’est pas en reste. Mme Dussault veut mettre en place un projet de microentreprise avec ses élèves autour de la vente de smoothies à la récréation. Une demande de subvention auprès de OSEentreprendre est même prévue en ce sens pour 2019. L’école de la Clé-des-Champs n’a apparemment pas fini de surprendre...