Gilles Paradis, c’est Monsieur Compost. Le 10 octobre, il offrira une conférence gratuite sur le sujet à l’hôtel de ville de Granby.

Démythifier l’art de composter

Au fil du temps et des conférences qu’il a données, Gilles Paradis est devenu Monsieur Compost. Sur son terrain longeant la rivière Noire, l’équivalent de sept composteurs produisent l’or brun-noir qui alimente ses 1 100 variétés d’arbres, arbustes, vivaces et conifères. La nature, il connaît ça. C’est donc tout naturellement que la MRC de la Haute-Yamaska s’est tournée vers lui pour parler de compostage à ses concitoyens. Le 10 octobre, tous sont invités à l’entendre, lui qui compare l’art de composter à celui de concevoir un gâteau.

Son pouce plus que vert, Gilles Paradis le doit à sa grand-mère Clarinda. Enfant, il était le seul de sa famille à pouvoir entrer dans le potager de l’aïeul. « Elle m’a carrément lavé le cerveau ! », lance en riant celui qui, à 78 ans, sera bientôt arrière-grand-père pour une cinquième fois.

« Elle me disait de ne pas m’attendre à ce qu’un sol donne sans relâche et pendant des années sans que moi, je ne lui aie donné tout ce dont il a besoin, ajoute-t-il. C’était comme une prière. ‘Sans compost, tu n’obtiendras rien ! ’ Et ça, elle me le répétait chaque fin de semaine. Elle était effrayante ! Mais aujourd’hui, je pense que je suis pire qu’elle ! »

Sa passion le compostage, mais également celle pour les végétaux, les papillons, les oiseaux ou encore les jardins d’eau, il la partage à son tour, et ce, depuis des décennies. Au fil du temps, il a entres autres fondé la Société d’horticulture et d’écologie des Trois Clochers, dans la MRC des Maskoutains. Il a été président de l’Association des petits jardins du Québec. Il a reçu de nombreux prix et honneurs pour ses talents de jardinier, ses enseignements et pour son implication dans le milieu horticole. Le jardin du Centre d’interprétation des énergies renouvelables de Richelieu porte d’ailleurs son nom aujourd’hui.

Jusqu’à cet été, des autobus entiers s’arrêtaient chez lui pour admirer ses jardins, dans lesquels lui et sa femme, Simonne Audet, mettent beaucoup de temps et d’amour.

« Tout ça est facile pour moi, raconte M. Paradis entouré d’hydrangées en fleurs, d’hostas gigantesques et de sédums remarquables. Tu ne peux pas avoir un plus beau bagage quand tu commences à 5 ans et qu’aujourd’hui tu en as 78 ! Et pour les gens, je mets ça facile. »

Sa recette... de gâteau
Comme le veut le dicton, on n’est jamais mieux servi que par soi-même et cela s’applique jusque dans le bac à compost. « Pour avoir une qualité supérieure, mieux vaut le faire soi-même », dit Monsieur Compost.

Dans leur jardin, Gilles Paradis et sa femme Simonne Audet compte 1100 variétés de vivaces, arbres, arbustes et conifères.

Et la recette est simple. Suffit de toujours mettre le double de feuilles mortes (azote) que de déchets organiques (carbone) et de mélanger le tout. « C’est comme un gâteau ! », souligne-t-il.

Et le composteur, toujours en lien avec le sol et jamais au soleil. Toujours à l’ombre. Le secret pour obtenir un bon compost est de le maintenir humide.

« Au soleil, il va chauffer », indique M. Paradis qui commence chaque composteur avec un tapis d’environ huit à dix pouces de feuilles humides, sur lequel il ajoute des déchets organiques avant de mélanger le tout.

Et malgré la présence de quatre composteurs derrière son cabanon, on ne remarque aucune odeur dérangeante ou présence de petits rongeurs.

Un autre conseil de Monsieur Compost : pour un composteur, il faut respecter une grosseur minimale d’au moins un mètre cube. « Les gens doivent comprendre qu’on ne peut pas composter dans un cinq gallons, illustre-t-il. Faut pouvoir y faire augmenter le température pour avoir de l’humidité. »

« C’est ben, ben simple le compost, termine le spécialiste. Il faut juste savoir comment agir. »

Et c’est justement ce qu’il a l’intention d’enseigner aux gens qui se présenteront à sa conférence, offerte gratuitement par la MRC de la Haute-Yamaska, le mercredi 10 octobre prochain. La rencontre a lieu à 19 h à l’hôtel de ville de Granby. Aucune inscription n’est requise.

« Ce n’est pas pour me vanter, mais quand les gens sortent de mes conférences, ils sont gonflés à bloc, indique Monsieur Compost. Ils compostent même la nuit ! »

La MRC offre cette conférence sur le compostage domestique cet automne, car c’est le meilleur temps de l’année pour commencer à composter à la maison