Charline Jetté, une élève de l’école J.-H.-Leclerc a organisé, en octobre dernier, une friperie d’un jour. Elle sera, elle aussi, de la grande Journée UNIS du jeudi 22 février.

Charline Jetté en avant-scène

En octobre dernier, Charline Jetté, une élève en cinquième secondaire à l’école J.-H.-Leclerc, organisait une friperie d’un jour pour sensibiliser les gens à la consommation responsable, à l’environnement et au travail des enfants. Depuis le début de l’année scolaire, elle compte déjà 70 heures de bénévolat dans sa communauté. L’an passé, elle en a accumulé 150. Fin mars, elle s’envolera pour un voyage humanitaire au Nicaragua. Qu’elle fasse partie de la poignée de jeunes qui témoigneront de leur expérience lors de la Journée UNIS était donc tout naturel.

«C’est stressant, mais je suis contente de voir que certaines personnes reconnaissent ce que je fais, même si je ne le fais pas pour ça. C’est vraiment l’fun!», a lancé la jeune fille inscrite au Programme d’éducation international.

Charline montera sur la scène du Théâtre St-Denis, la même qui accueillera ce jour-là, entre autres le réalisateur Alexandre Trudeau, l’animatrice Maripier Morin, l’auteure-compositrice-interprète Laurence Nerbonne et le conférencier Jasmin Roy.


« Une journée comme celle-là, c’est super important, parce que les jeunes représentent le futur. »
Charline Jetté

C’est Éric Archambault, du Service d’animation spirituelle et d’engagement communautaire à l’école J.-H.-Leclerc, qui a soumis la candidature de Charline. «Quand il m’en a parlé, je ne voyais pas l’ampleur de la journée, ne cache pas l’adolescente. J’ai fouillé et c’est vraiment gros! C’est parti d’un rêve. C’est un événement auquel tu dois être invité. Alors je trouve ça vraiment l’fun

La Journée UNIS a été lancée par les frères Craig et Marc Kielburger, philanthropes, activistes et entrepreneurs sociaux. Elle est une branche de l’organisme UNIS, organisation caritative qui pousse vers le changement autant à l’échelle locale qu’internationale qui compte aussi une entreprise sociale nommée ME to WE. La Journée UNIS vise le changement social.

«En étant UNIS, on peut changer le monde», soutiennent les frères Kielburger. Ensemble, ils ont trouvé le moyen d’amener les jeunes à créer le changement en les renseignant sur les nombreux enjeux internationaux et les causes sociales, en partenariat avec les écoles. Rendre l’entraide cool pour changer le monde, est une de leur mission. Une formule qui semble porter ses fruits.

«Une journée comme celle-là, c’est super important, parce que les jeunes représentent le futur, insiste Charline. De voir qu’on est aussi nombreux à vouloir changer le monde, c’est vraiment cool!»

Des élèves du Mont-Sacré-Coeur à la fête

Les jeunes capables de créer un changement positif par de petits gestes sont légion au Québec. Le 22 février, le Théâtre St-Denis en sera d’ailleurs rempli. Ce jour-là, la Journée UNIS y battra son plein et des ados d’ici seront de la partie.

«Souvent, devant certaines problématiques, on se fait dire qu’on n’a pas le pouvoir d’aider parce qu’on est trop jeunes. Avec la Journée UNIS, ça va être super nice! Enfin, tous ensemble, on va pouvoir se parler de divers enjeux. Ça va être vraiment inspirant!», souligne une des participantes, Laurence Normandin.

Laurence fait partie du groupe d’élèves du collège Mont-Sacré-Coeur sélectionnés pour participer à la Journée UNIS qui réunira près de 2000 jeunes et enseignants de partout au Québec. Une journée qui soulignera l’apport à la communauté de tous ces ados qui s’impliquent.

Au collège au cours de l’année, autant les membres du groupe UNIS que les élèves du conseil étudiant et ceux du groupe de leadership communautaire ont donné de leur temps pour une cause. Par exemple, près de 400 livres usagés ont été donnés à cinq organismes de la région. Un marathon d’écriture a été organisé pour Amnistie Internationale. Un party polaire a été pensé par le conseil étudiant, ce qui a permis de remettre une somme de 370$ à la Fondation TEL-JEUNES. Des élèves sont allés à la rencontre de personnes âgées. Plus de 370 cadeaux neufs ont été remis aux enfants de Granby par l’entremise du projet de parrainage de Noël. 

«Plus de 250$ ont été amassés pour les enfants du Guatemala avec l’activité la livraison du cœur à la Saint-Valentin et, bientôt, aura lieu la guignolée du printemps», souligne Isabelle Lamontagne, animatrice de pastorale au collège.

Laurence Normandin fait partie du groupe UNIS, regroupement qui invite les jeunes désireux de s’engager dans leur communauté. «Je suis une personne qui a un grand désir d’aider, dit celle qui revient d’ailleurs d’un séjour de trois semaines au Guatemala. Je sais qu’une toute petite action peut parfois changer les choses, alors je tente de m’impliquer toujours un peu plus.»

Participer à une célébration sur le changement durable et le pouvoir qu’ont les jeunes est donc, pour elle, un véritable cadeau. «J’ai super hâte!», ne cache pas l’élève de troisième secondaire.