Myriam Marleau, Anny Schneider, Sylvie Rémillard et Nathalie Beaudoin parmi les calendules orangées.

Célébrer la calendula

Attablées autour de muffins à la calendula et de kombucha maison, quatre passionnées d’herboristerie discutent avec enthousiasme de plantes et de projets : elles achèvent la préparation du pan régional de la journée de la calendula, qui aura lieu le samedi 11 août à la Boutique Fleuravie, à Bromont.

« La nature est la meilleure pharmacie ! », déclare Anny Schneider, herboriste et auteure de renom.

Si la Bromontoise d’adoption se plaît au Québec, elle a tout de même rapporté un certain bagage culturel de son pays natal. « En France, les pharmaciens vendent 80 plantes séchées. Ils se souviennent que [leur travail] est filial des apothicaires », évoque Mme Schneider.

Pour elle, la journée de la plante médicinale organisée chaque année par la Guilde des herboristes est donc une occasion en or pour partager sa passion avec la population. « C’est un peu comme les Journées de la culture : l’entrée est gratuite et c’est vraiment pour faire rayonner l’herboristerie ! », annonce-t-elle. Cette année, c’est la calendula, une fleur jaune ou orangée, qui est à l’honneur.

Mme Schneider a suggéré à Sylvie Rémillard, propriétaire de la boutique d’herboristerie Fleuravie, d’accueillir le pan régional de cet événement. Deux autres herboristes, Myriam Marleau et Nathalie Beaudoin, ont également rejoint le projet.

FLEUR DE L’ANNÉE
« Calendula officinalis, le nom latin de la calendula, veut dire “tiré de l’officine” [laboratoire du pharmacien], parce qu’il est utilisé depuis des temps immémoriaux comme remède », explique Anny Schneider.

Myriam Marleau, herboriste clinicienne, renchérit : « C’est une plante de premier soin. C’est comme un pansement pour tout ce qui est blessure à l’externe ou tube digestif. »

La plante est par exemple utilisée en onguent pour soigner l’érythème fessier des bébés, une inflammation de la peau souvent causée par un champignon. « Ça va calmer l’irritation, mais la calendula a aussi une action antifongique, donc elle va tuer les champignons. Alors on ne fait pas juste “patcher” le bobo, on règle le problème ! », précise Mme Marleau.

« Mais il faut vraiment une bonne qualité de fleur — cueillie au bon moment, avant la pollinisation, parce que c’est là qu’il y a le plus haut taux d’éléments actifs », ajoute Mme Schneider.

La calendula (Calendula officinalis) est utilisée comme remède « depuis des temps immémoriaux », selon l’herboriste et auteure Anny Schneider.

C’est ici qu’entre en scène Sylvie Rémillard. Méfiante des plantes broyées et décolorées qu’elle trouvait sur le marché, elle a décidé de faire pousser ses propres végétaux et a fondé sa boutique d’herboristerie en 2003. Elle s’assure ainsi de la fraîcheur et de la qualité de ses produits, dont la fleur de calendula.

Les quatre organisatrices s’entendent pour dire qu’il s’agit d’une fleur extraordinaire qu’elles ont hâte de faire connaître à tous lors des activités du 11 août prochain. Elles préparent d’ailleurs tout un programme pour l’occasion, chacune selon son expertise.

JOURNÉE REMPLIE
La journée de la plante médicinale débutera avec un atelier de « connexion à la calendula » animé par Sylvie Rémillard, suivi d’une conférence sur ses propriétés et vertus médicinales donnée par Myriam Marleau.

Puis, au dîner, 15 personnes auront la chance de déguster un repas unique : des plats de fleurs comestibles préparés par Nathalie Beaudoin, auteure du livre Des fleurs dans votre assiette.

Son livre, qu’elle décrit comme un ouvrage général, classe les fleurs par catégories (aromates, condiments…) et indique les plantes non comestibles, en plus de comporter des sections jardinage, cueillette, préparation, conservation et ainsi de suite. « Anny aime dire que je suis une zélée ! », rigole Nathalie Beaudoin.

Elle avertit que les 15 places pour le dîner sont déjà réservées, mais qu’elle donne régulièrement des ateliers de cuisine de fleurs pour ceux qui voudraient se reprendre. Rendez-vous au www.nathalieenherbe.com pour plus de détails.

Sylvie Rémillard invite tout de même les autres participants à pique-niquer sur place, sur le grand terrain parsemé des jardins de Fleuravie.

Finalement, Anny Schneider animera une sortie d’identification de la flore sauvage en après-midi.

Pendant la journée, il sera également possible de faire dédicacer les livres d’Anny Schneider et de Nathalie Beaudoin, en plus de visiter des kiosques ou d’avoir une consultation express avec l’une des herboristes. Des activités pour les enfants sont aussi prévues, et la journée aura lieu beau temps, mauvais temps.

Pour plus d’informations, visitez le www.facebook.com/journeedelaplante ou appelez au (450) 534-5129.