Martine St-Germain, directrice générale des Cuisines collectives de la Montérégie, invite les entreprises et regroupements de tous genres à découvrir l’atelier Le goût du succès où tout en cuisinant, les participants apprennent à travailler en équipe et à communiquer dans un but commun... dans le plaisir.

CCM: un atelier pimenté pour se financer

La table est mise aux Cuisines collectives de la Montérégie. Après avoir mijoté l’idée pendant un an, l’organisme ajoute Le goût du succès à sa liste d’ateliers. Désormais, les entreprises et organisations qui souhaitent stimuler la solidarité et la communication au sein de leur troupe pourront le faire dans le cadre d’une compétition culinaire hors de l’ordinaire.

« Les filles (animatrices) sont habituées d’amener les gens à collaborer, à s’entraider en cuisine, explique Martine St-Germain, directrice générale des Cuisines collectives de la Montérégie (CCM). On voulait proposer une activité loufoque pour que les participants tissent les liens et apprennent à se connaître. On a rallié nos forces et nos connaissances pour développer ce team building. »

« Nous ne sommes pas des spécialistes en ressources humaines, mais on sait à quel point la consolidation d’équipe peut avoir un impact positif, un bel effet, dans un milieu de travail », ajoute-t-elle.

D’ailleurs, Mme St-Germain tend la main aux firmes qui œuvrent dans le domaine des ressources humaines qui souhaiteraient se coller au projet. « On est prêts à développer des partenariats », indique-t-elle.

Le goût du défi

Huit à 12 personnes d’un même groupe peuvent participer au défi culinaire. Une fois sur place, directement dans la cuisine entièrement équipée des CCM situées au Centre communautaire St-Benoit à Granby, ils peuvent concevoir un plat à partir d’une boîte d’ingrédients surprise ou concocter une recette préétablie. L’activité s’étend sur trois heures, mais la conception du plat, lui, dure 90 minutes. Un minuteur installé au mur permet d’ailleurs de maintenir le taux d’adrénaline à son maximum tout le long de l’aventure. « Le tout se déroule dans un environnement professionnel où il y a de l’espace et tous les outils nécessaires, insiste Mme St-Germain. Ce n’est pas du tout artisanal ! »

Au cours de la compétition, les participants sont appelés à relever divers défis. « Par exemple, si quelqu’un échappe une cuillère, il doit piger un défi, explique Mélanie Miclette, animatrice. Le but est d’aider la cohésion d’équipe. Le participant peut être appelé à ne pas se servir de sa main droite pendant trois minutes… On leur fait faire des trucs qui déstabilisent. »

Deux animatrices accompagnent chaque fois les participants dans leur activité. Au terme de celle-ci, tous dégustent les plats préparés, même que des portions peuvent ensuite être apportées à la maison ou au bureau. L’équipe gagnante repart aussi avec un cadeau.

D’une pierre deux coups

En plus de permettre aux entreprises et regroupements de développer la confiance de leurs membres, d’éveiller leur créativité et d’encourager l’écoute et la communication, les CCM souhaitent que le team building devienne, au même titre que ses autres ateliers, une bonne façon de se financer. Car, malgré le soutien du CIUSSS de l’Estrie CHUS, de la Table de concertation en petite enfance 0-5 ans, de sa généreuse liste d’ateliers et, par exemple, de l’appui des supermarchés MAXI et du IGA Gaouette de Granby, l’aide est souvent insuffisante. Le team building permettra donc à l’organisme de maintenir ses services de semaine et de fin de semaine, indique Mme St-Germain.

« On couvre la Haute-Yamaska, mais on n’est pas en mesure d’aller partout, regrette-t-elle. On veut maintenir nos services et en développer de nouveaux. Un groupe pour les enfants TSA, qui me préoccupent beaucoup, des ateliers pour les écoles, de nouveaux groupes à l’extérieur de Granby : j’aimerais tellement ça… On a plein d’idées. Avoir une deuxième cuisine (et le financement), elle serait pleine ! »

Martine St-Germain indique que la compétition culinaire des CCM s’adresse également aux familles qui veulent vivre une expérience hors du commun, aux organisations sportives… « Les possibilités sont multiples, souligne-t-elle. Quelqu’un nous a approchés récemment pour venir faire son enterrement de vie de fille ! On s’adapte à tous les besoins. »

Rappelons que les Cuisines collectives de la Montérégie travaillent activement à éduquer et à promouvoir les saines habitudes alimentaires auprès de gens de tous les milieux.

Pour en savoir plus sur l’atelier Le goût du succès, suffit de visiter le cuisinescollectivesmonteregie.ca