Marie-Cécile Breton, Étienne Bélanger et Maude Graveline de la jeune compagnie Bombe ta vie.

Bombe ta vie: flairer la bonne affaire

Trois adolescents veulent montrer que les jeunes peuvent réaliser de grandes choses. Et ils comptent le faire par l’entremise de leur entreprise de bombes effervescentes pour le bain Bombe ta vie, née en octobre dernier.

Marie-Cécile Breton, Étienne Bélanger et Maude Graveline, étudiants à l’école Joseph-Hermas-Leclerc de Granby, ont décidé d’unir leurs forces et de participer au programme d’immersion à l’entrepreneuriat J’entreprends la relève.

« On savait déjà qu’on voulait créer une entreprise », lance Marie-Cécile, vice-présidente à la production et responsable des ressources humaines de Bombe ta vie. « [L’école a] fait un message à l’intercom et on s’est dit qu’on allait tenter notre chance », ajoute Maude Graveline, vice-présidente aux finances.

Depuis octobre et jusqu’au mois de mai, les jeunes peuvent compter sur trois conseillers qui les aident à bâtir des stratégies d’affaires et à atteindre leur objectif. Des rencontres de deux heures par semaine sont organisées.

En décembre, ils ont d’ailleurs présenté un plan d’affaires à un jury de la Caisse Desjardins Granby-Haute-Yamaska.

« On avait cinq minutes pour vendre notre idée. Après, on pouvait faire du réseautage avec les autres participants du programme », relève Étienne Bélanger, président et vice-président marketing.

Stratégique et imaginatif

À partir d’une étude de marché, les trois jeunes entrepreneurs ont constaté que si leur bombe de bain était populaire, son format, lui, était trop gros. Ils ont donc décidé de confectionner des demi-bombes.

« Les gens peuvent prendre deux fragrances différentes, ce qui est un avantage » fait remarquer Étienne.

Cinq sont actuellement disponibles : lavande, eucalyptus, vanille, orange et «la vie en rose».

« On a développé la recette par essais et erreurs. Je me suis inspirée de plusieurs recettes sur des tutoriels YouTube », raconte Marie-Cécile chez qui les jeunes entrepreneurs réalisent et entreposent leurs produits.

« On s’est fait dire que c’était super beau, mais que c’était zéro écologique à cause de la pellicule plastique qui enveloppe le produit. Alors, on essaye d’être plus écolo dans notre emballage. C’est notre prochaine mission », assure Étienne.

Bombe ta vie offre cinq fragrances  : lavande, eucalyptus, vanille, orange et «la vie en rose».

Dévouement
En plus des rencontres hebdomaires, le trio se donne rendez-vous la fin de semaine pour réaliser, à la main, les bombes de bain.

« On fait deux productions par semaine. Une production demande deux heures de travail pour 24 bombes », estime Marie-Cécile, qui souhaite atteindre 1000 bombes vendues en mai. Pour l’instant, 200 ont trouvé preneurs.

Pour eux, le défi réside dans l’organisation de leurs horaires. Ils estiment accorder en moyenne sept heures par semaine à leur projet.

« On a tous des jobs différents et faut faire coïncider ça avec l’école. On est pas mal occupés la semaine », dit Maude. « Et on doit publier régulièrement sur Facebook aussi, ajoute Étienne. Les juges nous suivent, alors on doit tenir notre promesse!»

Les affaires vont vite pour Bombe ta vie. Cartes d’affaires, logo, site web d’achat en ligne, page Facebook; le trio mise sur toutes les plateformes pour rejoindre de futurs acheteurs.

Les étudiants ont pu également participer à différents marchés, dont celui de Noël chez Artopex.

« J’entreprends la relève nous ouvre vraiment des marchés, remarque Étienne. Mais nous avons aussi participé à d’autres marchés par nous-mêmes. »

Finalement, tous les participants au programme se réuniront à la foire commerciale qui aura lieu aux Galeries de Granby du 15 au 17 février.

Le jury de la Caisse Desjardins sera d’ailleurs présent pour évaluer la présentation et l’originalité des kiosques, relève Maude.

Un gala de clôture viendra mettre un terme à l’aventure à la fin de l’année.

Le moment venu, la compagnie Bombe ta vie, comme toutes les autres mises sur pied, sera démantelée. L’équipe envisage toutefois de l’enregistrer pour poursuivre ses activités.

Et les idées ne manquent pas. Pour diversifier son offre, le trio veut proposer du sel de bain, de la crème et du savon. Étienne lance d’ailleurs un appel aux gens d’affaires prêts à les aider d’une quelconque façon. « On serait preneurs, dit-il. Les gens peuvent même nous encourager sur notre page Facebook!»