Des élèves de quatrième année ont participé au premier projet francophone de la fondation DAREarts réalisé avec l’Atelier 19.

Ambassadeurs pour la paix par l’art

Un groupe de 25 élèves de quatrième année de l’école de l’Assomption de Granby a participé à la première cuvée du projet pilote Œuvrer pour la paix. La fondation torontoise DAREarts souhaitait exporter sa façon de faire au Québec. Pour son premier projet francophone, elle a choisi l’Atelier 19.

Le but de la Fondation DAREarts est de permettre à des enfants de milieux défavorisés de côtoyer des artistes afin de développer discipline, responsabilité et excellence à travers les arts, mais aussi l’estime de soi.

« L’organisme de Toronto existe depuis 21 ans. C’est une fondation privée initiée par Marilyn Field et, puisque ça marche bien là-bas, elle veut développer son projet partout dans le monde, explique Francine Charland, directrice générale de l’Atelier 19. Un premier projet a été développé l’an dernier à Montréal, mais en anglais. Ils nous ont approchés en août et on a décidé de travailler avec eux, mais avec notre façon de faire pour cibler un besoin dans notre communauté. »

L’Atelier 19 a donc demandé à ce que le projet se nomme Œuvrer pour la paix et qu’il permette à des enfants de vivre des expériences avec une brochette d’artistes locaux travaillant dans différentes disciplines.

« On travaille dans des milieux multiculturels, alors on a voulu choisir une école qui, oui, est dans un milieu défavorisé, mais qui a une réalité multiculturelle aussi, précise Mme Charland. On a choisi l’école de l’Assomption et la classe de 4e année de Nathalie Jetté. Elle compte 19 élèves de cinq nationalités différentes. Et puisque on voulait avoir un groupe de 25, on a demandé à Nathalie d’aller chercher huit autres jeunes de nationalités différentes dans d’autres classes. »

Cette école a aussi été choisie parce qu’elle sera ciblée par le futur Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Yamaska.

Présentations
Durant huit ateliers de quatre heures étalés sur deux mois, les enfants ont donc développé leur créativité aux côtés d’Olivier Chagnon, enseignant en chant, de Joane Leduc, sculpteure multidisciplinaire, et d’André Meunier, marionnettiste.

Ils avaient comme mandat de développer le talent des petits en offrant au groupe deux ateliers chacun. Le résultat sera présenté devant l’ensemble de l’école ce mercredi 25 avril, puis devant les parents le dimanche suivant, le 29 avril, au Centre culturel France-Arbour. Les enfants ont fait de la peinture, du dessin et un décor pour leur présentation. Ils ont aussi appris des mouvements à répéter sur scène et deux chansons à interpréter devant leur public.

Durant les deux derniers mois, ils ont aussi visité le Musée des beaux-arts de Montréal, partenaire de DAREarts, et assisté à un spectacle de marionnettes à la Maison Théâtre.

Un défi
« C’est un beau défi, constate Francine Charland, au terme de ces deux mois. C’était exigeant pour les enfants, parce qu’on veut développer leur sens de la responsabilité. C’est exigeant, mais extraordinaire ! On arrive avec des moyens autres que ce qui se fait à l’école pour apprendre autrement dans un espace de liberté. En art, il y a beaucoup de possibilités. »

Les enfants ont également réussi à développer un leadership personnel et à croire en eux. Ils ont appris à se dépasser.

« Les plus grands apprentissages sont faits par nous, les adultes, parce qu’on veut qu’ils se dépassent, alors on doit être très attentifs envers les enfants et adopter une approche individualisée de même que de groupe, dit-elle avec émotion. Des fois, on veut trop qu’ils entrent dans une case. À la fin, c’est une belle histoire d’amour. »

Avec ce projet, Francine Charland souhaite qu’il y ait des retombées dans l’école et que les enfants deviennent des ambassadeurs pour la paix dans leur milieu. Certains seront par ailleurs invités à se joindre aux cohortes des deux prochaines années afin d’évaluer les bénéfices à long terme pour les participants.

Une entente de trois ans, avec possibilité de financement par la suite, a été signée entre DAREarts et l’Atelier 19.