Du haut de ses 105 ans, Aldocia Parent Beaudry est la doyenne de Granby.

Aldocia Parent Beaudry: doyenne de Granby à 105 ans

On lui donnerait tout au plus 80 ans. Pourtant, sa vie s’étend sur plus d’un siècle. La dame a traversé deux guerres mondiales. Elle a vécu l’arrivée de l’automobile et a vu l’Homme marcher sur la Lune. Aldocia Parent Beaudry est la doyenne de Granby. Début avril, elle a soufflé 105 bougies.

Droite dans son fauteuil, Mme Parent Beaudry nous reçoit dans la chambre de la résidence où elle écoule tranquillement ses journées. Le 4 avril dernier, la dame célébrait son 105e anniversaire de naissance en compagnie de sa famille, mais également de Pierre Breton, député de Shefford. Ce dernier lui a remis un certificat signé de la main du premier ministre Justin Trudeau. Le maire de Granby, Pascal Bonin, ainsi que le député de Granby, François Bonnardel, sont également passés cette journée-là pour la saluer.

Centenaire et en santé
Au-delà de son âge vénérable qui semblait encore hors d’atteinte pour le commun des mortels il y a quelques décennies, c’est surtout la forme physique de Mme Parent Beaudry qui impressionne. Elle circule aisément dans les corridors du Riverain, aidée de sa « machine », son déambulateur. Elle discute longuement, debout, et à écouter ses paroles, on sent qu’une grande vivacité l’habite. Sa mémoire reste intacte, même après plus d’un siècle d’existence. Certains souvenirs sont toutefois plus difficiles à évoquer. Il faut dire qu’avec la chance de vivre si longtemps vient la tristesse de voir des êtres chers s’envoler. Elle a même dû mettre en terre certains de ses fils, de ses petits-fils, de ses gendres, etc. Il faut dire que sa descendance est assez importante. Mme Parent-Beaudry a eu sept enfants. Elle est 18 fois grand-mère. Elle compte 42 arrières-petits-enfants et elle peut s’enorgueillir d’être huit fois arrière-arrière-grand-mère. S’ajoute évidemment à ce clan de nombreux gendres, brus, neveux, nièces et une généreuse belle-famille.

Mme Parent-Beaudry a eu sept enfants. Elle est 18 fois grand-mère. Elle compte 42 arrières-petits-enfants et elle peut s’enorgueillir d’être huit fois arrière-arrière- grand-mère.

« Vivre jusqu’à 100 ans c’est bien, mais après, non », lance Mme Parent Beaudry, catégorique.

Une vie mouvementée
Se pencher sur l’histoire de la vie de cette femme plus que centenaire, c’est mieux comprendre les événements qui ont marqué le siècle passé. Comme bien d’autres canadiens-français, les parents de Mme Parent ont été séduits par l’espoir de mener une vie meilleure aux États-Unis. Ils ont emprunté les chemins de l’exil, ce qui les a menés à Putnam, au Connecticut.

C’est là que leur fille aînée, Aldocia, est venue au monde. C’était en 1913. Celle-ci est revenue à temps à Granby pour y faire ses études primaires et pour fréquenter, quelque temps, le couvent Présentation de Marie. Mariée à 22 ans à Rolland Beaudry, le jeune couple a subi les contrecoups de la crise économique de 1930, puis les privations dues aux années de guerre. Au final, ce sont 60 ans de mariage qui les ont unis. « Lorsque Gédéas est décédé, je lui ai dit que j’allais bientôt le rejoindre », se souvient-elle. Son homme est parti depuis une vingtaine d’années déjà.

L’ennui
Malgré son positivisme, Mme Parent avoue s’ennuyer. Elle a évidemment accès à des loisirs et des activités dans sa résidence pour aînés, mais une bonne partie des proches qui ont marqué sa vie se sont envolés. « Vivre jusqu’à 100 ans c’est bien, mais après, non », lance- t-elle catégorique.

Elle a au moins la chance de demeurer largement autonome, notamment en étant toujours capable de se vêtir seule. Elle est restée libre de ses mouvements, gardant même sa voiture jusqu’à l’âge de 90 ans. « Il n’est rien arrivé de grave, mais je voulais arrêter de conduire au cas où... », avance la dame.

Difficile d’expliquer la longévité de Mme Parent Beaudry. C’est surtout l’histoire d’une femme qui a travaillé fort pour élever ses enfants et qui s’est tenue en forme en aidant son mari à la ferme. Comme bien d’autres femmes de sa génération, au final.