Lettre des producteurs au père Noël

CHRONIQUE/ Cher père Noël, comme nous voulions avoir toute ton attention, nous avons décidé cette année de profiter du fait que ta tournée soit terminée pour te livrer la liste de cadeaux des agriculteurs.

Tu sais, les producteurs sont reconnaissants face aux citoyens qui souhaitent, et ce, de plus en plus, acheter des produits locaux. Ils le sont également face aux municipalités qui font l’effort de faciliter ce contact. Mais pour leurs élevages, malheureusement, faute d’abattoirs locaux et adaptés à de petits troupeaux, les bêtes parcourent des centaines de kilomètres pour se faire abattre avant de revenir dans les marchés.

Créatifs, ils ont donc quelques idées pour toi. Ils aimeraient avoir des microabattoirs, locaux, portatifs, abordables et sécuritaires capables de couvrir tout le territoire.

Avec leurs terres, ils occupent beaucoup d’espace et doivent s’adapter aux cours d’eau et routes qui coupent leurs champs. Ils aimeraient donc obtenir une compréhension des problématiques que cela peut engendrer et une collaboration avec les ministères et municipalités et MRC concernés pour trouver des solutions, notamment pour le drainage de l’eau, les bandes riveraines, le passage des VTT récréatifs, etc.

Aussi, tu sais, ces milliers d’hectares de terre côtoient de nombreuses villes et prennent de la valeur. Peux-tu voir à ce que la taxation qui y est attachée s’adapte aux capacités de paiement des producteurs, à leurs productions et à leurs régions ?

Peux-tu aussi stabiliser les taux d’intérêt ? Cela aiderait la relève à s’établir sans y laisser sa chemise. D’ailleurs, les jeunes agriculteurs ont parfois des ambitions différentes des modes de production actuelles. Ils s’accommoderaient à avoir accès de petits lots et de petits élevages. Cela dynamiserait certaines régions. Peux-tu faire quelque chose en ce sens ?

Plusieurs entreprises font des efforts pour optimiser leur rendement tout en cultivant les terres de façon durable. Avec leurs pratiques, par exemple, de gestion des fumiers, de semi-direct, de lutte intégrée et de protection des cours d’eau, vous pourriez les aider à bonifier la valeur de leurs produits en donnant une valeur pécuniaire aux services écologiques qu’ils rendent à la collectivité.

Au lendemain du nouvel accord de libre-échange et du lancement du nouveau Guide alimentaire canadien, pourquoi ne pas offrir la nouvelle bière Milkshake IPA, lancée par la microbrasserie Farnham Ale & Lager, à la santé des producteurs de lait de la province ?

Ils ont été fort divertissants durant le temps des Fêtes avec leurs publicités rafraîchissantes, non ?

Et si vous demandiez aussi aux agronomes ce qu’ils souhaiteraient, ils vous répondraient de continuer d’accompagner des entreprises agricoles passionnées. D’être des acteurs de changements locaux en agroenvironnement et en développement du territoire agricole !

Merci père Noël !

Les agriculteurs, comme les agronomes, te le jurent : tous ont été très sages cette année !

Club conseil Gestrie-sol

Cette chronique est rendue possible grâce au soutien financier de l’UPA.