Le temps des récoltes!

CHRONIQUE/ À tout bout de champ, l’automne, de grosses machineries envahissent les routes. Des tracteurs, des épandeurs, des moissonneuses, voire des semoirs. C’est le rush! Mais pourquoi autant de presse?

À partir de septembre, plusieurs cultures sont prêtes à être récoltées. Que ce soit le maïs ensilage, le foin, le soya, ou même le maïs grain, les cultures arrivent à maturité. Mais ces cultures, à quoi servent-elles?

Le maïs ensilage et le foin vont être récoltés comme nourriture à bétail, que ce soit pour les vaches laitières, les bovins de boucherie ou les moutons, bref, les ruminants! Une grosse partie de la récolte se fait maintenant pour s’assurer qu’il y en ait pour le reste de l’année. Ces cultures seront conservées dans des silos hermétiques, des silos «bunkers» (silos horizontaux) ou dans des balles souvent enrobées. Le soya et le maïs grain se récoltent, eux, un peu plus tard. Ils peuvent être utilisés de plusieurs façons. Selon l’hybride, ils peuvent servir dans l’alimentation humaine ou animale. Généralement, ils sont utilisés dans l’alimentation animale. Le soya est transformé en tourteau de soya ou en soya grillé pour être incorporé dans les moulées. Il est donc souvent entièrement vendu au prix du marché et le producteur qui a des porcs, par exemple, achète des moulées déjà préparées. Le maïs grain, lui, peut être transformé ou non, selon le besoin. Il peut être incorporé aux moulées animales ou être utilisé pour faire de l’énergie.

Pour ce qui est du soya utilisé dans l’alimentation humaine, il est vendu au prix du marché. Les producteurs ayant du soya de ce type ont souvent un contrat pour la vente de leur récolte et cette production est réglementée.

Mais pourquoi voit-on aussi d’autres types de machinerie sur les routes?

Souvent, après les cultures qui se récoltent plus tôt comme le maïs ensilage et les foins, les producteurs en profitent pour faire des travaux.

Épandage de fumier, application de chaux, implantation d’engrais vert et plusieurs choses peuvent être encore faites. Il ne faut pas attendre trop longtemps, car le sol se refroidit et les pluies sont plus longues à sécher au champ. On essaie de travailler dans les meilleures conditions!

Mais pourquoi autant d’application de fumier?

Les fumiers sont très utiles sur la ferme. Ils nourrissent le sol et s’assurent que les cultures auront tout ce qu’il faut pour croître. Aussi, les producteurs appliquent du fumier après leur récolte pour s’assurer que leur fosse aura ensuite assez de capacité pour tenir jusqu’au printemps. Les animaux n’arrêtent jamais! Il faut s’assurer d’avoir assez d’espace pour stocker toute cette belle fertilisation organique. Idéalement, l’automne, on veut appliquer notre fumier et l’incorporer pour s’assurer qu’il ne parte nulle part avec la pluie ou la neige. Encore mieux: on sème une plante de couverture pour s’assurer que notre sol restera structuré tout l’hiver. Comme ça, au printemps, notre fertilisation organique sera encore disponible, notre sol en santé et on sera prêt à repartir l’année.

Cette chronique est rendue possible grâce au soutien financier de l’UPA.