Fleurs coupées: du champ à la table

CHRONIQUE / À tout bout de champ, quand l’été bat son plein, avoir un joli vase garni de fleurs colorées au centre de la table de la cuisine est un gage de bonheur. Qu’il vienne de chez le fleuriste ou des fossés, un beau bouquet a plusieurs autres vertus que le simple fait de parfumer la pièce. Celui-ci nous fait sourire et rêver. Il nous replonge dans toutes sortes de souvenirs…

Eh bien voilà qu’une industrie horticole locale et à ciel ouvert vient de s’installer à Granby pour combler la niche des fleurs coupées.

Sous le même principe que les populaires paniers bio et les divers programmes d’agriculture soutenue par la communauté (A.S.C.) mis en place notamment par Équiterre, l’abonnement aux bouquets de fleurs de saison gagne en popularité.

Que l’on pense à Floramama de Frelighsburg ou à Origine-ferme florale de Saint-Joseph-du-Lac ou encore à Rose Blanche, qui a vu le jour récemment à Shefford, le marché est visiblement en pleine progression.

La variété des fleurs cultivées est impressionnante. Les champs de ces nombreuses entreprises agricoles contribuent certainement au paysage rural.

Attention: plusieurs de ces entreprises ne sont pas ouvertes au public. Respectez la propriété privée et résistez à l’envie de descendre de votre voiture ou de votre vélo pour prendre le plus beau des selfies avec, en arrière-plan, le champ fleuri.

La plupart des producteurs de fleurs coupées au Québec optent pour une production respectueuse de l’environnement. L’accompagnement agronomique facilite la mise en place de méthodes de lutte intégrée visant à réduire les risques sur l’environnement et la santé, passant par l’utilisation de filets anti-insectes, de bâches d’occultation, etc.

Dans le but d’améliorer la biodiversité en milieu agricole, plusieurs entreprises de grandes cultures introduisent également des fleurs dans leur champ. Ils voient alors dans leur bande riveraine une opportunité d’implanter des « prés fleuris » et ainsi améliorer l’habitat des pollinisateurs.

Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) soutient cette pratique grâce à son programme Prime-vert. L’accompagnement agronomique et l’implantation sont ainsi financés.

Le tournesol vous inspire? Ce samedi 3 août, de 10h à 16h, Frédéric Bonner et Catherine Grégoire de la Huilerie du Mont vous donnent rendez-vous sur leurs terres agricoles du Mont-Sacré-Cœur, à Granby, où ils partageront leur expérience de production. Ils offriront également la chance de repartir avec un bouquet pour la maison. Pour plus d’information: 450-330-2323.

Dans notre imaginaire, c’est dans ces productions de fleurs coupées locales que le terme «artisan agricole« prend tout son sens. Certainement qu’un grain de blé ou qu’une côtelette d’agneau méritent le même regard admirateur du consommateur. Pensez-y, le nez dans les fleurs!

Cette chronique est rendue possible grâce au soutien financier de l’UPA, celle du Réseau Agriconseils Montérégie et d’une aide financière du programme Prime-vert du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

Source: Huilerie du Mont