Club conseil Gestrie-Sol

Du sirop contre le virus? J’en ai mon quota!

CHRONIQUE / Maintenant que j’ai obtenu votre attention, laissez-moi vous rappeler que c’est le temps des sucres ! Les érables coulent à fond, selon leur emplacement sur le territoire québécois.

Sur une note plus médicale, sachez que les érables ne sont pas affectés par le coronavirus. Selon les producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ), advenant une baisse de la demande, il devrait y avoir peu d’effets sur le marché, car tous possèdent une réserve. Cette réserve stabilise les prix. Elle se verra donc, au pire, renflouée. C’est le principe derrière les productions régies par les quotas. L’année 2020 marque d’ailleurs le 30e anniversaire de création du plan conjoint en acériculture.

En effet, depuis 1990, les producteurs acéricoles ont adopté un plan conjoint, C’est-à-dire qu’ils se sont dotés d’une mise en marché collective du sirop d’érable. Ce plan conjoint est issu d’une loi, bien plus vieille (1956), la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche. C’est la Régie des marchés agricoles et agroalimentaires du Québec qui applique cette loi. Parmi ses fonctions, elle s’assure d’un lien harmonieux entre les intervenants de la filière, c’est-à-dire de l’érablière à la table. À notre bénéfice !

L’augmentation des besoins signifie que la Régie doit augmenter les droits de produire des agriculteurs, leurs quotas, afin de maintenir leur réserve. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour la relève ou ceux qui voulaient augmenter leur production. Ils auront accès à ce précieux droit de produire… ouvert que très rarement. À surveiller ce printemps !

Les produits d’érable ont la cote.

En 2019, le Québec a connu une année de production record avec 159 millions de livres. La moyenne des dix dernières années se situe à 120 millions de livres. Au total, 75 % de cette production est exportée dans plus de 60 pays.

Les PPAQ ont comme objectif d’atteindre 185 millions de livres de vente. En guise de comparatif, une entaille d’érable d’une érablière en santé produit en moyenne de 2,5 à 4 livres de sirop.

Vous achetez votre sirop en gallon, soit huit cannes de 540 ml par gallon? À peu près 13 livres de sirop correspondent à un gallon.

Votre gallon provient donc de plus ou moins trois à cinq chaudières ou entailles. Je vous ai perdus dans ces conversions ?

Imprimez cet aide-mémoire du MAPAQ (https ://www.mapaq.gouv.qc.ca/fr/Publications/Unitesconversion.pdf)

Sur le terrain, les producteurs de sirop parlent encore de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec. Mesdames et Messieurs, je vous invite à vous mettre à jour. En décembre 2018, on a fait place aux dames. La « feu » Fédération est devenue Les Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ).

Ceci dit, les mains bien lavées, à défaut de vous rendre chez vos acériculteurs/trices préférés pour déguster leurs produits, contactez-les pour vous faire des réserves ou pour vous faire livrer un repas de cabane à la maison !

Isabelle Martineau, agronome

Cette chronique est rendue possible grâce au soutien financier de l’UPA, celui du Réseau Agriconseils Montérégie et d’une aide financière du programme Prime-vert du MAPAQ.