De l’engrais organique sur la route

CHRONIQUE / Avec le beau temps qui arrive, c’est avec fébrilité que les voitures décapotables, motos et vélos prendront la route. Ils croiseront des tracteurs munis de herse ou de semoir. Mais cette année, ils croiseront peut-être davantage d’épandeurs à fumier que par les printemps passés...

Rempli d’engrais organique, les citernes de lisier seront prioritaires dans les travaux culturaux ce printemps. Vous vous souvenez de l’automne dernier? La neige qui a persisté dès novembre? Et l’hiver qui nous a amené plus de précipitations qu’à l’habitude? À l’automne, habituellement, plusieurs entreprises agricoles profitent de la récolte du maïs grain et de ces tonnes de résidus de culture laissés au champ pour y épandre et enfouir du lisier. Ils baissent ainsi le niveau de leur fosse afin d’avoir la capacité d’entreposage nécessaire jusqu’au printemps suivant.

Ces citernes de lisier valent de l’or! Mais vous aussi! Inutile de vous rappeler l’importance d’être prudents et de céder le passage à ces engins. Anticipez le virage ou l’arrêt de ces mastodontes qui ne s’arrêtent pas facilement. Une citerne de 6000 gallons pèsent plus de 36 tonnes une fois pleine. Elles valent de l’or, car elles sont remplies de fertilisants organiques.

De l’engrais bio!

Pour évaluer la valeur de leur contenu, amusons-nous à montrer un exemple typique à partir d’une citerne de 6000 gallons de lisier de porc à l’engraissement. Elle contient de l’azote (N), du phosphore (P2O5) et de la potasse (K2O), tout comme les sacs d’engrais pour démarrage de gazon vendus en quincaillerie (26-0-6), mais en proportion différente (4.5-2.3-2.9). En extra, elle contient également des oligoéléments (zinc, magnésium, etc.) fort utiles à la croissance des cultures. L’engrais organique N-P-K de ce lisier est disponible pour la plante en moyenne à 60, 80 et 100%. Les pertes d’azote sont minimisées si le fumier est rapidement enfoui et appliqué en période où la plante est en croissance. De savants calculs (donnons le mérite aux agronomes qui les font pendant les longs mois d’hiver!) permettent de savoir que cette citerne contient 215$ d’équivalent en engrais chimique, malgré qu’elle soit constituée à 95% d’eau!

De plus, à une dose de 3500 gal/acre, elle couvrira une superficie de 1.7 acre (0.69 ha ou +/-7000 m2). Cette même citerne couvrirait le double de cette superficie pour combler les besoins printaniers de vos pelouses en azote.

Pour compléter la saison, dans les sols moyens à riches en phosphore de région d’élevage animal, les cultures n’auront besoin que d’engrais azoté pour combler leur besoin. Tout comme les agriculteurs, les citadins auraient avantage à faire calculer leur réel besoin pour leur gazon et jardin avant de se ruer à la quincaillerie. L’analyse de sol et la connaissance des besoins de votre plante sont la base de ce calcul. Des agronomes peuvent vous accompagner dans ce processus.

Ce printemps, lorsque vous humerez le lisier que vous croiserez sur la route, ayez en tête sa valeur économique et agronomique.

Le fumier vaut beaucoup plus que de la ma…!

Club Conseil Gestrie-Sol

Cette chronique et rendue possible grâce au soutien financier de l’UPA Haute-Yamaska et du Réseau Agriconseils Montérégie.