HEBDO

Quand le diable entre dans l’étable

CHRONIQUE/ L’hiver a été long, enneigé et froid. Il a malgré tout donné des sueurs froides à plusieurs propriétaires de bâtiments. En effet, de nombreux effondrements ou incendies ont décimé des étables, des troupeaux, de la génétique et des projets. Tout un chamboulement pour plusieurs familles œuvrant dans le domaine agricole.

Perdre l’ensemble de son troupeau est terrifiant. Le producteur laitier connaît par cœur les petites manies de ses vaches. Il a su monter la génétique de son troupeau en investissant dans la sélection de spécimens génétiquement enviables afin de parfaire des critères comme la docilité, la facilité à mettre bas, l’amélioration du système mammaire et la production laitière. Cela représente des années d’observations et des milliers de dollars d’investissements, et ce, sur plusieurs générations.

Hebdo

La famille Beaudry: des vies d’engagement

CHRONIQUE/ Le décès récent, le 1er mars dernier, d’Aldocia Parent-Beaudry, qui se trouvait à l’aube de ses 106 ans, nous a incité à mettre en valeur l’engagement communautaire de la grande famille Beaudry au fil du temps.

Mme Beaudry était la dernière survivante d’une lignée de bâtisseurs du monde agricole de la région de Granby.

Hebdo

Aux tubes ou au bucket?

CHRONIQUE/ À tout bout de champ, quand on raconte qu’on exploite une érablière, on se fait demander si on est «aux tubes ou à la chaudière»?

Dans le milieu, le débat porte souvent sur la charge de travail très différente que demande chaque méthode de collecte d’eau d’érable. Pour le consommateur, le débat tournera plutôt autour du goût.

Hebdo

L’héritage de Louis Robert

CHRONIQUE/ Ces jours-ci, à tout bout de champ dans plusieurs médias, on entend parler de l’histoire de Louis Robert, cet agronome fonctionnaire au ministère de l’Agriculture (MAPAQ), congédié pour avoir dénoncé l’ingérence de compagnies d’intrants agricoles dans la recherche publique sur les pesticides. Des enquêtes ont lieu et des changements seront sûrement apportés au sein des organisations concernées. Nous attendrons les impacts que cette histoire aura sur la pratique agronomique. En attendant, sur une note positive, il serait bien que nous nous rappelions des enseignements que nous avons reçus de lui.

La scène se passe au champ, le nez dans un trou aménagé pour donner une formation et une pelle à la main, pour analyser et discuter des bonnes pratiques agricoles autour d’un profil de sol.

Hebdo

L’amour: la « temps danse » agricole

CHRONIQUE/ Quand vient la Saint-Valentin, pourquoi ne pas se tourner vers les célibataires et leur proposer que… l’amour soit dans le pré ? Eh oui, ce qui sera in en 2019 sera l’amour rural, le vrai. Celui qui se passe en terrain agricole. Grâce à certaines émissions télévisées agricoles, c’est maintenant tendance d’être producteur agricole !

L’amour est dans le pré nous a présenté plusieurs célibataires et fait connaître leur réalité et ambitions. Les fermiers nous a présenté le mode vie et l’ambiance de travail d’une dynamique ferme maraîchère biologique. La semaine verte nous instruit depuis longtemps sur les multiples facettes agricoles et environnementales préoccupant différents groupes de personnes et touchant divers intérêts.

Hebdo

Quand les motoneiges tuent

CHRONIQUE/ Quoi de plus beau que de grands champs blancs à perte de vue dans les pleines agricoles ou les valons accidentés? Le paradis pour celui qui conduit une motoneige en hiver! À moins d’être agriculteurs ou propriétaires de centaines d’hectares, «virailler» dans les champs en motoneige est un privilège... mais parfois un sacrilège. Cela laisse des traces et tue les cultures.

D’intenses et de sérieuses négociations ont lieu chaque année entre les clubs locaux de motoneiges et les agriculteurs. Ils y conviennent des droits de passage afin de bâtir un sentier ou une route traversant rangs, villages et régions. Ce tourisme nordique est d’ailleurs fort lucratif pour plusieurs régions et nombreux commerces agrotouristiques.

Hebdo

Lettre des producteurs au père Noël

CHRONIQUE/ Cher père Noël, comme nous voulions avoir toute ton attention, nous avons décidé cette année de profiter du fait que ta tournée soit terminée pour te livrer la liste de cadeaux des agriculteurs.

Tu sais, les producteurs sont reconnaissants face aux citoyens qui souhaitent, et ce, de plus en plus, acheter des produits locaux. Ils le sont également face aux municipalités qui font l’effort de faciliter ce contact. Mais pour leurs élevages, malheureusement, faute d’abattoirs locaux et adaptés à de petits troupeaux, les bêtes parcourent des centaines de kilomètres pour se faire abattre avant de revenir dans les marchés.

Hebdo

Déjà l’hiver?

CHRONIQUE/ À tout bout de champ, quand la première neige apparaît, plusieurs se font surprendre. Alors que les marchands de ski-doo et les centres de ski crient au miracle, qu’en est-il de la réalité de nos agriculteurs?

Vous vous souvenez des automnes 2015-2016-2017? Ceux qui se prenaient pour l’été! Comparez par vous-même en jetant un coup d’oeil au tableau ici-bas.

Hebdo

Notre garde-manger: solidarité agricole

CHRONIQUE/ À tout bout de champ, en remplissant notre assiette ou au moment de passer à la caisse à l’épicerie, consciemment ou sans intention, nous exerçons un pouvoir économique et politique. Au lendemain de l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) l’agriculture, particulièrement la production laitière, souffre d’avoir fait, encore une fois, les frais de cette nouvelle entente d’échange économique.

La communauté agricole a, dans ses rangs, des gens de passion et d’ambition. Souvent laissés à eux-mêmes sur leur ferme, dans leur rang, leur municipalité ou leur région depuis des générations, ils ont dans leurs gènes celui de l’organisation. Que ce soit pour réparer un équipement qui brise seulement le dimanche (évidemment!), pour organiser un marché public ou même pour développer une nouvelle entité de services agronomiques ou agroalimentaires, ils sont là.

Hebdo

Le sol: un garde-manger sous vos pieds

CHRONIQUE/ À tout bout de champ, on parle de rendement dans les champs. On les pousse à produire plus. À battre des records. Mais les plantes ont besoin de bien se nourrir pour bien pousser. Alors que certains croient que les plantes se nourrissent de CO2, la science agronomique nous confirme que les plantes s’alimentent des éléments nutritifs du sol tels que l’azote (N), le phosphore (P) et la potasse (K), principalement. Pour que pendant la saison hivernale nous puissions planifier la fertilisation et les correctifs à apporter au sol afin de satisfaire les besoins de la plante, une analyse de sol est nécessaire. Cette analyse vous informera des éléments disponibles pour la plante.

Il peut être intéressant ici de se rappeler quelques bases agronomiques. L’azote est nécessaire à la croissance foliaire, le phosphore au développement racinaire et la potasse, au renforcement de la plante, à la facilitation de la photosynthèse et à la régulation de l’eau, qui permet une plus grande résistance aux écarts de température. Hum ça, il me semble que nous y avons goûté cet été !