À quoi sert un drain ?

CHRONIQUE/ À tout bout de champ, au printemps, on voit les fossés se remplir d’eau après la fonte des neiges et des pluies. Celle-ci s’écoule parfois très vite et on peut voir des débordements de rivières et de cours d’eau.

Sur les terrains en ville, les maisons sont aménagées avec des drains français pour éliminer tout risque d’inondation des sous-sols et permettre le drainage du terrain. En campagne, les drains agricoles sont aussi très utiles. Ceux-ci sont installés en profondeur pour permettre de descendre la nappe phréatique dans les champs, afin que les conditions de sol soient propices à la culture. Les drains souterrains améliorent tant la santé du sol que sa structure permettant, éventuellement, d’augmenter les rendements de la culture. Une plante ayant les pieds dans l’eau en permanence sans en avoir besoin, est une plante malheureuse !

Dépendamment du type de sol et de la pression d’eau dans le champ, les drains peuvent être espacés d’environ 40 à 50 pieds. Évidemment, les drains peuvent être plus rapprochés ou plus éloignés, selon les situations. Mais il faut faire attention ! Plus on draine de façon rapprochée, plus le terrain sera sec. Dans un sol argileux, on peut se permettre plus de drains. Mais dans du sable, on ne veut pas que nos plantes souffrent de la sécheresse !

Il y a aussi la question du moment où on veut moins d’eau dans nos champs. Au printemps et à l’automne, on veut allonger les saisons en ayant un sol propice à l’aller-retour des tracteurs. Mais l’été, on ne veut pas sortir tout l’eau du champ. Il faut penser efficacité et rentabilité.

Il faut analyser le champ et la nappe phréatique avant de commencer les travaux de drainage. Plusieurs éléments sont à considérer pour faire un bon plan efficace sur du long terme.

Il y a aussi les systèmes de drainage installés dans des champs où le niveau de l’eau est égal ou au-dessus du niveau du fossé. Ces systèmes sont particuliers, car pour sortir l’eau, les drains ne peuvent pas profiter de la gravité. Des systèmes de pompage sont donc installés au bout du champ pour pomper l’eau et la vider dans le cours d’eau. Visuellement, ça peut paraître spécial, car on voit parfois des chutes d’eau qui se déversent dans le fossé. Ça signifie qu’il y avait une bonne pression dans le champ. Si cette eau ne sort pas, les plantes baignent dedans !

La couleur de l’eau qui s’écoule des drains peut varier. Elle est souvent limpide, mais parfois elle peut avoir une coloration brunâtre. Cela ne veut pas dire que du fumier sort des drains ! C’est seulement qu’il peut y avoir des matières en suspension dans l’eau. Les drains agricoles sont protégés afin d’éviter l’infiltration de terre. Mais parfois, les drains sont dans des sols plus friables et plus riches, comme les terres noires. L’eau qui s’écoule dans ce type de sol peut donc avoir une coloration plus foncée.

Pour s’assurer de la longévité des drains, il faut faire un suivi des sorties annuellement. Il faut s’assurer qu’ils ne soient pas bloqués, perforés, rouillés, ou montrant des signes d’ocre ferreux. Un drain peut être bouché par bien des choses, comme de petites bêtes... Pour pallier ce problème, une simple grille ou quelques barres peuvent empêcher l’accès aux intrus.

Mais si des problèmes d’ocre ferreux sont présents au champ, malheureusement, il n’y a pas plusieurs solutions. Il faudra changer les drains lorsqu’ils ne seront plus efficaces.

Le travail de drainage, il faut prendre le temps de bien le faire. Aussi, il ne faut pas avoir peur de demander l’aide d’un professionnel. C’est un gros investissement et on veut qu’il dure le plus longtemps possible.

Laurianne Levert-Gauthier, agronome Club conseil Gestrie Sol

Cette chronique est rendue possible grâce au soutien financier de l’UPA.