Trinquons au malbec!

CHRONIQUE/ Le 17 avril soulignera la Journée mondiale du malbec. L’événement est une initiative de l’Association Wines of Argentina. Elle vise, depuis 2011, à promouvoir les vins issus de ce cépage emblématique pour l’Argentine. Ainsi, tout au long du mois d’avril, différentes activités et formations sont organisées partout à travers le monde, afin que tous lèvent leur verre pour célébrer le succès du malbec argentin. Bien qu’il soit originaire du sud-ouest de la France, le malbec connaît une grande popularité en Argentine, où il est planté d’un bout à l’autre du pays. Voici deux propositions pour que vous puissiez, vous aussi, le célébrer...en direct de la maison.

Malbec 2017, Broquel, Trapiche (code SAQ : 10 318 160 ; 15,50 $)

On aime ce vin pour son prix abordable et son taux de sucre raisonnable. La maison Trapiche, qui est représentée par une vingtaine de cuvées au Québec, n’en est certes pas à son premier malbec. Possédant plus de 1000 hectares de vignes, ce producteur est un joueur clé dans la production vinicole de l’Argentine et l’un des premiers à avoir été reconnu sur la scène internationale. Initiée au tout début du 20e siècle, la gamme Broquel est bien connue à l’export. Cette cuvée est issue à 100 % de vignes de malbec âgées de 25 ans situées entre 900 et 1200 mètres d’altitude. Ses accents de fruits noirs et d’épices séduisent d’emblée au nez. La bouche est riche et gourmande. Un vin accessible et facile à boire, idéal pour souligner le début de la saison des grillades sur le BBQ.

Mendoza 2015, Clos de Los Siete (code SAQ : 10 394 664 ; 24,30 $)

Clos de Los Siete est un projet initié par le célèbre Michel Rolland, un œnologue d’origine bordelaise qui agit à titre de consultant dans plusieurs pays. Il signe d’ailleurs un nombre impressionnant de cuvées. Michel Rolland est arrivé en Argentine il y a une trentaine d’années et il y a étudié le territoire de fond en comble. Après avoir aidé plusieurs producteurs, il a souhaité posséder son propre vignoble argentin. Il convoitait d’ailleurs un terrain d’environ 150 hectares de vignes. Toutefois, le propriétaire de l’endroit accepta de lui vendre à la condition qu’il achète l’entière superficie totalisant 800 hectares (ce qui correspond environ à la grandeur de Pomerol, à Bordeaux). Il rassembla alors sept familles bordelaises pour investir dans son projet, d’où le nom Clos de Los Siete. Bien qu’elle soit composée majoritairement de malbec, cette cuvée est issue d’un assemblage. L’objectif du vignoble est de démontrer le potentiel du malbec une fois assemblé à d’autres cépages tels que le cabernet sauvignon et le merlot, entre autres. Après une année difficile en 2015, la production de ce vin a souffert et s’est vue réduite de quelques milliers de bouteilles. On y retrouve un vin aux arômes de cerise noire, de violette et de réglisse. La bouche est concentrée, dotée d’une agréable fraîcheur et d’une longueur appréciable. À savourer avec un carré d’agneau en croûte d’épices.

Vins au Féminin. Twitter: @mm_grenier