Taillé pour la garde

CHRONIQUE/ Tout amateur de vin rêve d’avoir sa propre collection, mais est-ce que tout amateur a déjà goûté un vieux millésime? Avant de se lancer dans un tel projet, c’est un incontournable! Loin du fruit frais, gourmand et du caractère fringant des jeunes vins auxquels nous sommes habitués, la fraîcheur fait place aux notes d’évolution qui se rapprochent plutôt du fruit séché, du tabac, du cuir et du champignon. C’est un tout autre registre d’arômes et de saveurs.

Sans avoir la prétention d’être un vin de 10 ou 15 ans d’âge, cette bouteille espagnole vous donnera un léger aperçu du style.

Rioja Reserva 2011, Conde Valdemar, Valdemar (code SAQ : 882761; 22,70 $)

Conde Valdemar est l’une des divisions de la maison Valdemar, implantée dans la Rioja depuis cinq générations. Ce Reserva est issu principalement du cépage roi de la région, le tempranillo (85%), auquel on a ajouté un peu de graciano et de garnacha. Dès le premier nez, les notes de cuir, de cerise noire et de fruit séché témoignent d’une belle évolution. Après sept ans d’élevage, les tanins sont fondus et des parfums de fleurs séchées, d’anis et de vanille s’installent en finale. Il a su néanmoins conserver une certaine fraîcheur et fait preuve d’un bel équilibre. D’un style classique et réconfortant.

Vous aimez? Alors vous êtes prêts à mettre quelques bouteilles en cave! D’ailleurs, il vaut mieux acheter plus d’une bouteille du même vin (trois à six), plutôt qu’un seul échantillon de plusieurs cuvées différentes. Cela permet de suivre l’évolution au fil du temps et de les apprécier pleinement, sachant qu’il y en aura d’autres à ouvrir le moment venu.

La température, l’humidité et la luminosité figurent parmi les conditions particulières de conservation. Idéalement, on doit maintenir une température ambiante entre 12 et 15 °C. Plus froid, le vin évoluera trop lentement et de façon moins harmonieuse. À l’inverse, une température trop chaude accélèrera le vieillissement du vin, ne lui donnant pas le temps nécessaire pour que les éléments se fondent. Afin d’éviter que le bouchon ne sèche, il est préférable d’avoir un taux d’humidité variant entre 60 et 80%. Un endroit sombre est aussi de mise, puisque la lumière a un effet réducteur sur le vin.

Investir dans un cellier et dans l’achat de plusieurs bouteilles demande une santé financière solide. Pour des moyens plus modestes, un coin du sous-sol bénéficiant de la fraîcheur des murs extérieurs ou une garde-robe isolée des sources de chaleur, pourraient convenir.

Voici donc deux bons candidats pour commencer vos expériences.

Valle de Colchagua 2015, Ninquén Mountain Vineyard, Montgras (code SAQ : 928853; 27,65 $)

Cabernet sauvignon et syrah composent cette cuvée chilienne, déjà présente sur les tablettes de la SAQ depuis quelques années. Situé au cœur de la vallée de Colchagua, sur les flancs du mont Ninquén, ce vignoble de la maison Montgras offre de belles conditions pour la vigne. Droit, chaleureux et charnu, ce vin propose des accents de mûres, d’épices et des notes animales. D’une bonne tenue, il s’ouvre au fur et à mesure qu’il s’aère dans le verre. C’est un vin qu’on pourrait laisser dormir encore dix ans.

Swartland 2016, The Chocolate Block, Boekenhoutskloof (code SAQ : 10703412; 39,10 $)

La première fois que j’ai vu l’étiquette de ce vin, je dois avouer avoir eu une appréhension due à son nom, évoquant le chocolat d’une part et donnant l’impression d’un vin ambitieux taillé pour les amateurs de «gros rouges charnus et boisés». Comme quoi le vin nous réserve toujours de belles surprises! J’y ai plutôt trouvé un vin élégant qui m’a fait saliver. Le nez évoque le fruit rouge mûr, les herbes et la garrigue (formation végétale typique des régions méditerranéennes). La bouche est veloutée, les tanins sont fins, serrés et une touche saline accentue la finale. Une autre belle réussite du secteur Swartland, en Afrique du Sud, réalisée par l’œnologue Mark Kent. Bien qu’il soit déjà très bon maintenant, il pourra évoluer encore huit ans en cave.