Parlez-moi d’abord!

CHRONIQUE / Aux cerveaux, l’êtes-vous ? Je parle de cette possible attirance romantique et/ou sexuelle, que certains qualifieront même d’orientation sexuelle, envers ces personnes étant incontestablement brillantes.

Exit allures précises, traits du douchebag, de la Barbie ou encore de la vedette américaine. Adios compte en banque débordant, avoirs imposants et héritages impressionnants. Arrivederci sens de l’humour douteux, bavardage futile et vantardise oiseuse. Merci même parfois âge, genre ou identité !

Au-delà du contenant, il y a encore de ceux qui préfèrent le contenu et pas n’importe lequel. Le niveau d’intelligence, le voila ce critère de sélection ô combien stimulant pour certains.

Sapiosexuel

Ainsi se définit ce type d’individu. Adjectif relativement nouveau ayant fait sa marque au cours de la dernière décennie. Il qualifie aujourd’hui ces gens pour qui les capacités intellectuelles sont sans contredit érogènes, voire excitantes à la puissance dix.

Lassée des apparences, du superflu, des rencontres vides et sans substance où se chevauchent sexe et platitude, la sapiosexualité a pris du galon sur les quatre coins de la planète en imposant ses critères de sélection. Perspicacité, ouverture d’esprit, culture, connaissance, discernement, jugement, doigté, éducation, alouette, se doivent être de mise.

L’envie d’aller plus loin, voici ce qui ressort de différents témoignages de personnes se proclamant sapiosexuels. Bien que pas aveugles à l’élégance et à l’apparence, ces derniers semblent se lasser rapidement de ces caractéristiques superficielles qui deviennent ainsi de second rang.

Faisant souvent preuve eux-mêmes de génie, tel l’élève surdoué dans un groupe dit « régulier », ils s’ennuient avec celui ou celle n’ayant pas grand-chose à dire ou faire. De la stimulation, c’est ce dont il est question. L’esprit d’abord, ensuite le corps ! Tel est l’ordre des choses.

La tête et ensuite le corps

Sexuellement parlant, la sollicitation intellectuelle fait formellement office du meilleur préliminaire. Jaser science-politique-littérature-géographie-anthropologie-finance-tralala est possiblement synonyme de la meilleure mise-en-bouche !

Tels une caresse au cerveau, une connexion cérébrale, un branchement intellectuel, ce type d’entretien aux allures parfois de joutes, discussions, débats ou simplement d’échanges s’impose pour allumer, mais encore plus pour maintenir une attirance sexuelle à longue échéance.

Intelligence ; qui es-tu ?

Illogique que cette attirance penserez-vous peut-être. Après tout, qui rêve d’être en couple avec le pire gnochon de la bande, aussi beau soit-il ?

Parce que les capacités prennent différentes formes, bien sûr qu’il soit envisageable que nous soyons tous un tant soit peu sapiosexuels.

L’intelligence verbale, logico-mathématique, musicale, corporelle, visuelle, naturaliste, interpersonnelle ou intrapersonnelle, comment toutes les posséder ? Impossible !

De mettre l’accent sur une précisément, sans pour autant voir la globalité de son ou sa partenaire serait selon moi une sottise. Faire ressortir les forces de l’autre, n’est-ce pas aussi ça la mission de l’amoureux ? Une histoire d’intelligence émotionnelle, faut croire...

Chéri ne sera jamais en mesure de me faire un baba au rhum, mais saura m’expliquer dans les moindres détails les principes et les risques de l’arc électrique par exemple… C’est aussi ça, être doué.

Une autre affaire

Puisque l’ère actuelle suggère une multitude d’étiquettes pour se définir sexuellement et/ou romantiquement, la sapiosexualité peut sembler une autre de celle-ci. Rien de possiblement nouveau que ce critère de sélection qui semble joindre des individus n’ayant qu’encore une fois des points communs. L’amour étant accessible à tous, à vous de choisir si l’intelligence représente cette prémisse aiguillant vos choix.