Myriam Bouchard
Le Quotidien
Myriam Bouchard

La sexualité à l’âge d’or

COURRIER DU LECTEUR / Ma compagne a eu sa ménopause il y a quelques années, ce qui vous donne une idée sur nos âges. Ce changement a eu de l’effet sur son plaisir et pour ma part, je commence à être plus lent à la détente. Grosso modo, le quart du temps, la relation sexuelle m’amène au terme de mon plaisir et les trois autres quarts du temps, nous arrêtons avant puisque celle-ci se plaint de douleur causée par une irritation liée au frottement répétitif. Vous vous doutez bien que ma compagne n’est pas très contente d’avoir mal. Je ne suis pas content de la situation non plus. Conséquence directe de ça, ses souvenirs récents de nos relations ne sont pas très bons. Elle aimerait bien retrouver le plaisir qu’elle trouvait dans nos relations, il y a plusieurs années, en continuant à faire ce que nous faisions à l’époque. Mais il semble que les choses aient changé, autant pour elle que pour moi, et que nous devons nous adapter. Que devrions-nous envisager pour améliorer notre situation ?

CHRONIQUE / Vieillissement et sexualité : voilà une réalité encore tabou à ce jour. Non, la sexualité ne s’arrête pas net fret sec en soufflant les bougies de la cinquantaine. S’adapter sexuellement parlant en fonction de son âge, c’est un défi pour vous, votre compagne, mais aussi pour bien des gens. Voyons-y !

Bouleversements hormonaux

Ménopause, andropause. Les fluctuations hormonales ne montrent certes pas patte blanche lorsqu’il est question de modification de la réponse sexuelle, incluant l’excitation, la phase du plateau, l’orgasme et la résolution.

Progressivement ou subitement, les hormones amènent leur lot de désagréments, tant chez la femme que chez l’homme. Thermostat déréglé, sécheresse vaginale, amincissement vaginal, plaisir ralenti, érection moins dégourdie, éjaculation non ponctuelle, orgasme peu strident ; il y a de quoi laisser perplexes les ex-jeunots ou jeunottes d’il n’y a pas si longtemps.

Un détour chez le médecin de famille peut être une stratégie pour améliorer certaines contraintes. Prenez un rendez-vous, je vous en prie !

Passage inévitable

Le deuil d’une certaine jeunesse, mais aussi de ses capacités, n’est pas un passage toujours facile. Le corps et l’apparence changent, la maison se vide des enfants, l’heure de la retraite sonne, l’agenda se dégarnit. Il y a de quoi provoquer une remise en question sur la personne que vous devenez, mais aussi sur le couple que vous formez.

Reconnaître que le temps file avec son lot de variations, au lit comme dans la vie, est une prise de conscience essentielle. Elle permet l’acceptation d’un phénomène hors de votre contrôle.

Après tout, s’il n’y a qu’une seule justice dans ce bas monde, c’est officiellement que nous vieillissons tous !

Non à l’obsolescence !

Avancer en âge n’est pas synonyme de déprécier ou de périmer ! C’est à vous de faire de votre sexualité une formule réinventée.

Yvon Dallaire, psychologue et sexologue reconnu, ne tarit pas de suggestions pour favoriser l’adaptation chez la personne vieillissante.

Déplacer l’attention ailleurs que sur le pénis et les organes génitaux féminins est une avenue gagnante, selon ce dernier. La pénétration est considérée à défaut comme l’unique voie de l’expérience sexuelle.

Alors, il n’est pas étonnant que bien des gens soient troublés lorsque cette pratique se voit difficile, voire impossible.

Faites diversion !

Miser sur l’expérience sensuelle, corporelle et émotive est une autre alternative proposée par ce spécialiste. Faire l’amour autrement, pourquoi pas ?

Puisque les temps changent, tout comme cette machine qu’est votre corps, et celui de votre compagne, il est impossible de pouvoir reproduire le passé. À vous deux, désormais, de vivre cette nouvelle époque et de faire de votre sexualité une source de plaisir réinventée !