Un verre de Chablis par jour s'il-vous-plaît!

Il y a 352 domaines viticoles qui se partagent l'étendue du vignoble chablisien. Bien sûr, leurs produits ne sont pas tous disponibles au Québec, mais je me plairais bien à boire un verre de Chablis 352 jours par année.
Le nom de Chablis vous est probablement déjà familier. Reconnu à travers le monde comme étant un grand vin blanc, sa réputation n'est pas à bâtir. Néanmoins, un petit survol de la région est toujours de mise pour se rappeler à quel point ce vignoble est unique et traduit un terroir bien particulier. 
Chablis fait partie de la région viticole de la Bourgogne et se situe au nord de celle-ci. Pour y avoir mis les pieds il y a quelques semaines, je peux maintenant témoigner de la grandeur de ses vins et de la passion que chaque vigneron porte à son travail. Le paysage est magnifique. Au centre, vous avez la petite ville de Chablis, un endroit très paisible et tranquille, mais dont les vins sont nerveux et vibrants. Tout autour, semblable à une forme d'étoile, le décor est composé de plusieurs collines aux orientations multiples. Elles sont toutes délimitées en aires de production bien précises selon les sols, l'exposition au soleil et au vent ainsi que les conditions climatiques. La superficie est répartie en quatre appellations différentes: Petit Chablis, Chablis, Chablis 1er Cru et Chablis Grand Cru. Le style de vin varie selon l'appellation, allant de léger et frais à plus structuré et complexe. 

L'une des particularités que l'on retrouve dans le vignoble chablisien est que les vins sont issus d'un seul cépage : le chardonnay. Il en découle des vins tout en élégance et en finesse. Lorsque je faisais la visite du vignoble, notre guide a cité une auteure spécialiste des vins : « Tous les Chablis sont du chardonnay, mais tous les chardonnays ne sont pas du Chablis». Je trouve que cette phrase prend tout son sens pour bien comprendre la région.

Une autre caractéristique propre à Chablis est le Kimméridgien, soit un type de sol formé il y a 150 millions d'années, alors que le vignoble était sous l'eau. Si vous observez un caillou du sol Kimméridgien, vous y percevrez des fossiles d'huîtres minuscules. Ce sol apporte au vin une minéralité hors du commun. 
En ce qui a trait aux conditions climatiques, le vignoble est souvent menacé par le gel. À un point tel que pendant un certain temps, la production était toujours compromise. C'est donc la réalité et les défis auxquels les vignerons sont confrontés chaque année. Tout au long du cycle de la vigne, ils sont sur le qui-vive afin de savoir si leur récolte sera affectée ou non par le gel.  
En dégustation, bien qu'il existe plusieurs différences dans les vins, on peut reconnaitre un Chablis par cette brève description générale : à l'oeil, c'est un vin plutôt pâle aux reflets brillants. Il présente des arômes délicats de fleurs et d'agrumes. En bouche, il est vif, minéral et tout en finesse. Ici, c'est la légèreté et le style aérien qui sont mis de l'avant et non la lourdeur que l'on peut retrouver dans certains chardonnays ailleurs dans le monde. C'est le vin idéal pour accompagner les huîtres, les escargots ou encore une belle salade estivale avec du fromage de chèvre.  
En fin de semaine, pour célébrer l'arrivée du beau temps, rendez-vous à la SAQ la plus près de chez vous et faites-vous plaisir avec une bonne bouteille de Chablis afin de mettre de la fraîcheur et de la pureté dans votre verre.
Je lève le mien à tous les vignerons chablisiens!