Syrah ou shiraz?

CHRONIQUE / On dit syrah ou shiraz ? Est-ce la même chose ? Oui… et non. Les deux termes sont utilisés dans le langage vinicole. Ils représentent le même cépage. Toutefois, c’est le style de vin qui en découle qui varie. Traditionnellement, la syrah règne dans le nord du Rhône, mais on la retrouve aussi ailleurs dans le monde. Les Australiens la cultivent beaucoup, et ils auraient changé la prononciation pour « shiraz », plus facile à dire pour eux. Au fil du temps, les deux mots ont évolué vers des expressions désignant des styles de vins différents.

La syrah traduit un vin dont le profil aromatique embaume la violette, les épices et les fruits des champs. Elle est à l’origine de vins empreints de finesse, de fraîcheur et d’une bonne vigueur tannique.

Le mot « shiraz » évoque plutôt des vins musclés, puissants, mûrs et chaleureux. Une version qui ne fait pas toujours dans la dentelle, plus susceptible de plaire aux amateurs de vins du Nouveau Monde. Ce cépage n’est pas seulement exploité en France et en Australie, mais bien partout dans le monde. Ainsi, les producteurs choisissent d’inscrire « syrah » ou « shiraz » sur l’étiquette de la cuvée, afin de donner le ton au style de vin qui se trouve dans la bouteille. Alors, êtes-vous plutôt de type syrah ou shiraz? 

Voici deux vins qui démontrent bien leur portrait respectif.

L’appel des Sereines 2016, François Villard (code SAQ : 12292670 ; 20,45 $)

Vigneron très connu dans la vallée du Rhône, François Villard propose une syrah digeste et séduisante avec cette cuvée qu’il commercialise sous la désignation « Vin de France ». Le nez est expressif et dévoile des arômes de mûre, de cassis et de poivre. En bouche, c’est très frais et juteux, sans pour autant manquer de structure tannique.

Ce vin est une belle entrée en matière pour apprivoiser la syrah du Rhône. Il sera excellent avec une recette de bœuf braisé aux herbes de Provence.

Shiraz 2016, Barossa, The Barossan, Peter Lehmann (code SAQ : 13525535 ; 19,95 $)

Plus riche et costaud, ce vin correspond très bien au style insufflé par le terme « shiraz ». Dès qu’on y plonge le nez, on sait que nous sommes en présence d’un vin issu d’un climat chaud, traduit par des arômes de fruits noirs mûrs. Des notes de cacao et de torréfaction indiquent que le vin a forcément connu un passage en barrique. La bouche est ample, concentrée et généreuse, dotée d’une belle matière tannique. Idéal pour une pièce de viande rouge grillée sur le BBQ.