Les couples du monde vinicole

CHRONIQUE/ Être partenaires au travail comme dans la vie doit réserver son lot de défis ! Malgré cela, le monde vinicole est rempli de couples à la tête de vignobles qui réussissent très bien. À la veille de la Saint-Valentin, voici quelques coups de cœur de couples vignerons.

Tania et Vincent Carême : quand la France rencontre l’Afrique du Sud

Vigneron de la Loire, Vincent Carême est reconnu pour ses vins issus de chenin blanc à Vouvray. Il est marié avec Tania, d’origine sud-africaine. Dans la région de Swartland, le couple élabore cette excellente cuvée composée de syrah et de cinsault : Swartland 2017, Terre Brûlée, Tania & Vincent Carême (code SAQ : 13 738 055 ; 21,95 $). Des notes de poivre, de fruit rouge acidulé et de violette composent le profil aromatique de ce vin. La bouche est veloutée, rafraîchissante et soutenue par une belle finale aux accents épicés. À boire avec des pappardelles au bœuf braisé.

Domaine Céline et Frédéric Gueguen : ils ont grandi aux côtés de vignes

Provenant tous deux d’une famille de vignerons, Céline et Frédéric décident de démarrer leur propre projet en 2013. J’ai eu la chance de visiter leur domaine lors de mon passage en Bourgogne. Un endroit charmant, des vins excellents et un couple fort sympathique ! Pour mon plus grand bonheur, leur cuvée Bourgogne 2017, Côtes Salines, Domaine Gueguen (code SAQ: 13 657 571 ; 19,20 $) a fait son entrée sur les tablettes de la SAQ l’année dernière. Le nez propose des arômes de pomme verte, de cire d’abeille et de fleurs. Dotée d’une belle minéralité, la bouche est rafraîchissante et croquante. Une grande qualité à petit prix. Savourez ce vin à l’apéro avec une tartinade crémeuse aux crevettes nordiques.

Louise Bédard, Gaétan Demers et leurs enfants : un projet audacieux sur l’Île d’Orléans

Lui rêvait d’avoir un vignoble. Elle n’avait pas du tout le pouce vert ! Pourtant, elle est aujourd’hui responsable de 10 000 plants de vigne. Après 45 ans dans le monde des affaires, ils avaient le souhait de « décrocher », de s’acheter un tracteur et une terre où ils pourraient profiter du temps avec leurs enfants et petits-enfants.

Quelques vignes plus tard, le projet de la Seigneurie de Liret est né. Un vignoble cultivé en agriculture biologique sur l’Île d’Orléans. Outre des variétés bien connues au Québec telles que le frontenac, le baco ou le marquette, la grande particularité de ce vignoble est d’avoir planté du chardonnay, du pinot noir et du pinot meunier, les trois cépages entrant dans l’élaboration des champagnes.

Malgré les mises en garde qu’ils ont reçues face à leur projet intrépide, ils ont pris leur temps, ont fait les choses dans les règles de l’art et se sont entourés de gens compétents pour les aider. Perfectionniste, Louise a appris à dorloter et respecter la vigne. Son mari, lui, est responsable de la production et leurs enfants, Sébastien et Marie-Katelyne, sont impliqués dans le développement de l’entreprise familiale.

C’est l’année dernière que les premières bouteilles ont été mises en marché et depuis, la famille est victime de son succès ! Alors que Gaétan se demandait ce qu’il allait faire de toutes ses bouteilles, c’est plutôt le contraire qui s’est produit : leur inventaire s’écoule à grande vitesse. Pour connaître les endroits où vous pouvez retrouver leurs cuvées, rendez-vous au www.seigneuriedeliret.com. Restez à l’affût des nouvelles, car la suite s’annonce très prometteuse.