Le printemps avec la Vallée du Rhône!

CHRONIQUE/ Après Bordeaux, la Vallée du Rhône arrive en deuxième position parmi les appellations d’origine contrôlée en France, quant au nombre d’hectares de vignes plantés et le nombre d’hectolitres produits. La Vallée du Rhône, c’est 28 appellations, 27 cépages et plus de 5000 domaines vinicoles. On y produit principalement du vin rouge (81 %), un peu de rosé (13 %) et du blanc (6 %). Cette région propose une telle diversité que les vins du Rhône se consomment à l’année.

Voici quelques suggestions en ce dernier mois du printemps.

Côtes-du-Rhône 2016, E. Guigal (code SAQ : 00 290 296 ; 19,70 $.)

L’appellation Côtes-du-Rhône régionale ne propose qu’une petite production de vin blanc et, comme je le dis toujours, quand on décide de faire du blanc dans une marée de rouge, le résultat dans le verre est souvent surprenant et exquis.

Issu d’un assemblage de viognier (60 %), roussanne (15 %), marsanne (10 %), clairette (8 %), bourboulenc (5 %) et grenache blanc (2 %), ce vin présente un beau tableau du potentiel d’une série de cépages blancs typiques de la Vallée du Rhône. Expressifs, ses arômes de fleurs blanches, d’abricot et de pêche sont typiques du viognier. La bouche est généreuse, complexe et onctueuse. La chair d’un pétoncle se mariera à merveille avec la texture de ce vin. Un lobster roll serait aussi excellent !

Tavel 2017, Domaine du Vieil Aven (code SAQ : 00 640 193 ; 18,60 $.)

On souhaiterait que la SAQ tienne davantage de vins d’appellation Tavel sur ses tablettes ! Exception dans la Vallée du Rhône, les vins de Tavel sont tous des rosés. Conçus pour la table, ils présentent une robe à la couleur soutenue, des arômes complexes, ainsi qu’une bouche ample et ronde. Sous les 20 $, ce rosé du Domaine du Vieil Aven est abordable pour sa qualité.

Assemblage de grenache, mourvèdre, clairette et syrah, il charme par ses notes de framboises et d’épices. La bouche est puissante et presque tannique. Le vin est sec et appuyé d’une belle fraîcheur. Servir avec une paëlla ou une brochette de crevettes grillées.

Côtes-du-Rhône 2015, Rhône To The Bone, Ravoire & Fils (code SAQ : 13 584 359 ; 15,85 $.)

Qu’on aime ou pas le jeu de mots qui lui sert de nom, il décrit bien le côté plutôt robuste de ce vin. Par cet assemblage de grenache (65 %) et de syrah (35 %), le producteur souhaitait exprimer le potentiel d’un grand Côtes-du-Rhône. Empreint de soleil, ce vin est aromatique, présentant des notes de cerise noire et de viande rouge. La bouche est droite et soulignée par une bonne chaleur alcoolique. Les tanins sont costauds et des notes épicées se ressentent en finale. Un vin abordable qui sera un bon compagnon pour vos grillades sur le BBQ.

Côtes-du-Rhône 2015, Les Cranilles, Les Vins de Vienne (code SAQ ; 00 722 991 ; 19,95 $.)

Les vins de Vienne sont le fruit d’une association entre Yves Cuilleron, Pierre Gaillard et François Villard, trois des plus renommés viticulteurs de la rive droite de la Vallée du Rhône. Pour notre plus grand bonheur, ils offrent ce vin d’appellation régionale, accessible et digeste, issu de grenache, syrah et carignan. Il est gourmand, frais et agréablement fruité avec des notes de fruits rouges et noirs mûrs. Il s’appréciera à l’apéro aux côtés de terrines et de charcuteries. Pour la petite histoire, le nom de cette cuvée provient des vrilles que développe la vigne pour agripper son environnement qui, autrefois, étaient appelées cranilles.

Santé !