Adopter le «style juracien»

La région du Jura est située à l'est de la Bourgogne, au sud de l'Alsace et à l'ouest de la Suisse. Bien qu'elle soit moins connue du grand public, elle est très populaire auprès de la communauté des sommeliers qui lui voue un grand intérêt. Petite région viticole, sa superficie correspond, par exemple, à seulement 2 % de la superficie du Beaujolais. Produisant des vins de gastronomie, le Jura surprend par son originalité et sa diversité.
Voici trois façons de le découvrir.
Cépages particuliers 
Les principaux cépages des vins de Bourgogne sont le chardonnay et le pinot noir. Tout comme sa voisine, la région du Jura cultive aussi ces deux variétés. De plus, on y retrouve des cépages qui lui sont propres, tels que le savagnin en blanc, ainsi que le poulsard et le trousseau en rouge. La SAQ propose une vingtaine de produits à base de ces différents cépages. Sautez sur l'occasion si vous en trouvez dans une succursale près de chez vous !
Le style oxydatif
Le style oxydatif est une particularité que l'on retrouve dans certains vins du Jura. Il survient lorsque le vin se retrouve en contact avec l'air. L'oxydation agit sur la couleur du vin ainsi que sur ses propriétés aromatiques. Les fruits séchés, les noix, l'orange confite, le caramel, le curry, la mine à crayon, l'iode et le silex sont d'ailleurs des arômes que vous pouvez retrouver dans les vins au style oxydatif. 
Si je pique votre curiosité, voici un exemple que j'aime bien mettre en dégustation lors de mes animations : L'étoile, Domaine de Montbourgeau (Code SAQ : 11557541 ; 26,95 $). Ce vin au caractère puissant est issu de chardonnay, mais il n'a rien en commun avec celui de votre « 5 à 7 » du jeudi soir. Je recommande ce vin à tous ceux qui aiment essayer de nouvelles choses. Il sera excellent avec votre plateau de fromage à la fin du repas.
Le vin jaune
Aux reflets jaunes (comme l'indique son nom), très aromatique et long en bouche, voilà une autre spécialité du Jura qui s'adresse aux amateurs souhaitant élargir leurs horizons. Le vin jaune se retrouve souvent sous l'appellation Château-Chalon, avec le cépage savagnin. En général, il est élaboré de façon classique, moyennant quelques particularités, mais la grande différence se fait durant l'élevage. Normalement, lorsqu'un vin est mis en barrique, une partie du liquide s'évapore durant le vieillissement. Or, les vignerons remplissent cet espace avec le moût des autres barriques. Ce procédé est appelé « ouillage ». En ce qui a trait au vin jaune, l'ouillage n'est pas effectué. Il se forme ainsi un voile de levures mortes entre le liquide et l'air, qui agit comme protection. On laisse vieillir le vin sous ce voile durant six ans. Le vin jaune est ensuite embouteillé dans un contenant de 620 ml, nommé le Clavelin.
Je vous propose celui d'André et Mireille Tissot (Code SAQ : 12757502 ; 110 $), vendu en exclusivité à la SAQ Signature. Si vous souhaitez en faire l'essai avant de dépenser cette somme pour quelque chose que vous ne connaissez pas, sachez que plusieurs restaurateurs et bars à vins (surtout dans les grands centres) vous proposent du vin jaune au verre. Après, vous serez en mesure de faire des achats éclairés. 
Santé !