Actualités

Trésors d’Afrique du Sud

CHRONIQUE/ Il y a quelques années, quand j’étudiais la sommellerie, l’Afrique du Sud ne faisait l’objet que d’un bref survol dans le plan de cours. On constate toutefois aujourd’hui un nouvel engouement pour les vins de ce pays, qui occupe le septième rang mondial, avec près de 95 000 hectares de vignes. Une nouvelle génération de producteurs maintient le vignoble en constante évolution et met plus que jamais l’accent sur l’expression du terroir, le tout dans une perspective de développement durable.

Bien que légèrement en baisse, les cépages blancs occupent toujours une superficie supérieure à celle consacrée aux rouges. Parmi les plus populaires, on retiendra le chenin (aussi appelé « steen » en Afrique du Sud) qui donne des vins blancs aux styles très polyvalents, mais toujours au caractère frais et fruité. En rouge, le cabernet sauvignon domine, suivi de près par la syrah et le pinotage — cépage emblématique du pays, issu d’un croisement entre le cinsault et le pinot noir —. Tous contribuent à l’originalité des vins du Cap.

Hebdo

L’Allemagne autrement (partie 2)

CHRONIQUE/ Ma dernière chronique portait sur l’univers des vins allemands. Voici donc, cette semaine, quelques suggestions et d’accords gagnants pour rehausser vos dégustations.

Issus d’un climat frais, les vins allemands bénéficient d’une bonne acidité. En gastronomie, l’acidité d’un vin prépare le palais à passer à table en faisant saliver. Celle-ci est rafraîchissante et nécessaire pour soutenir un plat qui comprend, lui aussi, des caractéristiques acidulées. Petit plus : grâce à cette acidité, les vins se conserveront un peu plus longtemps au réfrigérateur une fois ouverts !

Hebdo

L’Allemagne, vue autrement! (partie 1)

CHRONIQUE/ À quoi pensez-vous quand vous entendez parler des vins allemands ? Pour plusieurs, le Liebfraumilch, la fameuse bouteille bleue si populaire dans les années 1970, est la référence en termes de vins allemands.

Le Liebfraumilch correspond à un vin blanc doux (sucré) composé de 70 % de riesling, de müller-thurgau ou de sylvaner et dont les standards de qualité laissent place à la discussion. Au détriment des autres styles produits, il a été largement exporté au cours du 20e siècle, contribuant ainsi à la mauvaise presse des vins allemands. Il est donc maintenant temps d’ouvrir vos horizons !

Hebdo

Le vin canadien

CHRONIQUE/ Depuis quelques années, la SAQ met de l’avant les vins du Québec dans ses succursales avec sa section Origine Québec. Désormais vendue dans les épiceries et les dépanneurs, l’industrie des vins québécois est en progression. Pour notre plus grand bonheur. On aimerait en dire autant des vins du reste du Canada, qui ne sont pas aussi accessibles. Moins nombreux par rapport aux vins d’ailleurs, ils sont souvent aussi plus dispendieux. Instinctivement, le consommateur se dirige alors vers d’autres choix.

Bien que le transport du vin entre les provinces du Canada ait été facilité par la loi dernièrement, il y a encore place au progrès pour promouvoir les vins du reste du Canada au Québec.

Hebdo

Prêts pour le Défi LocaBoire?

CHRONIQUE/ À quelques jours de célébrer la St-Jean-Baptiste, je vous lance le défi LocaBoire ! Dans la même lignée que le Défi Boire Local, lancé en 2015, les vignerons de La Route des vins de Brome-Missisquoi ont créé le mois LocaBoire, qui aura lieu du 24 juin au 22 juillet. « Pas de jus d’orange américain et pas de vin ou de bière de l’extérieur ! » Voilà le défi que nous lance l’organisation.

L’objectif derrière l’événement est, bien sûr, d’avoir un impact sur les habitudes de consommation des Québécois. Selon Marie-Florence Crevier-Paradis du Domaine du Ridge, « si tous les Québécois demandent des vins du Québec dans les restaurants, par exemple, ça aura un effet réel et concret sur toute une industrie. »

Hebdo

Calories à surveiller!

CHRONIQUE/ Alors que certains médecins recommandent de prendre un verre de vin par jour, les diététistes, eux, nous rappellent que notre verre de vin contient des calories!

L’été, avec les vacances, les terrasses et le BBQ, les occasions de prendre un verre sont plus nombreuses. En revanche, c’est aussi la période où nous portons une attention particulière à notre tour de taille pour pouvoir porter notre plus beau bikini. Afin d’éviter de culpabiliser quand on a une consommation à la main au bord de la piscine, voici quelques solutions.

Hebdo

Tout sur le vin gris!

CHRONIQUE/ Le vin gris a le vent dans les voiles cette année! Non, il ne s’agit pas d’un vin aux reflets gris charcoal, ni d’un vin issu essentiellement de pinot gris. Ce vin entre plutôt dans la catégorie des vins rosés. Il est élaboré principalement à partir de cépages rouges à jus blanc. Il se distingue par son procédé de vinification: le pressurage direct.

Après la récolte, les raisins sont foulés et pressés directement pour en extraire le jus. Il n’y a pas de macération entre le moût et la peau du raisin, ce qui explique la couleur pâle. La suite de la vinification s’effectue de la même manière qu’un vin blanc. Ainsi, le vin gris a une robe rose très claire aux reflets saumonés. Elle peut paraître presque blanche parfois, ce qui explique que lorsqu’on regarde attentivement (au-dessus d’une surface blanche, toujours!) entre les couleurs blanches et rosées, on peut y déceler de légers et subtils reflets grisâtres. Le vin gris est frais, délicat et prêt à boire dès sa mise en marché.

Hebdo

Le printemps avec la Vallée du Rhône!

CHRONIQUE/ Après Bordeaux, la Vallée du Rhône arrive en deuxième position parmi les appellations d’origine contrôlée en France, quant au nombre d’hectares de vignes plantés et le nombre d’hectolitres produits. La Vallée du Rhône, c’est 28 appellations, 27 cépages et plus de 5000 domaines vinicoles. On y produit principalement du vin rouge (81 %), un peu de rosé (13 %) et du blanc (6 %). Cette région propose une telle diversité que les vins du Rhône se consomment à l’année.

Voici quelques suggestions en ce dernier mois du printemps.

Hebdo

CHRONIQUE/ Rosés: des incontournables

Cinq jours de soleil consécutifs et le coup d’envoi est lancé pour la saison des rosés ! Sur nos tablettes, le millésime 2017 domine et une ligne directrice semble être suivie par plusieurs cuvées : des rosés très pâles, de la délicatesse et pas de sucre à outrance. Voilà ce qui vous attend cet été !

Les petits prix

Hebdo

CHRONIQUE/ Le Cabernet sauvignon en quelques lignes

Assurément le roi des cépages internationaux, le Cabernet sauvignon est cultivé partout à travers le monde. Originaire de France, de la région de Bordeaux, il serait issu d’un croisement entre le Sauvignon blanc et le Cabernet franc. La vallée de Napa, en Californie, et le Médoc, sur la rive gauche de Bordeaux, sont ses endroits de prédilection, mais il est aussi très présent en Argentine, au Chili, en Australie, en Afrique du Sud, au Canada, en Espagne et en Italie. Ainsi, il retient l’attention de nombreux amateurs de vins aux quatre coins du monde.

Cépage avec beaucoup de caractère, il offre des vins très colorés, riches, charnus et structurés. Ces propriétés lui confèrent un bon potentiel de vieillissement. Son profil aromatique se définit par des notes de cassis, de framboise, de tabac, de menthe, de cèdre et de poivron vert. Dans l’Ancien Monde (Europe), il n’est pas rare d’y retrouver des notes minérales, alors que dans le Nouveau Monde; le bois, la vanille et la confiture de fruits l’emportent à l’occasion. En France, il est souvent lié à d’autres cépages (Merlot, Cabernet franc, etc.) qui ont pour rôle d’assouplir ses tannins. Dans les climats plus chauds, son expression en « monocépage » est plus fréquente, puisque ses tannins sont plus enveloppés.