Hebdo

Diversité à l’italienne!

CHRONIQUE / Parmi les nombreux événements vinicoles de l’automne, le Salon des vins italiens de Montréal est un incontournable. C’est d’ailleurs le premier salon auquel j’ai participé quand j’étais encore étudiante en sommellerie (mon professeur en était un adepte!). Tapis rouge, ambiance feutrée, nourriture à volonté et les gens tirés à quatre épingles, etc. Cela ne fait aucun doute: les Italiens maîtrisent l’art de recevoir. J’ai eu la chance de m’y rendre en octobre dernier et d’y faire de belles découvertes.

Outre le célèbre sangiovese, l’Italie abrite près de 400 cépages indigènes et propose autant d’appellations, sinon plus! Pour le consommateur (et le sommelier) il est facile de s’y perdre. Elle possède un système de classification semblable à celui connu en France.

Hebdo

Soutenir la grève… localement!

CHRONIQUE/ Avez-vous essayé de vous tailler une place parmi les employés de la SAQ qui manifestaient la semaine dernière? Un peu gênant de franchir la barrière, n’est-ce pas? Si vous n’avez pas la cave remplie de réserves, sachez qu’on retrouve en épicerie plusieurs alternatives très intéressantes!

Comme les deux petits nouveaux de Jessica Harnois.

Hebdo

Pinot gris vs pinot grigio

CHRONIQUE/ L’un est plus riche et structuré, l’autre frais, simple et léger. Pourtant, il s’agit du même cépage, originaire de France et nommé différemment selon l’endroit où il est cultivé. Le pinot grigio est plus commun en Italie et le pinot gris est l’un des principaux cépages d’Alsace, mais on le retrouve aussi ailleurs dans le monde. Entre autres en Oregon, en Nouvelle-Zélande, en Argentine, au Chili, au Canada et même ici, au Québec.

Dans le cadre de La Grande Dégustation de Montréal, l’un des événements vinicoles les plus connus du grand public, j’ai eu la chance de participer à un concours mettant en vedette le pinot gris. Nous avons dégusté et jugé 109 produits, provenant de dix pays différents. Comme le style diffère considérablement, les organisateurs ont choisi de faire deux catégories: les pinots gris d’une part et les pinots grigio de l’autre. Ce dernier suscitant souvent moins d’engouement de la part des professionnels de l’industrie, perçu comme un vin facile et simple, nous a réservé de belles surprises.

Hebdo

La folie du nature!

CHRONIQUE/ Le mois dernier, j’ai siégé sur le jury du Jugement de Montréal, un concours exclusivement réservé à l’importation privée. Organisée par le RASPIPAV (Regroupement des Agences Spécialisées dans la Promotion des Importations Privées des Alcools et des Vins), cette compétition portait sur les vins rouges nature. Je dois l’avouer, je ne suis pas LA référence dans cette catégorie très répandue sur l’île de Montréal, mais qui tarde à s’implanter en région.

L’idée que je me faisais des vins nature était peu reluisante: des vins qui partent dans tous les sens, un aspect visuel trouble, des arômes de réduction au premier nez (pop corn brûlé, œufs pourris, odeurs animales, etc.) et un léger perlant en bouche.

Hebdo

Rouges d’automne

CHRONIQUE/ Les couleurs sont bien installées dans les arbres. Le temps frais se fait sentir et les journées raccourcissent. Au moment d’écrire ces lignes, la pluie se manifeste depuis trois jours consécutifs. Le temps gris m’a donc donné envie de colorer la table avec un peu de rouge dans le verre !

Voici quelques incontournables pour la saison :

Hebdo

«Vins d’hauteurs» l’Argentine, partie 2

CHRONIQUE/ La semaine dernière, je vous ai parlé du vent de renouveau qui semblait vouloir s’installer en Argentine. Moins puissants et boisés, plusieurs vins sont dorénavant axés sur la fraîcheur, le fruit et l’équilibre. Certes les vignerons ont repensé leur façon de faire quant à l’exploitation du malbec, mais il y a aussi un grand engouement autour des terroirs en altitude.

Nul besoin de vous dire que le paysage en Argentine est magnifique! À mon arrivée à Mendoza, nous avons longé la cordillère des Andes. Il y avait des montagnes à perte de vue et le spectacle a duré presque pendant deux heures de route. S’étendant sur des milliers de kilomètres, il aurait continué, mais nous étions arrivés à destination, sur les terres du vignoble de Salentein, où nous étions hébergés dans de petites villas en plein cœur des vignes. La prestance des montagnes est tellement impressionnante qu’aucune de mes photos prises lors de mon voyage n’a réussi à leur rendre justice...

Hebdo

Le malbec nouveau genre (l’Argentine, partie 1)

CHRONIQUE/ En août dernier, j’ai échangé mon été québécois pour l’hiver argentin le temps de quelques jours. Rappelons-nous que dans l’hémisphère sud, les saisons sont à l’opposé des nôtres ! J’étais très emballée à l’idée d’aller découvrir ce magnifique pays, mais je dois l’avouer, je partais avec un préjugé défavorable envers ses vins. Un an plus tôt, j’avais eu la chance d’accompagner Nadia Fournier, auteure du Guide du Vin Phaneuf, dans quelques dégustations et nous avions consacré une journée entière aux vins d’Argentine. Résultat : un boisé marqué par des notes de vanille, des vins très chaleureux et assez lourds.

Colonisée par l’Europe, l’Argentine viticole affichait un style plutôt classique à ses débuts, mais au tournant des années 2000, elle semble avoir été influencée par la critique américaine qui réclamait des vins riches, presque sucrés, concentrés et à la texture épaisse. Ceux qui lisent cette chronique toutes les semaines doivent commencer à connaître mes goûts: le bois à l’excès et les tanins hyper charnus, c’est moins dans mes cordes.

Hebdo

Quelques notions de vendanges!

CHRONIQUE/ La semaine dernière, je participais au Tour 2018 du vignoble québécois. La fébrilité était palpable chez les vignerons: les vendanges allaient commencer d’un jour à l’autre, et plus tôt que prévu, dû à notre été chaud et ensoleillé.

La vendange, soit le moment de la récolte des raisins, s’effectue lorsque les baies sont à leur maturité optimale. C’est-à-dire, quand la migration du sucre des feuilles vers les raisins s’est arrêtée. Le but ultime est d’atteindre l’équilibre entre l’acidité et le sucre. Une récolte trop hâtive apportera une verdeur au vin alors qu’à l’inverse, si elle est trop tardive, il perdra en acidité.

Hebdo

Taillé pour la garde

CHRONIQUE/ Tout amateur de vin rêve d’avoir sa propre collection, mais est-ce que tout amateur a déjà goûté un vieux millésime? Avant de se lancer dans un tel projet, c’est un incontournable! Loin du fruit frais, gourmand et du caractère fringant des jeunes vins auxquels nous sommes habitués, la fraîcheur fait place aux notes d’évolution qui se rapprochent plutôt du fruit séché, du tabac, du cuir et du champignon. C’est un tout autre registre d’arômes et de saveurs.

Sans avoir la prétention d’être un vin de 10 ou 15 ans d’âge, cette bouteille espagnole vous donnera un léger aperçu du style.

Hebdo

Cinq blancs pour prolonger l’été

CHRONIQUE/ Petit à petit, le vin blanc fait son chemin au sein de la consommation générale. Tant en restauration que dans les événements vinicoles auxquels je participe, j’observe dans les verres, une nette augmentation de cette couleur jaune aux reflets verts à dorés. Léger, digeste, vivifiant, rassasiant, rafraîchissant, mais aussi complexe, profond et empreint de caractère, la liste des raisons d’aimer le vin blanc est longue. Certes les ventes de vin rouge demeurent supérieures, mais l’engouement pour le blanc est palpable. Et il s’amplifie durant la saison estivale qui tire à sa fin...

Histoire de prolonger l’été, voici cinq suggestions...