Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Claude Plante
La Tribune
Claude Plante
Le circuit baptisé la Véloroute des Grandes-Fourches comporte plusieurs pentes plus agréables à descendre qu’à monter.
Le circuit baptisé la Véloroute des Grandes-Fourches comporte plusieurs pentes plus agréables à descendre qu’à monter.

Préparez vos mollets!

Article réservé aux abonnés
SHERBROOKE — L’Estrie, une destination vélo? Certainement, mais il faut souvent y mettre le prix!

Les cyclistes aventuriers savent qu’il faudra verser de la sueur, tellement le relief du circuit baptisé la Véloroute des Grandes-Fourches peut exiger de vous dépasser.

Même si vous demeurez sur les pistes cyclables, vous devrez fournir un effort soutenu pour affronter la bête. Vous n’en croirez pas vos mollets. 

Un bon exemple? La boucle Sherbrooke, Rock Forest, North Hatley et Lennoxville. Voilà un trajet d’une cinquantaine de kilomètres qui saura vous faire puiser dans vos dernières réserves à certains moments.

Pour le bien de cette chronique, le Cycliste du dimanche donne le départ de l’aventure au parc Jacques-Cartier, au cœur de Sherbrooke. On prend la direction du secteur Rock Forest.  

La piste cyclable longe la rivière Magog. Ceux qui souhaitent rouler près de l’eau seront toutefois déçus. Cette voie cyclable en vallons nous tient la plupart du temps loin de la rive. Viendra ensuite la rue Mills qui offre son accotement aux pédaleurs. Mais cette gentillesse n’est pas gratuite. Il faudra endurer une longue pente qui à elle seule justifie de prendre une douche à son sommet... 

Ensuite, la vie est belle jusqu’au village de Rock Forest. Le parcours vous fait emprunter le chemin Saint-Roch Sud. La gravité vous fera descendre une pente sans effort, mais cette même force de la physique vous fera regretter de vous être levé le matin…  

De bonnes côtes, dont quelques-unes assez abruptes, vous attendent et ne vous feront pas de cadeau.   

Mais si, elles vous en font! Plus vous monterez, plus de la vue sera magnifique. Plus la région sherbrookoise et l’Estrie se dévoileront. On prend les consolations où on peut, vous voyez. 

La route vous conduira à la base de plein air André-Nadeau. C’est le moment de prendre une pause après avoir fourni tous ses efforts. Et de prendre une décision!

À la base de plein air André-Nadeau, on peut rebrousser chemin vers Sherbrooke ou prendre son guidon à deux mains et affronter le chemin Beaudette.

Vous rebroussez chemin ou vous continuez; la deuxième option signifie prendre son guidon à deux mains et affronter la partie la plus hostile du parcours : le chemin Beaudette. Une longue pente vous attend. Pour ceux qui refusent de marcher à côté du vélo, chaque tour du pédalier devient une remise en question personnelle qui nous fait regretter les excès de nourriture des derniers jours… 

Étrangement, un bureau d’une psychologue se trouve au sommet de la côte… 

D’autres chemins de gravier et asphaltés vous conduiront au superbe village de North Hatley, l’un des plus beaux du Québec. Autre récompense.

Après ces émotions, c’est l’endroit idéal pour se restaurer. On peut se présenter à la charmante pâtisserie artisanale Saveurs et gourmandises pour se faire préparer un sandwich. On pourra aller le manger et relaxer au parc Dreamland sur le bord du lac Massawippi.

Pour ceux qui préfèrent les terrasses, celle du resto Pilsen semble tout indiquée.

Le reste du trajet, vers le secteur Lennoxville, se fera avec moins d’hostilités. C’est l’axe de la Massawippi, sentier bien connu en Estrie et qui a été aménagé sur une ancienne voie ferrée.

En fait, il reste un obstacle viendra troubler la belle tranquillité des derniers kilomètres parcourus. Une autre pente se dresse sur votre chemin en entrant sur le campus de l’Université  Bishop’s. C’est dernier relief d’importance avant le retour au point de départ.

Heureusement, cette portion a été asphaltée au cours des dernières années. Avant ce doux pavage, les descentes de cette côte abrupte n’étaient pas des plus commodes.

Le trajet qui suit est l’un de mes préférés dans cette boucle. Il nous fait rouler dans une forêt dense avant de nous mener au parc Atto-Beaver. On suivra ensuite la rivière Saint-François jusqu’au centre-ville de Sherbrooke.

Vos mollets vous en seront reconnaissants...  

On pour en savoir plus, on peut consulter la page web https://www.cantonsdelest.com/velo/circuit/12/veloroute-des-grandes-fourches-circuit-des-grandes-fourches.

Suivez-moi sur Facebook : https://www.facebook.com/Le-Cycliste-du-dimanche-103792991329126