Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Un étalage de semences de la jardinerie Floralies Jouvence.
Un étalage de semences de la jardinerie Floralies Jouvence.

Où trouver vos semences en temps de crise?

Larry Hodgson
Larry Hodgson
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Vous avez sans doute vu la nouvelle : les semenciers sont en crise et il y a un risque que plusieurs semences manquent cette année.

L’engouement actuel pour le jardinage — 2020 a établi un record de tous les temps pour le jardinage au Québec et tout indique que 2021 le dépassera largement — a fait que plusieurs semenciers (ces compagnies qui nous fournissent en semences de légumes et de fleurs) sont débordés, leurs stocks baissent rapidement et il n’y en aura pas assez pour satisfaire la demande. Les stocks de semences baisseraient dans les jardineries aussi.

À LIRE : Vers une pénurie de semences

Mais la situation n’est pas encore catastrophique. Tout indique que, si vous voulez jardiner en 2021, vous trouverez tout ce qu’il faut si vous savez comment faire. Voici quelques tuyaux…

1) En jardinerie

Oui, l’achalandage est en hausse dans les jardineries cette année. Les files d’attente à la caisse, avec des paniers pleins de produits pour le semis — sachets de semences, terreau, plateaux, pots, éclairage, etc. — étaient souvent imposantes. Mais les étalages de semis sont loin d’être vides. Au contraire, la plupart des jardineries ont prévu le coup et ont quadruplé ou plus leurs commandes de semences.

Actuellement, il y a encore un excellent choix. Oui, le choix baissera inévitablement, car il sera impossible cette année pour les jardineries de commander des semences supplémentaires pour combler les vides : leurs fournisseurs ne répondent plus! Mais, pour l’instant, c’est encore l’abondance.

Ma recommandation? Allez chercher vos semences bientôt, d’ici deux semaines. N’attendez surtout pas à la dernière minute ou vous risquez d’être déçu.

Un étalage de semences de la jardinerie Floralies Jouvence.

2) Chez les semenciers

C’est vrai que c’est la crise chez les semenciers. Malgré des efforts importants l’automne dernier pour prévenir tout contretemps (comme d’augmenter les stocks et de prévoir du personnel et des postes de travail supplémentaires), le nombre de commandes n’a pas augmenté juste un peu, il a triplé ou quadruplé dans plusieurs cas. Plusieurs semenciers ont suspendu temporairement la vente, le temps de compléter les commandes déjà passées, ou prévoyaient des retards de trois à cinq semaines dans la livraison. De plus, Postes Canada aussi est débordé, ajoutant un délai supplémentaire.

Chose certaine, il ne faudrait pas vous fier au catalogue imprimé des semenciers qui en produisent encore pour passer vos commandes. Ceux-ci ont été publiés pour la plupart en novembre ou en décembre. Calculez qu’ils sont désormais complètement désuets. Allez plutôt sur le site Web du fournisseur pour des informations à jour. Par exemple, dès qu’une semence devient épuisée, la plupart l’indiquent aussitôt. Et s’il y a des retards à prévoir, on l’affiche et alors vous saurez à quoi vous attendre.

Voici quelques semenciers qui — en date du 25 février — semblaient encore fonctionner assez normalement et qui n’indiquent pas un délai au-delà d’une semaine.

• Le potager ornemental de Catherine : potagerornemental.com
• Croisée des cultures : croiseedescultures.com
• Ferme Coopérative Tourne-Sol : fermetournesol.qc.ca
• Jardin de Julie : jardindejulie.com
• Jardin des Vie-la-joie : vielajoie.com
• Terre promise : terrepromise.ca
• Jardins féconds de Kélanie : lesjardinsfeconds.ca
• Les Jardins Laurentiens : lesjardinslaurentiens.com
• Semences Le Noyau : lenoyau.com
• Semences nourricières : fr.seedsforfood.net
• Semences Solana : solanaseeds.netfirms.com

3) Pigez dans vos réserves

Mais peut-être que vous avez déjà tout ce qu’il vous faut! Habituellement, il y a plus de semences dans un sachet qu’il n’en faut pour une seule saison. Beaucoup de jardiniers ont alors l’habitude de replier le rabat du sachet, de le sceller avec du papier collant et de mettre les semences de côté. Même conservées à la température de la pièce, la plupart de ces semences ainsi traitées sont bonnes pour trois ans. Si vous les conservez au frais, certaines peuvent durer dix ans.

Donc, vérifiez vos réserves de semences avant de passer une commande ou d’aller en jardinerie. Peut-être que vous découvrirez que, finalement, vous avez tout ce qu’il faut. Et s’il vous manque quelques variétés, au moins il y a alors une bonne économie à faire à utiliser les semences des années précédentes.

Bon succès dans vos recherches pour vos semences!

*****

L'ENTRETIEN DE LA SEMAINE

• Achetez vos semences en vue de la saison de jardinage extérieur.
• Taillez maintenant votre hibiscus rose de Chine (Hibiscus rosa-sinensis) pour stimuler une meilleure ramification et une floraison supérieure pendant l’été.
• Prenez des boutures de pélargoniums, impatientes, bégonias et autres pour décorer vos potées de balcon et de terrasse.
• Il est temps de faire les semis à l’intérieur de certaines plantes à croissance lente en vue du repiquage au jardin cet été : poireaux, bégonias, cinéraires maritimes, pélargoniums, etc.

*****

DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Un bonsaï qui perd ses feuilles.

Mon ficus bonsaï perd toutes ses feuilles et ses branches sèchent. Je l’ai acheté tout beau dans un pot qui n’a pas de trou dans le fond. Une partie du terreau est couvert par des pierres blanches décoratives qui sont collées ensemble. De l’autre côté du pot, c’est de la mousse.
Mariejo

Vous vous êtes fait avoir. Cultiver une plante dans un pot sans trou de drainage, avec en plus des pierres collées sur ses racines, ce n’est pas un milieu viable. La plante a été essentiellement programmée pour mourir. Le marchand qui vous l’a vendue compte sur le fait que la plante vivra peu de temps, ce qui vous poussera à en acheter une autre. Je ne sais pas de qui vous avez acheté cette plante, mais il faudra l’éviter à l’avenir. Il ne faut jamais acheter des plantes dans un pot sans trou de drainage!

Pour sauver votre ficus — il s’agit d’un ficus ginseng (Ficus microcarpa) —, dépotez-le et faites tomber tout l’ancien terreau. Il faudrait le rempoter dans un pot de culture ordinaire, pas dans un pot de bonsaï, pour permettre à la plante de récupérer. Un pot classique avec des trous de drainage au fond, de taille un peu plus large que la motte des racines, conviendrait bien.

Placez un morceau de papier journal ou d’essuie-tout au fond du pot : il laissera tout surplus d’eau se drainer, mais empêchera le terreau de sortir par les trous. Aucune «couche de drainage» n’est nécessaire.

Procurez-vous un terreau pour plantes d’intérieur et versez-en dans un bol. Ajoutez de l’eau tiède et remuez avec une cuillère pour bien l’humidifier : visez une consistance comme une éponge essorée. Versez-en assez dans le pot pour que la plante soit au même niveau que dans son pot d’origine. Centrez-y la plante et comblez le vide autour avec plus de terreau. Arrosez doucement, attrapant tout surplus d’eau dans une soucoupe et jetez-le.

Placez la plante dans en endroit ensoleillé à une température normale d’intérieur. Avec le temps, du moins je l’espère, de nouvelles feuilles sortiront et la plante reprendra de la vigueur. Il serait alors temps de supprimer toute branche qui n’a pas de feuilles : elle est sûrement morte.

Je suggère de ne pas remettre la plante dans un pot de bonsaï, même quand la plante a récupéré — le maintien d’un bonsaï nécessite une grande expertise de la culture des plantes et il faudrait suivre un cours pour en apprendre les bases —, mais vous pourriez déposer le pot de culture dans un cache-pot de style oriental : un bon compromis. Après chaque arrosage, videz tout surplus d’eau qui s’accumule dans le cache-pot.

+

On peut démarrer les tubercules de dahlia à l’intérieur, mais probablement pas avant le mois de mai.

Puis-je démarrer mes tubercules de dahlias à l’intérieur et les transplanter en mai à l’extérieur?
Michelle

Oui, et c’est même une façon de leur donner une petite avance sur la saison. Par contre, il est trop tôt pour le faire. Normalement, on démarre les tubercules quatre à six semaines avant de pouvoir les planter en pleine terre. Sachant que les températures se réchauffent assez pour le repiquage en plein air vers la mi-juin dans la plupart des régions (rarement en mai), vous pourriez logiquement les démarrer au début de mai.

Pour ce faire, il suffit d’empoter les tubercules dans un bon terreau, les couvrant à peine de substrat (vous les planterez à une profondeur supérieure au jardin) et de les placer sur un rebord de fenêtre ensoleillée. Arrosez en douceur. Habituellement, de nouvelles pousses feuillues apparaîtront rapidement.

+

Des questions svp!
Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com ou par courrier à :
Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)  G1K 7J6

*****

CALENDRIER HORTICOLE

Vous cherchez des activités horticoles pour meubler vos temps libres? En voici quelques-unes pour les jours qui viennent…

La Fête des semences et de l’agriculture urbaine
Pour les passionnés de jardinage ou d’alimentation locale, la Fête des semences et de l’agriculture urbaine de Québec continue jusqu’au 8 mars. Au programme en ligne : une trentaine de semenciers et d’exposants (dont certains offrant des rabais) et plusieurs conférences. Prix : gratuit pour l’accès aux exposants, 15 $ pour les conférences. Pour info, visitez le site Web du Réseau d’agriculture urbaine de Québec au rauq.org.

Radio CKIA et Facebook Live
L’émission radiophonique et virtuelle Le Jardinier paresseux avec Larry Hodgson est offerte gratuitement les mercredis à 10h à CKIA-FM88,3 et sur facebook.com/JardinierParesseux.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.