Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Poivron vert (immature) et rouge (mature) sur la même plante
Poivron vert (immature) et rouge (mature) sur la même plante

Mon premier semis de poivron

Larry Hodgson
Larry Hodgson
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
C’est la première fois que vous cultivez des poivrons? Voici comment faire.

D’abord, sachez que le poivron et le piment sont deux formes de la même plante : Capsicum annuum. La différence est que le poivron ne contient que peu ou pas de capsaïcine (l’élément piquant des piments) et que son fruit est plus gros. 

Si nous sommes plus familiers avec le poivron carré, le poivron est en fait offert sous plusieurs formes : le poivron long ou poivron banane, le poivron corne de taureau, le poivron mi-long, le mini poivron carré, le poivron cerise, etc. Et il vient dans plusieurs couleurs : rouge, orange, jaune, chocolat, pourpre ou ivoire. On peut consommer tous les poivrons au stade vert ou à maturité, quand ils prennent leur coloration finale. Ils sont toutefois plus sucrés et digestes quand ils sont à maturité.

Préférez les variétés à maturation rapide (50 à 65 jours) ou, à la limite, mi-saison (70 à 90 jours), mieux adaptées à notre climat que les poivrons à maturation tardive (100 à 180 jours). 

Un semis à l’intérieur

Le poivron est un légume de climat chaud : il n’aurait pas le temps de mûrir si on le semait en pleine terre sous notre climat. Ainsi, il faut le démarrer à l’intérieur. On le sème habituellement vers la fin de mars, soit environ 9 semaines avant le repiquage en pleine terre au début de juin.

Assemblez vos matériaux

En plus de semences, offertes en toute jardinerie ou en ligne par divers semenciers, il vous faut des pots avec trou de drainage, du terreau pour semis et un plateau avec un dôme transparent assorti. 

Semis de poivron

La culture du poivron étape par étape

  • Humidifiez du terreau dans un bol, ajoutant de l’eau tiède et remuant pour qu’il soit uniformément humide.
  • À l’aide d’une cuiller, versez du terreau dans le pot, laissant toutefois un rebord de 1 à 1,5 cm libre de terreau pour faciliter l’arrosage. 
  • Avec un crayon, percez un trou de 0,6 cm de profondeur dans le terreau au centre du pot.
  • Déposez 2 ou 3 graines dans le trou (au cas où la germination soit faible).
  • Couvrez avec du terreau.
  • Vaporisez avec de l’eau tiède pour tasser le terreau.
  • Placez les pots dans le plateau et recouvrez-le du dôme. Le dôme assurera une forte humidité et une température plus constante, importantes pour une bonne germination.
  • Placez le plateau dans un emplacement chaud (24 à 29°C si possible) et bien éclairé, mais pas encore au soleil direct.
  • Après la germination, qui prend habituellement 6 à 8 jours, enlevez le dôme.
  • Placez maintenant le plateau dans l’endroit le plus ensoleillé possible ou sous une lampe fluorescente ou DEL réglée à 16heures par jour. Il faut une assez bonne chaleur — au moins 21°C — pour cette plante bien tropicale.
  • Si plus d’un semis lève dans un même pot, supprimez les surplus aux ciseaux.
  • Quand la température nocturne commence à dépasser régulièrement 12°C, probablement à la fin de mai, commencez à acclimater les plants aux conditions de plein air : 2 ou 3 jours à l’ombre, 2 ou 3 jours à la mi-ombre, 2 ou 3 jours à l’ombre. N’hésitez pas à les rentrer à l’abri si une nuit fraîche s’annonce.
Quand l’air et le sol se sont bien réchauffés, vous pouvez repiquer les plants de poivron au jardin.
  • Repiquez au jardin seulement quand il n’y a vraiment plus de risque de nuits fraîches, au plein soleil et dans un sol riche et bien drainé, espaçant les plants de 30 cm. Plantez les semis plus profondément qu’en pot, couvrant la tige de terre jusqu’à la hauteur des feuilles inférieures. Le plant s’enracinera sur la partie enterrée et poussera alors plus vigoureusement. 

Dans certaines régions, et notamment en altitude ou dans le Nord, il faut couvrir les plants d’une cloche ou d’un tunnel transparent, ou encore les cultiver en serre, et ce, pour rehausser la température nocturne, sinon les fruits ne mûrissent pas. Si oui, il faut enlever ou ouvrir l’abri le jour pour permettre les insectes de fait la pollinisation dès que la plante commence à fleurir.

Pendant l’été, arrosez au besoin dès que la terre est sèche au toucher et donnez une légère fertilisation mensuelle avec un engrais soluble tout usage. L’utilisation d’un paillis peut aider à maintenir une humidité plus stable. 

Récoltez le fruit au stade vert ou mûr, à votre goût. 

Et voilà! Avec ces renseignements, vous aurez une superbe récolte de poivrons cet été!

*****

L'ENTRETIEN DE LA SEMAINE

› Mettez vos raquettes et profitez de l’épaisse couche de neige pour tailler les arbres : ainsi vous n’aurez pas besoin d’une échelle!

› Si vous voyez des insectes sur vos plantes d’intérieur, essayez une vaporisation au savon insecticide, un produit biologique efficace.

› Par une belle journée, nettoyez les vitres pour mieux éclairer vos plantes de maison.

› Si vous ne pouvez pas rempoter une grosse plante d’intérieur à cause de sa taille, faites au moins un «surfaçage» : grattez le terreau en surface avec une fourche et remplacez-en les 2 premiers centimètres avec un terreau frais.

*****

DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Il est habituellement facile de faire germer un avocatier à l’intérieur.

Depuis plusieurs mois, j’essaye de faire enraciner un avocat. Aucune des façons de faire que j’ai trouvées sur le Web ainsi que celle dans votre livre Les plantes d’intérieur n’a donné une plante. 
— Laurent Bérubé

Votre question est surprenante, car la plupart de gens réussissent très bien à démarrer un noyau d’avocat. Habituellement, c’est la culture de la plante par la suite qui pose problème. Je ne peux que présenter une des méthodes qui devraient fonctionner en espérant que vous ayez plus de chance la prochaine fois.

D’abord, procurez-vous un avocat très mûr, à l’écorce un peu ramollie. Les fruits encore durs peuvent avoir été récoltés trop tôt et dans ce cas, leur noyau sera immature et ne germera pas. Aussi, le taux de succès est plus grand au printemps, donc c’est en plein la saison pour commencer.

Certaines personnes insistent pour faire germer le noyau en le suspendant au-dessus d’un verre d’eau, mais le taux de succès est moindre. Mettez toutes les chances de votre côté et plantez-le dans un pot de terreau. Il suffit de remplir un pot de terreau humide jusqu’à 2cm du bord. Extrayez et nettoyez le noyau, enlevant toute chair, puis placez-le dans le pot, partie aplatie vers le bas, couvrant sa base de terreau jusqu’à environ la moitié de sa hauteur. Placez le pot dans un emplacement chaud (20°C et plus) et attendez patiemment, arrosant seulement quand le terreau est sec au toucher. Normalement, vous devriez voir apparaître une tige avec quelques feuilles dans 2 ou 3 semaines.

Un potager surélevé placé au plein soleil et rempli de terre à potager permet d’excellentes récoltes de légumes.

Mon jardin est maintenant trop ombragé à cause d’un arbre qui a grandi et je veux recommencer. Quelles sont les conditions idéales pour la plantation en pleine terre de tomates, de concombres et de fines herbes ainsi que les engrais à utiliser pour chacun et le type de terre à utiliser. Est-ce que je peux mélanger les trois plantes ou dois-je les séparer?
— Claude Chaussé

Il faut surtout un emplacement au plein soleil (au moins 6heures de soleil par jour) dans un emplacement bien drainé loin de tout arbre aux racines dominantes. Le sol doit être riche et bien drainé, légèrement acide. Le plus facile pour un nouveau potager est de préparer un cadre de bois de 25cm de hauteur, de tapisser le fond avec 7 à 10feuilles de papier journal pour servir de barrière temporaire contre les mauvaises herbes et de remplir le cadre d’une bonne terre à potager. Votre jardinerie saurait vous conseiller une terre de qualité: il ne faut jamais lésiner sur la qualité de la terre apportée. Il n’est pas nécessaire d’acheter un engrais spécifique à chaque plante ni même un engrais «pour légumes» ou «pour potager»: tous les engrais s’équivalent. Préférez toutefois un engrais à dégagement lent, car alors une seule application par saison suffit. Ensuite, appliquez l’engrais selon les recommandations du fabricant. 

Pouvez-vous mélanger les trois plantes? Les tomates et les concombres ont des besoins équivalents, donc oui. Les fines herbes constituent une vaste gamme de plantes différentes aux besoins variables. En général, elles vivent assez bien avec les tomates et les concombres — le basilic en particulier! —, mais la plupart préféraient quand même un sol un peu plus sec, car un peu de stress hydrique intensifie leur saveur. Dans le sol bien arrosé nécessaire pour bien réussir les tomates et les concombres, leur goût risque d’être un peu dilué.

Notez que vous auriez aussi pu faire un très beau potager dans un grand bac.

+

Des questions svp!
Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com ou par courrier à :
Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)  G1K 7J6

*****

CALENDRIER HORTICOLE

Vous cherchez des activités horticoles pour meubler vos temps libres? En voici quelques-unes pour les jours qui viennent…

Radio CKIA et Facebook Live
L’émission radiophonique et virtuelle Le Jardinier paresseux avec Larry Hodgson est offerte gratuitement les mercredis à 10h à CKIA-FM88,3 et sur facebook.com/JardinierParesseux.

Formation en ligne
L’agronome urbaine Lili Michaud offre la formation en ligne Le potager : planification, aménagement et entretien. Il s’agit d’une formation de près de trois heures partagée en 10 leçons de 12 à 28 minutes que vous pourrez suivre dans le confort de votre foyer, au moment qui vous convient et à votre rythme. Pour jardiniers débutants ou initiés. Coût : 30 $ + taxes.

 Information : lilimichaud.com

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.