Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le semis de base n’est pas compliqué, mais il y a de petits trucs qu’on peut appliquer pour obtenir de meilleurs résultats.
Le semis de base n’est pas compliqué, mais il y a de petits trucs qu’on peut appliquer pour obtenir de meilleurs résultats.

10 trucs pour mieux réussir vos semis

Larry Hodgson
Larry Hodgson
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Nous arrivons à la saison des semis à faire à l’intérieur : de la mi-mars à la mi-mai, il est temps de semer certains légumes et certaines fleurs à l’intérieur pour gagner de l’avance sur la saison. Voici 10 petits trucs pour obtenir le meilleur succès possible!

Faire des semis à l’intérieur n’est pas sorcier. On insère deux ou trois petites semences dans un pot rempli de terreau, on arrose le terreau, on place le pot dans un endroit bien éclairé, mais pas au soleil direct, à la température de la pièce, et l’on recouvre le tout d’un dôme de plastique transparent pour maintenir une forte humidité, voilà tout. Dans 7 à 21 jours, de petits plants sortent du terreau et alors on enlève le dôme et commence à les entretenir plus assidûment. Du moins, c’est la base de leur culture.

Lisez le sachet

Habituellement, tous les renseignements importants sur le semis sont écrits sur le sachet de semences. En abrégé, peut-être, mais les détails sont là. Notamment, on indique : si cette plante préfère un semis à l’intérieur ou en pleine terre; la date recommandée pour le semis, habituellement exprimée selon la formule «nombre de semaines avant le repiquage en plein air», habituellement le 10 juin dans la région de Québec pour les légumes fragiles au froid comme les tomates, les concombres et les poivrons. 

Profondeur et espace­ment du semis

Tout besoin spécial, s’il y en a. Certains semis ont besoin de lumière pour germer, par exemple, ou encore, il est recommandé de les faire tremper dans de l’eau tiède 24 heures avant le semis. Utilisez un petit pot… mais pas trop petit. Pour les semis, un petit pot de 6 à 7,5 cm suffit. On peut utiliser un petit pot individuel, mais les plateaux multicellules sont aussi très pratiques.

On peut aussi recycler toutes sortes de contenants à cette fin (pots de yogourt, verres à café, etc.) si on perce un trou de drainage au fond. Évitez toutefois les tout petits contenants : boîte d’œufs, coquilles d’œufs évidées, bacs à glaçons, etc. Les semis y germent bien, puis dépérissent, faute d’espace pour leurs racines. 

Les «experts» sur Facebook recommandent souvent de semer dans une boîte d’œufs, mais en fait, cela donne de piètres résultats.

Pour débuter, il faut de la chaleur

Une température assez chaude (21 à 24°C) stimulera une germination supérieure, mais parfois le rebord de la fenêtre est plutôt frais la nuit à cette saison. Il peut être utile, alors, de placer un carton entre la fenêtre et la tablette la nuit ou encore, de placer les pots sur un tapis chauffant (offert en jardinerie). 

Après, la fraîcheur

Oui, curieusement, après la germination, soit le moment magique où une petite plantule sort de la graine que vous avez semée, elle préfère plus de fraîcheur, surtout la nuit. Le tapis chauffant n’est plus nécessaire et le rebord de fenêtre, trop frais il y a seulement quelques jours, est tout d’un coup à la température parfaite!

Un maximum de soleil

Habituellement, après la germination et une fois que le dôme est enlevé, il faut le plein soleil ou le plus près de plein soleil que vous pouvez offrir. Il est aussi possible de cultiver les semis sous une lampe fluorescente ou DEL, suspendant la lampe à 15 à 30 cm de leur tête. Ajoutez une minuterie et réglez-la à 12 à 16 heures par jour.

N’oubliez pas d’arroser 

Une fois que la plante a germé, elle utilise plus d’eau. Vérifiez quotidiennement (et je n’exagère pas), car parfois les semis passent d’humides à secs en seulement 24 heures. Un terreau sec sera de couleur plus pâle qu’un terreau humide et sera aussi, bien sûr, sec au toucher. 

Arrosez par trempage

En arrosant par-dessus, on renverse parfois les petits plants. Alors, versez plutôt de l’eau tiède dans le plateau, assez pour bien en couvrir le fond. L’eau montera dans le terreau par capillarité. Après 20 à 30 minutes, videz tout surplus d’eau. C’est aussi facile que cela!

N’oubliez pas de fertiliser

La graine elle-même fournit tous les minéraux dont le semis a besoin au début. Mais une fois que le petit plant y a 4 ou 6» vraies feuilles», ses vivres commencent à manquer. Il est donc utile d’arroser hebdomadairement avec un engrais soluble à ¼ de la dose recommandée.

Donnez un quart de tour

Donnez un quart de tour au plateau tous les 3 ou 4 jours. Sinon, les semis se pencheront vers la source de lumière.

Acclimatez vos semis

Acclimatez vos semis aux conditions d’extérieur sur environ une semaine, d’abord à l’ombre, puis à la mi-ombre, puis au soleil, avant de les repiquer en pleine terre. Sinon, ils brûleront. Et voilà! Avec ces 10 conseils, vous aurez une superbe production de légumes à repiquer à la belle saison.

*****

L'ENTRETIEN DE LA SEMAINE

  • Les bulbes d’été (glaïeuls, dahlias, bégonias tubéreux, etc.) qui sont arrivés en jardinerie. N’attendez pas trop pour faire votre choix. 
  • Avec le retour des jours plus longs, les plantes d’intérieur reprennent leur croissance et vous pouvez donc recommencer à les fertiliser à environ la moitié de la dose recommandée sur le mode d’emploi.
  • Il est temps de semer à l’intérieur certaines annuelles, notamment le bacopa, le dichondra, la plante aux éphélides, l’œillet des fleuristes, le pétunia et la rudbeckie.

*****

DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Parmi les succulentes, seuls les cactus ont des aréoles: petits coussinets duveteux.

Quelle est la différence entre une plante succulente et un cactus? Est-ce que je peux combiner les deux dans un même pot?
Mariejo

Une plante succulente est un végétal qui emmagasine de la sève dans ses tiges ou ses feuilles enflées. Ainsi, elle est «pleine de suc» (succulente). Les succulentes viennent de climats arides où souvent il ne pleut pas pendant plusieurs mois. Dans la maison, nous les arrosons normalement, quand le terreau est sec au toucher, de mars à septembre, mais les laissons davantage sécher l’automne et l’hiver. Elles préfèrent le plein soleil ou, à tout le moins, un éclairage intense, et ce, toute l’année. Parmi les succulentes populaires, il y a le crassula (plante jade), l’aloès, le sédum, l’echevéria et le haworthia. Elles appartiennent à plusieurs familles différentes.

Les cactus sont un sous-groupe des succulentes, appartenant à leur propre famille, les Cactacées. Presque exclusivement originaires du Nouveau-Monde, ils ont des tiges enflées, généralement pas de feuilles (ils font la photosynthèse à partir de leurs tiges vertes) et la plupart sont couverts d’épines. Ils se distinguent instantanément des autres succulentes par leurs aréoles, de petits coussins duveteux d’où partent les épines, les tiges et les fleurs, un trait qui n’est partagé par aucune autre plante au monde.

Leur entretien des cactus et des autres succulentes est similaire, mais la plupart des cactus préfèrent des températures nettement fraîches l’hiver (moins de 15°C) et une absence presque totale d’arrosage, alors que la majorité des autres succulentes préfèrent la température de la pièce et des arrosages un peu plus assidus pendant l’hiver. Ainsi, il est difficile de les faire partager le même pot, surtout à long terme.

Feuille d’hoya d’amour souffrant de pourriture.

J’ai reçu cette plante en cadeau. Que lui arrive-t-il? Puis-je la soigner?
Martine Quirion

C’est une bouture de feuille d’hoya appelé hoya d’amour (Hoya kerrii) à cause de sa forme qui rappelle un cœur. On la vend souvent à la Saint-Valentin comme plante cadeau. Habituellement, la bouture s’enracine, mais ne produit jamais de plante (pas de tige, pas de fleurs, pas de nouvelles feuilles) et, en fait, ne pousse pas du tout, mais reste figée. Malgré tout, la feuille peut souvent vivre plusieurs années avant de mourir de sa belle mort. Tout ce qu’il lui faut est un bon éclairage, une température normale d’intérieur et un arrosage bien modeste. 

Cela dit, votre feuille est en train de pourrir. La pourriture est une maladie fongique ou bactérienne qui peut apparaître sans explication, mais qui est souvent associée à un éclairage faible ou un arrosage excessif. Malheureusement, il n’y a rien à faire quand la pourriture est très avancée, comme dans le cas présent. Votre «plante» est moribonde.

Une suggestion : si la feuille charnue en forme de cœur de l’hoya d’amour vous intéresse, pourquoi ne pas acheter une plante de cet hoya plutôt qu’une bouture de feuille? La plante poussera et produira d’autres feuilles, même éventuellement des fleurs. Et elle est beaucoup plus robuste qu’une feuille seule et risque de mieux résister à tout début de pourriture.

+

Des questions svp!
Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com ou par courrier à :
Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)  G1K 7J6

*****

CALENDRIER HORTICOLE

Vous cherchez des activités horticoles pour meubler vos temps libres? En voici quelques-unes pour les jours qui viennent…

Radio CKIA et Facebook Live
L’émission radiophonique et virtuelle Le Jardinier paresseux avec Larry Hodgson est offerte gratuitement les mercredis à 10h à CKIA-FM88,3 et sur facebook.com/JardinierParesseux.

Formation en ligne
L’agronome urbaine Lili Michaud offre la formation en ligne Le potager : planification, aménagement et entretien. Il s’agit d’une formation de près de trois heures partagée en 10 leçons de 12 à 28 minutes que vous pourrez suivre dans le confort de votre foyer, au moment qui vous convient et à votre rythme. Pour jardiniers débutants ou initiés. Coût : 30 $ + taxes.

 Information : lilimichaud.com

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.