Le ménage du garde-robe. Mon objectif raisonnable, éliminer 30% de son volume.
Le ménage du garde-robe. Mon objectif raisonnable, éliminer 30% de son volume.

Épurer sa garde-robe pendant la quarantaine

La conception de garde-robes fonctionnelles pour les clients est l'une des facettes du métier de styliste personnel. Mais avant d’en arriver à posséder une penderie structurée, il faut avoir une vision globale de ce que l’on possède. Nous devons faire un tri pour conserver ce qui est pertinent et pour certains, quelques pièces sentimentales. J’ai questionné Mademoizelle Fizz, styliste de mode, qui a expliqué comment faire étape par étape. Me mettre à la tâche serait aussi l’occasion de faire des photos pour bien illustrer la démarche.

Objectif: réduire d’environ 30 % le volume de ma garde-robe et donner mes vêtements à mes cousines Sandrine et Angélique. Les deux étant encore aux études, ce sera une façon de leur permettre de faire moins de dépenses. J’aime beaucoup cette idée.

Dimanche matin, je commence. La styliste me mentionne que cet exercice requiert un peu d’introspection. En préambule, nous devons comprendre que cette démarche cathartique peut parfois devenir très émotive. Peut-être avons-nous pris du poids? Peut-être que cette robe éveille des souvenirs? Peut-être que je ne veux pas me voir comme je suis? La démarche demande beaucoup d’ouverture. J’en prends rapidement conscience. Dans un monde idéal, je serais moins courbe et plus athlétique. Mais j’ai la santé, c’est un bon départ. 

Sortir chaque item de son garde-robe. Essayer, inspecter, disposer, brosser et ranger. Pour ma part, je dispose des vêtements que je désire donner dans des grands sacs

Je sors un à un les vêtements de cet espace. Dans le doute, j’essaie. Je constate que certaines pièces sont rentabilisées par la simple fréquence de leur utilisation. D’autres sont des parures de penderies. Certaines ont encore leurs étiquettes. J’ai même trouvé un sac de chez Simons avec un chandail Marimekko et un superbe pull Nina Ricci. Prise de conscience, j’aime mes achats, mais je me retrouve à ne pas tout porter. 

Trois regroupements se forment. Ce que je conserve, ce que je donne, dans de grands sacs et ce qui est à recycler, dans une pile au sol. Mon lit se transforme en montagne au grand bonheur de mes chats. Une fois vide, c’est le moment de frotter à fond les murs, de passer l’aspirateur et d’éliminer la poussière. Pour celles qui envisagent de vendre leurs vêtements sur des pages de revente, cet espace s’avère le studio le plus pratique. On accroche, on place et l’on photographie nos morceaux un à un. 

Le ménage du garde-robe est également pour moi l'occasion d'adresser un problème chronique: les poils de chats.

La journée passe. Déjà six bonnes heures de travail. Les sacs sont pleins de beaux vêtements. Je vais certainement faire des heureuses. Chaque morceau qui retourne dans mon garde-robe est pressé, brossé et propre. Je trie par catégories. Les robes vont à gauche, au centre les chemisiers et à droite les pantalons. La coordination par couleur n’est pas une option. Malgré que j’ai atteint mon objectif d’élimination de 30 %, l’espace se remplit vite. Je suis encore loin de la purge à la Marie Kondo. Qu’à cela ne tienne, tout est fonctionnel et maintenant prêt à être porté. 

De cet exercice, j’ai appris que je gagne à être plus créative dans mes combinaisons. Je peux aussi me permettre d’être un peu plus chic lors des jours de travail où je fais de la photographie. Je continuerai à porter le jeans de rigueur, mais je peux l’agencer avec un beau haut, bien placé dans ma garde-robe remplie de trésors. 

Il faut diviser nos vêtements en piles: jupes, pantalons, chemisiers et vestons seront ainsi mieux différenciés. 

Étape par étape avec Mademoizelle Fizz

«Dans ma philosophie de travail, il faut que ce soit toujours agréable et efficace, lance Mademoiselle Fizz qui d’entrée de jeu propose de prévoir au moins une demi-journée. Vous devez tout sortir pour pouvoir créer un bon ordre. «Le but est un résultat optimal, pour que le matin quand tu te lèves et que tu te demandes ce que tu vas mettre, tu retrouves facilement ce qui correspond à ton style.»

En premier, on se prépare à diviser nos vêtements en piles. On privilégie un endroit bien éclairé, avec la lumière du jour de préférence. La subdivision se fait comme suit:

› ON GARDE
Pour la pile de vêtements à garder, la démarche de tri sera facilitée en classant les vêtements par catégories dès le départ.

› Les jupes
› Les pantalons
› Les chemisiers
› Les vestons
› Les robes tout aller et les robes de soirée
› Une section sentimentale

Une fois cette démarche complétée, on passe à l’étape du nettoyage et du rangement. La styliste nous recommande de placer nos vêtements selon leur type. On placera à portée de main nos pièces les plus utiles pour être plus pratique.

Une fois le garde-robe vide, profitez de l'espace pour prendre des photos des vêtements que vous aimeriez vendre.

› ON RÉPARE CES VÊTEMENTS QUI ONT BESOIN D’AMOUR
Le service de réparation est disponible à certaines adresses et chez certains teinturiers. Pour ceux qui désirent faire leurs propres réparations, la chaîne YouTube Couture Académie vous propose plusieurs tutoriels explicatifs. 

› ITEMS DE VALEUR SENTIMENTALE
Aux yeux de certains, il y a des pièces dont on ne peut se départir. On peut leur réserver l’espace au fond du garde-robe. Pour les pièces que certains voudront laisser en souvenir pour les générations à venir, on peut penser à l’entreposage. Le centre de conservation du Québec donne certaines recommandations pour la conservation des textiles. Pour les curieux, c'est ici

Deux sacs biens remplis de vêtements, dont certains qui portent toujours les étiquettes, feront le bonheur de mes cousines Sandrine et Angélique.

› ON DONNE OU ON VEND
Votre choix personnel est de disposer de ce qui ne fait plus ou que nous n’avez jamais porté. Mademoizelle Fizz affirme qu’il y a plein de façon de se départir d’un vêtement sans le mettre aux poubelles. Le commerce circulaire est tout à fait acceptable. «La notion de jeter est out. On recycle, on revend, on rachète. Il y a maintenant plein de plateformes où c’est possible de le faire. Également, il n’y a plus de honte à accepter les vêtements de tes amis. Tout se recycle maintenant et c’est OK!»

Le grand ménage de son garde-robe une fois terminé, le constat est que j'ai encore beaucoup de vêtements.

› ON JETTE
On se départit de ce qui est vraiment défraîchi. On peut penser au recyclage de vieux t-shirts en guenilles. On peut aussi remettre à un organisme qui recycle les textiles. Recyc-Québec propose un document très complet à ce sujet.