Cinq vins à prix doux

CHRONIQUE/ Fin janvier, c’est le moment de payer les comptes des folles dépenses faites pendant le temps des Fêtes. Éplucher vos factures, un bon verre de vin à la main sans vous ruiner, c’est possible ! Il y a de superbes rapports qualité-prix en ce moment sur le marché. Voici mon palmarès 2019 des meilleurs vins sous la barre des 15 $.

Dao 2017, Adega de Penalva (code SAQ : 12 728 904 ; 11,80 $)

Issu d’un assemblage de cépages portugais, soit encruzado, cerceal branco et malvasia fina, ce vin offre un incroyable rapport qualité-prix. Dégusté dernièrement, le nez m’est apparu plutôt discret, présentant de légers accents de bord de mer. C’est une fois en bouche qu’il a exprimé tout son potentiel. Ample et vibrant, il révèle des saveurs de coing, de miel et des notes florales. La texture est ronde et une touche d’amertume étire la finale. Beaucoup de matière pour le prix ! Accompagnez-le d’un poisson blanc à l’orange.

Trebbiano d’Abruzzo 2017, Masciarelli (code SAQ : 12 635 097 ; 14,10 $)

Le trebbiano est un cépage blanc très cultivé en Italie. Il est souvent à l’origine de vins simples et légers qui ne retiennent pas toujours l’attention des amateurs. Cette cuvée des Abruzzes, en Italie centrale, est néanmoins très satisfaisante pour le prix. Des notes délicates de poire et de fleur sont présentes au nez. La bouche est vive, croquante et dévoile des parfums d’abricot. Une pointe minérale accentue la finale. Rien de complexe, mais il sera très agréable à l’apéro avec des bouchées au fromage de chèvre et fruits confits.

Alentejo 2017, Herdade das Albernoas (code SAQ : 10 803 051 ; 9,45 $)

Un classique sur les tablettes de la SAQ depuis longtemps. Pour certains, il figure peut-être déjà parmi les achats réguliers. Pour ma part, je n’y avais pas goûté depuis quelques années et je l’ai redécouvert récemment. À ce prix, c’est toujours aussi droit et honnête. Du fruit rouge, de la fraîcheur, de la profondeur et une bonne tenue en bouche. Les tanins sont ronds, c’est souple et équilibré. Excellent avec des boulettes à la suédoise et gelée de canneberge

Dao 2017, Adega de Penalva (code SAQ : 13 746 485 ; 12,10 $)

Du même producteur que le vin blanc portugais mentionné plus tôt, ce rouge confirme l’excellent travail de cette maison. Le Portugal est reconnu pour élaborer des vins représentatifs de son terroir. N’essayant pas d’imiter ce qui se fait ailleurs sur le marché, les Portugais mettent en valeur les cépages locaux. Cette cuvée est composée de touriga nacional, de tinta roriz et de jaen. Ses arômes de cerise et d’épices sont invitants. La bouche est rassasiante, fruitée et légèrement complexe. À ce prix, faites-en des provisions ! Il accompagnera à merveille les charcuteries.

Carinena 2015, Old Vine Garnacha, Monasterio de Las Vinas (code SAQ : 13 838 646 ; 14,50 $)

Les vins de la gamme espagnole Monasterio de Las Vinas sont bien connus des Québécois. Ici, le terme garnacha se traduit par grenache, cépage qui compose cette cuvée à 100 %. Les arômes sont d’abord discrets, rappelant la pomme mûre. Le nez révèle ensuite des notes éclatantes de fruits rouges tels que la fraise, la framboise et la cerise. Simple et agréable, ce vin n’a rien d’austère. Il traduit plutôt une expression pure du fruit, avec beaucoup de souplesse. Un vin accessible et tout approprié pour une clientèle qui s’initie à la dégustation. Servir avec des hauts de cuisse de poulet braisés.