La troisième édition de la Semaine du cidre se tiendra du 27 avril au 5 mai à travers la province.

Vins de coco

CHRONIQUE / Que vous célébriez Pâques, la fin de semaine de trois jours ou la fin du carême, toutes les raisons sont bonnes pour trinquer de bons jus!

Vin du Québec 2018, William, Vignoble Rivière du Chêne
15,25 $ • 744169 • 12 % • 5,6 g/l

C’est officiel! Les premières bouteilles arborant fièrement le nouveau sceau d’indication géographique protégée « Vin du Québec » sont fraîchement débarquées. Les vins du Vignoble Rivière du Chêne, à Saint-Eustache, dans les Basses-Laurentides, ne sont pas bios, mais ont le mérite d’être travaillés en culture raisonnée. La cuvée William (qui tient son nom du fils du vigneron) réunit les cépages seyval blanc, frontenac blanc, vidal, acadie et vandal-cliche. C’est franchement réussi ce 2018. Le nez explose sur des notes invitantes d’agrumes. La bouche est vive, juteuse et ultra fruitée. Chouette avec des tapas! À ce prix, l’affaire est belle.

Astuce : dimanche, servez un verre de William — en prenant soin de cacher la bouteille — à l’oncle qui a perdu toute foi dans les vins québécois (ça pourrait aussi être une femme, mais l’idée c’est d’égaliser la blague sexiste du vin suivant). Il y a fort à parier que la réconciliation sera fougueuse et instantanée.

Willamette valley 2017, Pinot gris, Joel Gott
26 $ • 13234762 • 13,2 % • 5,1 g/l

Le pinot gris, ce n’est pas juste un vin de madame-qui-met-des-glaçons-dans-sa-coupe. C’est aussi ça. Un blanc sérieux, doté de retenue, et dépourvu de toute fioriture. Il importe de mentionner que le sucre est imperceptible tant l’acidité est élevée. Rendons grâce au climat frais de l’Oregon qui sublime le principal intéressé et ses frères, le pinot noir et le chardonnay. 

Les notes de melon au miel et de fleurs s’amènent en toute discrétion. L’expression est précise, svelte. Délicieux en compagnie d’une omelette.

Coteaux d’Aix-en-Provence 2016, Les Béatines, Domaine Les Béates
20,70 $ • 13027886 • 14,5 % • 2,5 g/l •

Reclus dans l’ombre des rosés qui font la renommée de la région, les rouges provençaux trament leur émancipation à coup de cuvées comme celle-ci. Pierre-François Terrat travaille son Domaine Les Béates en agriculture biologique, tout en respectant certains principes de la biodynamie. À la cave, il préconise les levures indigènes et réduit au minimum l’usage du soufre. Au-delà du nez avenant — enchaînant les notes d’épices douces et de fruits noirs —, la bouche livre un tanin imposant, un fruité riche et une mâche à vous décrocher la mâchoire. Bon en chocolat!

Semaine du cidre

Il y a quelques semaines, je vous chantais la pomme au sujet du cidre québécois. Voilà que je vous fredonne quelques notes sur l’imminente Semaine du cidre qui se tiendra du 27 avril au 5 mai. Le cidre coulera à flots dans les cidreries, bars, restaurants, SAQ, supermarchés et épiceries des quatre coins du Québec, notamment à Montréal, Québec, Saguenay, Sherbrooke et Granby. Au menu, des ateliers sur la fabrication du cidre à la maison, des accords mets & cidres, des dégustations exclusives de nouveaux produits et des dégustations gratuites. Le moment ne pourrait être mieux choisi pour vous lancer sur la route des cidres!

Cid Sec, Cidrerie Milton
Environ 10 $ • 5,5 % • 10 g/l • Dépanneurs et épiceries

Force est de constater que l’offre de cidres en épiceries et dépanneurs atteint des taux de sucre faramineux. Heureusement, l’offre se diversifie, et on en trouve maintenant des secs, comme ce format prêt-à-boire (paquet de 4) de la Cidrerie Milton. Un cidre coupe-soif, léger, sec de chez sec et légèrement acidulé. Moment de pure convivialité garanti.

Cid Rosé, Cidrerie Milton
Environ 10 $ • 6,5 % • 21 g/l •
Dépanneurs et épiceries (14 $ en SAQ)

Si vous êtes habitué au sucre, ce rosé « demi-sec » assurera une transition tout en délicatesse vers le sec. En raison de son acidité élevée, la pommette dolgo servait uniquement à polliniser les autres variétés du verger. Puis, Marc-Antoine Lasnier, président de la Cidrerie Milton, a décidé de lui donner sa chance en la macérant à chaud avec sa peau pour en extraire la couleur. Ainsi, est née la douce teinte du Cid Rosé. 

Restez à l’affût des « spécialités « de la cidrerie — jusqu’alors offertes exclusivement en fût dans les restos et les bars — qui seront embouteillées, puis vendues en quantités très très limitées à la fin du printemps.