Les Dolomites en Italie.

L’Alto Adige, dans toute sa diversité

CHRONIQUE / Les paysages époustouflants et inattendus de l’Alto Adige prennent place dans la partie la plus au nord de l’Italie, dans la région du Trentin-Haut-Adige. Ici, la proximité avec l’Autriche est aussi géographique que culturelle. En effet, en plus de l’italien, l’allemand y est largement parlé puisque l’Alto Adige a longtemps appartenu à l’Autriche avant d’être annexé à l’Italie après la Première Guerre mondiale.

Une diversité culturelle certes, mais aussi géologique et climatique où il fait bon vivre pour une vigne.

En observant le panorama de l’Alto Adige, aussi surnommé Dell’Alto Adige ou Südtirol(er), on comprend d’où provient toute cette diversité. Les Dolomites (carbonate, calcium et magnésium) et les porphyres (roche d’origine volcanique) forment de nombreux reliefs et sommets imposants pouvant s’élever jusqu’à 3900 mètres. La vigne y pousse à flanc de coteaux, à des hauteurs souvent vertigineuses grâce au mur naturel que forment les Alpes contre les vents nordiques. Plus de 20 variétés de cépages s’y enracinent joyeusement, dont plusieurs internationaux : le pinot blanc, le sauvignon blanc, le pinot gris, le gewürztraminer et le chardonnay. Le climat et les sols favorisent certes grandement l’épanouissement des blancs, mais des cépages noirs tels que le cabernet sauvignon ainsi que des variétés autochtones comme le lagrein tirent aussi très bien leur épingle du jeu.

Unir ses forces pour la collectivité et la nature

Traditionnellement, la collaboration est une valeur chère aux vignerons de la région — environ 70 % des vins y sont produits par des coopératives. C’est ainsi que le vignoble Alois Lageder travaille avec 90 vignerons de l’Alto Adige au bénéfice de la collectivité. Des partenariats avec la communauté, mais aussi avec la nature. Ledit vignoble se fait un devoir de maintenir et de développer la diversité de la région en appliquant les principes de la biodynamie, tout en essayant de convaincre ses collaborateurs de faire de même. Alois Lageder a même ressuscité une tradition ancestrale, la transhumance, afin d’augmenter la biodiversité sur le vignoble. À la fin de l’été, il invite les agriculteurs à conduire leurs bovins, moutons et ânes dans les vignes, où ils trouvent plus facilement de la nourriture.

Des solutions aux changements climatiques

Les changements climatiques préoccupent beaucoup les vignerons de la région — le réchauffement engendrant une perte d’acidité sur les vins en général, et bien d’autres soucis. Le pinot grigio reste toutefois le cépage qui en souffre le plus. Chez Alois Lageder, plusieurs solutions sont étudiées, comme l’explique Alois Clemens Lageder. Avec les montagnes environnantes l’altitude s’impose comme une solution logique et toute naturelle. Toutefois, pour s’élever il faut être prêt à plonger la main au fond de sa poche. Est-ce que modifier les cépages serait une meilleure avenue que de chercher à changer les sols? 

Le riesling, autrefois très présent dans la région pourrait-il représenter l’avenir de l’Alto Adige? Dans un tout autre spectre, l’adoption de différentes méthodes de vinification à la cave est aussi envisagée comme piste de solution.          

Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.

Suggestions de la semaine

Alto Adige 2016, Gewürztraminer, Alois Lageder (SAQ : 12 345 671 — 26,60 $)

Voici le seul gewürztraminer italien en monocépage disponible à la SAQ. Comparativement à l’Alsace, l’Alto Adige ne possède pas un climat propice au développement du botrytis. Ici, on se concentre davantage sur la précision et la fraîcheur dudit cépage. Le nez très aromatique diffuse des arômes de fleurs, de litchi et d’eau de rose. La bouche présente un beau gras, une belle acidité et une longueur appréciable. Très bon! Servir frais (10 °C) avec un fromage à pâte ferme fruité.

Alto Adige 2014, Cabernet riserva, Alois Lageder (SAQ : 12 400 896 — 28,15 $)

Les sols graveleux calcaires dolomitiques, dont sont issus les cabernet sauvignon et cabernet franc qui composent cette bouteille, apportent beaucoup de structure à ce vin. Au nez, de jolies notes de bonbon, muscade et tabac. C’est frais, doté de tannins fermes et ponctué d’une finale mentholée. Fera un tabac avec un carré d’agneau. Disponible en quantité très limitée et en ligne seulement.

Provincia di pavia 2016, Pinot nero, Ambo Nero (SAQ : 13 487 161 — 14,95 $)

Voici un produit cellier à petit prix qui ira parfaitement avec un plat italien sans prétention tel un réconfortant spagatt sauce bolognaise. Ce pinot noir italien de la Lombardie élaboré sous l’IGT provincia di pavia sent bon la framboise et le noyau de cerise. La bouche délicate renferme des tannins fins qui côtoient en bouche une acidité moyenne. Servir à 16 °C.