Une dégustation, c’est très sérieux pour un professionnel. Comme cela exige beaucoup de concentration, tout ce qui est mis en bouche est recraché. Ce n’est pas en laissant son jugement au kiosque #10 qu’on fera une analyse objective.

La saison des salons

CHRONIQUE / Les mois en « bre » sont des mois exigeants pour la sommellerie. En plus de s’envoyer quelques huîtres par-ci par-là, les sommeliers, chroniqueurs vin et autres professionnels de l’industrie, s’enfilent les dégustations de vin jusqu’à saturation. Pas facile la vie...

J’ai réussi à vous tirer une petite larme? Prenez une gorgée, ça va passer. Plus sérieusement, c’est une période intense, mais ô combien enrichissante. Dans une même semaine, on peut avoir plusieurs dégustations en compagnie de vignerons et un salon, voire trois, comme c’est le cas pour la semaine qui vient. C’est beaucoup de vin en une semaine. On déguste jusqu’à s’engourdir les papilles, mais jamais l’esprit. 

Une dégustation, c’est très sérieux pour un professionnel. Comme cela exige beaucoup de concentration, tout ce qui est mis en bouche est recraché. Ce n’est pas en laissant son jugement au kiosque #10 qu’on fera une analyse objective — dans la limite de l’objectivité de l’exercice — des produits qui suivront. 

Après les vins, la seconde chose qu’un professionnel identifie en arrivant à un kiosque est sans contredit le crachoir. Malgré tous ces efforts, une certaine quantité d’alcool réussira toujours à s’immiscer jusque dans les coulisses du discernement… Vaut mieux alors faire bon usage de l’eau et du pain mis à disposition!

Salon des vins d’importation privée (RASPIPAV)

Difficile de se procurer les importations privées? Pas cette semaine! Pour le 10e anniversaire du salon, plus de 150 vignerons se rendront au Marché Bonsecours de Montréal et à L’Espace Dalhousie du Terminal de croisière de Québec pour vous faire découvrir plus de 2000 vins en importation privée.
Vivez le RASPIPAV à Montréal les 28 et 29 octobre, de 12 h à 19 h et le 31 octobre, de 17 h à 21 h à Québec.

La Grande dégustation de Montréal

Avec pour thématiques le champagne et le riesling, l’édition 2017 de LGDM est incontournable. Ce rendez-vous sera également une occasion en or de découvrir les vins de l’État de Washington, la région vinicole invitée.

Grande nouveauté cette année : une application mobile vous permettant de préparer votre visite avant l’événement. Quiconque est déjà allé à LGDM a probablement été dépassé par l’ampleur de ce salon. On est contraint par le temps, la grandeur de l’offre et sa propre résistance à l’alcool (dans l’éventualité où on fait le choix de ne pas cracher). Bref, on en ressort rarement indemne (choisir parmi 1500 vins, bières et spiritueux ça amène à faire des choix déchirants). Grâce à l’application, sélectionnez à l’avance producteurs, exposants, produits (SAQ ou IP) et animations afin de ne rien manquer. Utilisez ensuite la carte de l’application pour vous orienter vers vos principaux points
d’intérêts. Fantastique, non!

Rendez-vous à LGDM
le 3 novembre, de 15 h à 21 h et
le 4 novembre, de 13 h à 21 h.

Vous avez des questions ou des commentaires?
Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.

Suggestions de la semaine:

Saumur 2016, Chenin blanc, Marcel Martin (SAQ : 13 188 794 — 14,55 $)

Les blancs tranquilles élaborés sous l’appellation saumur sont toujours composés à 100 % de chenin blanc. Voilà donc un blanc sous les 15 $, minéral et aux notes de miel et de fleurs blanches. La bouche à l’acidité vive n’est pas des plus persistantes, mais offre un plaisir proportionnel aux dollars déboursés. Fait sur mesure pour un fromage de chèvre.

Rioja 2016, La Vendimia, Palacios Remondo (SAQ : 10 360 317 — 17,20 $)

Quelle bombe de fruits! Découverte très agréable que cet espagnol composé à 60 % de tempranillo et 40 % de garnacha. C’est un style plus moderne que traditionnel pour la Rioja. Dans le verre, des notes de fraise, de prune, de tabac et de fines herbes. Un rouge riche qui appelle une viande rouge accompagnée d’une sauce relevée.

Wachau 2013, Grüner Veltliner Smaragd Terrassen, Domäne Wachau (SAQ : 13 264 700 — 27,20 $)

La Wachau, en Autriche, figure au registre du patrimoine mondial de l’UNESCO à titre de paysage culturel. Les vignobles de la région s’étendent sur des paysages rocheux spectaculaires donnant lieu à des vins tout aussi magnifiques. La mention Smaragd est réservée à une catégorie de vins blancs supérieurs élaborés avec les raisins les plus mûrs, cultivés sur les meilleures parcelles de la Wachau. Le Domäne Wachau y fait des blancs uniques caractérisés par la fraîcheur et l’élégance. Voilà un grüner veltliner au nez raffiné dominé par la poire et les champignons. Vif est ici insuffisant pour qualifier l’acidité — mordant serait plus à propos. Tandis que l’acidité s’estompe on apprécie sa finale particulièrement persistante.