À LA VÔTRE

Pascal Marchand: un Québécois en Bourgogne

CHRONIQUE / Jeune, il se croyait destiné à l’écriture. Ce qui devait être une simple vendange en Bourgogne est rapidement devenue le projet de toute une vie. Pascal Marchand, vigneron mondialement reconnu, est l’un des précurseurs de la biodynamie en Bourgogne.

Le documentaire Grand Cru, réalisé par David Eng, relate le parcours professionnel de Pascal Marchand, un Québécois amoureux des mots qui s’est finalement entiché de la vigne en France. C’est à l’aube de sa vingtaine, alors âgé de 21 ans, que l’aspirant poète de Montréal part en Bourgogne faire les vendanges en 1983. Un peu plus d’un an plus tard, le comte Armand perçoit son potentiel et le met aux commandes du Clos des Épeneaux à Pommard. Sa carrière est lancée!

Lorsqu’il met les pieds en Bourgogne pour la première fois, il remarque que les vignes sont intoxiquées, aspergées de produits chimiques, tandis que les sols apparaissent compactés et appauvris. Alors que les vignerons bourguignons perpétuent les traditions familiales, Pascal arrive avec un regard nouveau et n’hésite pas à douter de l’ordre établi. Avec trois de ses compatriotes de classe de l’Institut de viticulture et d’œnologie de Beaune, il adhère à une philosophie qui s’inscrit dans une vision plus globale de la nature : la biodynamie.

« Je n’étais pas du tout à l’aise de manipuler les produits chimiques pour traiter la vigne. Je cherchais une autre relation avec la nature », affirme Pascal Marchand. Les résultats sont sans équivoque : plants plus vigoureux, vignes plus résistantes aux maladies et plus de biodiversité dans les vignobles. Il réintroduit au passage le labour avec cheval, une technique qui évite le compactage des sols par les tracteurs. Il est également l’un des premiers à se réintéresser à la plantation en foule, une tradition pratiquée par les moines cisterciens aux origines de la viticulture en Bourgogne. Jamais la biodynamie n’a été illustrée plus simplement que dans ce documentaire. « La biodynamie, c’est comprendre les forces de la nature et travailler avec les rythmes de la nature », explique le vigneron.

Il est aujourd’hui négociant et propriétaire de quelques parcelles avec sa société Marchand-Tawse. Pascal appose son nom sur les étiquettes de dizaines d’appellations dont les réputées vosne-romanée, chassagne-montrachet et corton-charlemagne. S’il devait en choisir qu’une seule, ce serait Musigny, sa plus récente acquisition. Un tout petit morceau de terre, de 1/10e d’acre, acheté à une somme équivalant à la valeur de 65 acres au Canada!

Il va sans dire que le millésime du tournage aura fortement teinté le scénario du documentaire. Qualifier 2016 de difficile en Bourgogne serait un euphémisme. La violence qui s’est abattue sur la région est historique — faisant de ce millésime le pire que la Bourgogne ait connu. Le gel, la grêle et la maladie ont si fortement endommagé les vignes que les pertes au printemps atteignaient déjà les 60 à 70 %. Le stress est à son paroxysme pour les vignerons, tellement que plusieurs petits producteurs ont vu fondre leur mince marge de manœuvre — pour certains, 2016 aura été leur dernière vendange. David Eng a ainsi pu capter la triste réalité des changements climatiques, si bien qu’on se sent sur la corde raide tout au long du documentaire.

Personne n’y a échappé. Les plus gros ont aussi eu leur lot de *%!?#*. Même avec la plus grande volonté du monde, quand la vie semble s’acharner sur son cas, la tentation est grande de prendre un petit raccourci. Mais Pascal n’y déroge pas. Sa résilience est à toute épreuve, aucun produit chimique ne touchera ses vignes, même si c’est bien plus difficile à gérer qu’il y a 20 ans.

Grand cru est une immersion en quatre saisons dans les aléas de la vie d’un vigneron philosophe et encore poète à ses heures. Un documentaire terre à terre, non moralisateur, qui dépeint avec brio la grandeur de l’homme et sa quête d’une culture artisanale et biodynamique. Un film que tout amateur de vin devrait voir.

À la vôtre

5 vins à moins de 20 $

CHRONIQUE / Chères lectrices et chers lecteurs qui n’osent s’aventurer dans l’espace cellier,

Cette chronique est pour vous. J’aimerais démocratiser ces quelques pieds carrés de la SAQ qui peuvent parfois sembler être l’apanage d’une élite au portefeuille bien garni. Et pourtant, si vous saviez combien cette caverne d’Ali Baba regorge de petits joyaux à petits prix n’attendant que d’être découverts. Pour preuve, je vous offre sur un plateau d’argent 5 excellents vins entre 15 et 19 $ — 5 spécialités à moins de 20 $ pour vous faire plaisir à prix doux.

À la vôtre

À la découverte du Piémont

CHRONIQUE / Royaume de la truffe, terre sacrée du nebbiolo et berceau du barolo, le Piémont est une région prestigieuse à faire rêver les gourmands de tous acabits!

Situé au nord-ouest de l’Italie, le Piémont viticole est recouvert de cépages tels que le nebbiolo, la barbera, le dolcetto, le cortese et le moscato. À une ère où les cépages locaux effectuent un retour en grande pompe un peu partout, les vignerons piémontais peuvent se targuer de ne les avoir jamais délaissés au profit de variétés plus tendances.

Suivant cette tradition, la maison piémontaise Michele Chiarlo s’évertue à révéler une expression authentique desdits cépages dans leurs appellations respectives, en adoptant, entre autres, un style épuré où aucune barrique neuve n’est impliquée. Vous connaissez d’ailleurs probablement ce vignoble sans le savoir. Le Nivole, c’est eux. Ce moscato d’asti a très certainement été l’un des premiers vins à me charmer à mes débuts dans le vin. J’étais alors loin de me douter que la maison piémontaise était aussi l’auteure de grands barolos et barbarescos.

S’il a la notoriété plus discrète que son confrère le barolo, le barbaresco n’en demeure pas moins un grand vin d’une indiscutable élégance. Alberto Chiarlo, fils de Michele Chiarlo, le décrit même comme « un vin de connaisseur ».

En ce qui a trait au barolo, est-ce que la dualité entre moderne et traditionnel a toujours sa raison d’être? Selon Alberto, dans 90 % des cas, il est aujourd’hui impossible de trancher entre les deux puisque les modernistes tendent vers le traditionalisme et vice versa.

Tous les vins de la maison portent le label V.I.V.A. Il s’agit d’un programme qui évalue la durabilité d’un vignoble et de ses vins selon quatre indicateurs : air, eau, territoire et vignoble. En scannant le code QR accolé au label, vous pourrez consulter les performances du vin quant au volume d’eau utilisé et les gaz à effet de serre générés pendant la production d’une bouteille de vin.

Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.

À la vôtre

Les monopoles français

CHRONIQUE / Ne prenez vos jambes à votre cou — je vous rassure, ceci n’est pas une lettre d’opinion sur la privatisation ou non de la SAQ. La certitude d’être l’unique fabricant et vendeur d’un produit est le scénario rêvé de toute entreprise. L’exclusivité, autrement dit. Un monopole, en d’autres mots. Un privilège très rare accordé pourtant à une poignée de vignerons en France.

Ces producteurs sont propriétaires d’un domaine possédant la totalité de la superficie d’une appellation d’origine contrôlée (AOC) ou d’un grand cru. Alors que certains vignerons disposent du statut de monopole depuis toujours, d’autres l’ont acquis au fil du temps en démontrant la singularité de leur terroir auprès de l’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité).

Clos de la Coulée de Serrant : AOC Coulée de serrant
Superficie : 7 hectares
Production annuelle : 20 000 à 25 000 bouteilles

Reconnue comme AOC à part entière depuis 2015 (auparavant lieu-dit de l’AOC savennières), la coulée de serrant produit l’un des plus grands vins de la Vallée de la Loire, voire de la France. Le domaine éponyme, biodynamique depuis 1981, est dirigé d’une main de maître par Nicolas Joly, figure emblématique de la biodynamie, et sa fille, Virginie. Fait intéressant, le chenin y est vendangé en 5 fois sur 3 à 4 semaines, laissant ainsi le temps au botrytis de bien marquer les raisins. Il en ressort un vin blanc, le plus souvent sec, à la robe jaune doré, aux parfums intenses de coings, abricots et fruits secs et à la bouche riche, grasse et minérale.

Château Grillet : AOC Château-grillet
Superficie : 3,5 hectares
Production annuelle : 5000 bouteilles

À la vôtre

Peut-on marier végé et vin?

CHRONIQUE / Embêtants les accords mets végé et vins? Pas du tout!

On pense à tort que les légumes sont difficiles à accorder. Pourtant, ils sont nombreux à se prêter naturellement au jeu — qu’ils soient crus, sautés, braisés, frits, etc. Certes, comme dans n’importe quelle bande, il y en a toujours quelques-uns qui en font baver, et c’est ceux-là qui font le plus jaser. 

Heureusement qu’il y a moyen de tous les amadouer quand on connaît leur point faible.  

Or, la cuisine végétarienne ou végétalienne, ce n’est pas que des légumes. C’est aussi des fruits, des céréales, des légumineuses, des noix, des herbes, des épices et des « ingrédients magiques », comme la fumée liquide et la levure alimentaire, qui donnent un goût du tonnerre — respectivement de viande fumée et de fromage.

Peu importe le type de cuisine, les règles de base de l’harmonie entre un mets et un vin restent les mêmes. Elles reposent essentiellement sur la réciprocité entre les deux parties en matière d’intensité, de qualité et de nature des sensations. La cuisson, les parfums, la sauce et la texture influencent tout autant le choix du vin.

Certaines recettes végétaliennes parviennent à répliquer, à quelques différences près, les arômes, les saveurs et les textures de plats incontournables, comme la lasagne, le pâté chinois et le pad thaï — en excluant tous produits d’origine animale. Pour ces cas-là, on ne se casse pas la tête. Le vin qui aurait été bon avec la recette traditionnelle, avec viande, le sera forcément avec la version végé.

Le fait qu’il n’y ait pas de viande ou de poisson n’est surtout pas un frein à la créativité en matière d’accords mets et vins. Les plats végé peuvent être aussi musclés, gourmands, décadents ou gastronomiques que n’importe quel gros plat de viande qui vous vient à l’esprit. Il y en a donc pour tous les goûts et tous les vins!

Fauxmage de noix de macadam

Avec ce « fauxmage », un végé-pâté, du hummus et quelques noix, vous voilà prêt pour participer à n’importe quelle dégustation vins et fromages. Et en la matière, les mousseux autorisent de très belles harmonies.

Le crémant de limoux, c’est fait selon la méthode traditionnelle (comme en Champagne), mais avec les cépages chardonnay, chenin, mauzac et pinot noir. La maison Antech produit cette jolie cuvée à la bulle crémeuse et persistante. Dans le verre, c’est intense et rafraîchissant à la fois. Très bien fait, et en culture raisonnée en plus!

À la vôtre

La crème des mousseux pour les fêtes

CHRONIQUE / À l’approche des fêtes, les occasions spéciales se multiplient au même rythme que le doux pop des bouteilles de mousseux. En effet, rien de mieux que quelques coupes scintillant sous la valse exaltée des bulles pour donner le tempo à la fête!

En hommage à l’année 2017 qui s’est déroulée sous le signe de la diversité, voici des suggestions de mousseux d’origines variées qui se sont bien démarqués par leur rapport qualité-prix-plaisir. Que vous soyez prosecco, cava, crémant, champagne ou franciacorta, vous trouverez une bulle sur laquelle danser et vous éclater. Vous constaterez que les crémants se sont particulièrement bien illustrés — leur proposition singulière amenant hors des sentiers battus et provoquant de belles effervescences.

P. S. : Comme cette chronique paraît dans plusieurs quotidiens du Québec et que certains produits sont offerts en quantité très limitée, prenez soin de vérifier leur disponibilité avant de vous rendre en succursale.

LES BONNES AFFAIRES

Prosecco valdobbiadene superiore, Brut,
Nino Franco
(SAQ : 349 662 — 21,30 $)

À la vôtre

Ton vin a-t-il été FML?

Tout le monde connaît la fermentation alcoolique, un procédé miraculeux par lequel le jus de raisin se trouve transformé en vin ou en bonheur à l’état liquide. Et pourtant, une autre fermentation plus obscure se produit parfois, entraînant du coup des changements importants dans le profil du vin.

Deux blancs 100 % chardonnay provenant du même terroir et du même millésime sont totalement différents. L’un est bien frais et tout en fruit, l’autre est rond et moins acide. Pourtant, tous deux n’ont pas fait de fût de chêne.

Pourquoi? Il se pourrait bien que le deuxième ait fait sa fermentation malolactique, ou conversion malolactique, comme il serait plus convenable de l’appeler.

Cette conversion, aussi surnommée affectueusement malo ou FML est la transformation de l’acide malique (dur) en acide lactique (plus faible) et en gaz carbonique. Malique provient de malum, qui signifie pomme en latin (premier fruit dans lequel l’acide aurait été identifié), tandis que lactique tirerait ses racines de lactis, qui signifie lait en latin. La plupart du temps, la conversion malolactique survient après la fermentation alcoolique. Elle est souhaitable et systématique pour les rouges et optionnelle pour les blancs, selon le style désiré.

À terme, la malo diminue l’acidité du vin, donne de la rondeur, stabilise et apporte de nouveaux arômes. 

Elle profite grandement aux rouges septentrionaux à l’acidité mordante. De ce fait, ils gagnent en rondeur et en souplesse. Le champagne y est aussi normalement soumis pour abaisser l’acidité. Certains blancs s’y prêtent aussi naturellement bien comme le chardonnay. D’ailleurs, le chardo bénéficie tout particulièrement bien de la diacétyle, une molécule qui se développe pendant ladite fermentation et qui donne un arôme de beurre aux vins blancs. Amateurs de chardonnay, ça vous interpelle?

La conversion peut se mettre en branle naturellement au printemps, alors que la température des caves augmente, ou après la fermentation alcoolique si la température du vin est maintenue à bonne température (entre 20 et 22 °C). Bien qu’habituellement présente dans la plupart des vignobles, la bactérie lactique, responsable de la conversion de l’acide malique en lactique, est parfois ajoutée artificiellement d’une souche industrielle quand la malo est souhaitée.

D’autres vignerons choisiront d’empêcher la malo afin d’embouteiller un vin blanc plus frais et tout en fruit. Une décision que prendront aussi les producteurs dont les raisins sont bien mûrs et déjà faibles en acidité, comme c’est souvent le cas dans les régions chaudes ou lors de millésimes caniculaires. Enfin, d’autres producteurs qui laissent libre cours à la nature, prendront le vin comme il vient — avec ou sans FML.

Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.

Suggestions de la semaine

Dão 2015, Quinta dos Roques (SAQ : 744 805 — 15,90 $)

À la vôtre

L’Alto Adige, dans toute sa diversité

CHRONIQUE / Les paysages époustouflants et inattendus de l’Alto Adige prennent place dans la partie la plus au nord de l’Italie, dans la région du Trentin-Haut-Adige. Ici, la proximité avec l’Autriche est aussi géographique que culturelle. En effet, en plus de l’italien, l’allemand y est largement parlé puisque l’Alto Adige a longtemps appartenu à l’Autriche avant d’être annexé à l’Italie après la Première Guerre mondiale.

Une diversité culturelle certes, mais aussi géologique et climatique où il fait bon vivre pour une vigne.

En observant le panorama de l’Alto Adige, aussi surnommé Dell’Alto Adige ou Südtirol(er), on comprend d’où provient toute cette diversité. Les Dolomites (carbonate, calcium et magnésium) et les porphyres (roche d’origine volcanique) forment de nombreux reliefs et sommets imposants pouvant s’élever jusqu’à 3900 mètres. La vigne y pousse à flanc de coteaux, à des hauteurs souvent vertigineuses grâce au mur naturel que forment les Alpes contre les vents nordiques. Plus de 20 variétés de cépages s’y enracinent joyeusement, dont plusieurs internationaux : le pinot blanc, le sauvignon blanc, le pinot gris, le gewürztraminer et le chardonnay. Le climat et les sols favorisent certes grandement l’épanouissement des blancs, mais des cépages noirs tels que le cabernet sauvignon ainsi que des variétés autochtones comme le lagrein tirent aussi très bien leur épingle du jeu.

À la vôtre

Bon en chocolat!

CHRONIQUE / Maintenant que la fête préférée des petits monstres est terminée, certains d’entre vous se retrouvent avec une tonne de chocolat à portée de main. Bénédiction ou malédiction? Ça dépend du point de vue. Une certitude demeure toutefois : le chocolat et les desserts ont le don de soumettre leurs adeptes à une tentation irrésistible, quel que soit leur âge. La différence en vieillissant, c’est qu’on peut troquer le verre de lait pour le vin de dessert!

On ne peut dire que les vins doux ont la cote par les temps qui courent. Pas étonnant à une époque où le sucre est fortement montré du doigt. Si rien n’est plus louable que de ménager sa santé, est-ce nécessaire pour autant de bouder complètement son plaisir? Pourquoi ne pas tout simplement diminuer les portions et partager la bouteille avec plus de copains? Comme on dit, la modération a bien meilleur goût.

Ce qui est chouette avec les vins doux, c’est qu’ils possèdent un rapport qualité-prix-plaisir imbattable. Quand on sait tout le travail qu’ils demandent aux vignerons, c’est carrément une aubaine dans de nombreux cas.

Le dessert est en soi un plaisir divin (ou vilain, selon votre réponse à la question du premier paragraphe) qui, dans tous les cas, peut vous monter au paradis. Les plus hédonistes d’entre nous succomberont à l’envie de le marier avec un vin doux et d’accéder ainsi au septième ciel. La recette d’une ascension réussie réside dans la concordance des couleurs, des arômes, des textures et de l’intensité. La particularité la plus importante de votre accord demeure toutefois l’acidité. Un vin de dessert riche en sucre, mais dépourvu de fraîcheur, paraîtra déséquilibré et lourd, au même titre que votre accord.

Alors, ce chocolat? Pour le chocolat noir, remettez-vous-en à un vin fortifié à base de grenache noir. Les arômes de figues, tabac, épices douces et cacao des vins doux naturels (VDN) banyuls, maury et rivesaltes parfois tuilés, préférablement élevés en milieu oxydatif pendant 10 ou 15 ans, sont à l’origine de nombreux mariages heureux et durables avec le chocolat. Bien sûr, un porto tawny reste une alliance aussi classique que sincère.

Les desserts aux fruits rouges appellent quant à eux des vins rouges aux arômes de cerises, de mûres, de fraises ou de framboises. Au lieu des VDN proposés ci-dessus, on misera sur des banyuls et des maury millésimés, caractérisés par des notes de petits fruits rouges et noirs. Autrement, de belles affinités sont à prévoir avec un porto LBV ou un brachetto d’acqui d’Italie.

Les desserts aux fruits blancs (abricot, poire, pomme, ananas et autres) et au caramel se lieront d’amitié avec les blancs doux, tels que les coteaux du layon, sauternes, vin de constance et muscat de samos, pour ne nommer que ceux-là.

Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.

Suggestions de la semaine

Maury vintage 2013, Mas Amiel (SAQ : 21,05 $ — 733 808)

Caroline Chagnon

La saison des salons

CHRONIQUE / Les mois en « bre » sont des mois exigeants pour la sommellerie. En plus de s’envoyer quelques huîtres par-ci par-là, les sommeliers, chroniqueurs vin et autres professionnels de l’industrie, s’enfilent les dégustations de vin jusqu’à saturation. Pas facile la vie...

J’ai réussi à vous tirer une petite larme? Prenez une gorgée, ça va passer. Plus sérieusement, c’est une période intense, mais ô combien enrichissante. Dans une même semaine, on peut avoir plusieurs dégustations en compagnie de vignerons et un salon, voire trois, comme c’est le cas pour la semaine qui vient. C’est beaucoup de vin en une semaine. On déguste jusqu’à s’engourdir les papilles, mais jamais l’esprit. 

Une dégustation, c’est très sérieux pour un professionnel. Comme cela exige beaucoup de concentration, tout ce qui est mis en bouche est recraché. Ce n’est pas en laissant son jugement au kiosque #10 qu’on fera une analyse objective — dans la limite de l’objectivité de l’exercice — des produits qui suivront. 

Après les vins, la seconde chose qu’un professionnel identifie en arrivant à un kiosque est sans contredit le crachoir. Malgré tous ces efforts, une certaine quantité d’alcool réussira toujours à s’immiscer jusque dans les coulisses du discernement… Vaut mieux alors faire bon usage de l’eau et du pain mis à disposition!

Salon des vins d’importation privée (RASPIPAV)

Difficile de se procurer les importations privées? Pas cette semaine! Pour le 10e anniversaire du salon, plus de 150 vignerons se rendront au Marché Bonsecours de Montréal et à L’Espace Dalhousie du Terminal de croisière de Québec pour vous faire découvrir plus de 2000 vins en importation privée.
Vivez le RASPIPAV à Montréal les 28 et 29 octobre, de 12 h à 19 h et le 31 octobre, de 17 h à 21 h à Québec.

La Grande dégustation de Montréal

Avec pour thématiques le champagne et le riesling, l’édition 2017 de LGDM est incontournable. Ce rendez-vous sera également une occasion en or de découvrir les vins de l’État de Washington, la région vinicole invitée.

Grande nouveauté cette année : une application mobile vous permettant de préparer votre visite avant l’événement. Quiconque est déjà allé à LGDM a probablement été dépassé par l’ampleur de ce salon. On est contraint par le temps, la grandeur de l’offre et sa propre résistance à l’alcool (dans l’éventualité où on fait le choix de ne pas cracher). Bref, on en ressort rarement indemne (choisir parmi 1500 vins, bières et spiritueux ça amène à faire des choix déchirants). Grâce à l’application, sélectionnez à l’avance producteurs, exposants, produits (SAQ ou IP) et animations afin de ne rien manquer. Utilisez ensuite la carte de l’application pour vous orienter vers vos principaux points
d’intérêts. Fantastique, non!

Rendez-vous à LGDM
le 3 novembre, de 15 h à 21 h et
le 4 novembre, de 13 h à 21 h.

Vous avez des questions ou des commentaires?
Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.