Prosecco ou franciacorta? Champagne, cava ou crémant? Avec toutes ces bulles, il y a de quoi avoir le tournis.

Bulles du monde

CHRONIQUE / Prosecco ou franciacorta? Champagne, cava ou crémant? Avec toutes ces bulles, il y a de quoi avoir le tournis. Pour conclure 2017 sur une belle note, j’avais envie de démêler l’univers des mousseux avec vous parce que c’est bien avec cela que l’on trinquera demain!

Champagne  

Provenant du nord-est de la France, le champagne est d’abord un vin tranquille qui subit par la suite une deuxième fermentation alcoolique en bouteille. À l’embouteillage, du sucre et des levures sont ajoutés au vin pour provoquer la prise de mousse. Les levures mangent le sucre, créant une quantité d’alcool additionnelle et du gaz carbonique. S’ensuit l’élevage sur lies (dépôt de levures), le remuage, le dégorgement, l’ajout ou non d’une liqueur de dosage (mélange de sucre et de vin) et le champagne est né!

Entre 37 $ et 3456 $

Crémant  

Mousseux de méthode traditionnelle provenant d’autres régions viticoles de France. Ils portent le nom de crémant d’Alsace, de Loire, de Bordeaux, du Jura, de Bourgogne, de Limoux et de Savoie, entre autres.

Entre 19 $ et 43 $

Blanquette de Limoux  

Crémant de Limoux ou blanquette de Limoux? Effectivement, il y a matière à se poser des questions. Commençons par les points communs. Tous deux sont élaborés en périphérie de Limoux, dans le Languedoc, en France, selon la méthode traditionnelle. La différence réside dans les cépages utilisés. Tandis que la blanquette utilise principalement le mauzac, le crémant est un assemblage composé essentiellement de chardonnay, puis de chenin, pinot noir et mauzac.

Environ 17 $

Cava  

La méthode traditionnelle des Espagnols exécutée notamment avec les cépages autochtones macabeo, xarel.lo et parellada.

Entre 12 $ et 135 $

Prosecco  

Mousseux produit selon la méthode en cuve close (ou charmat) dans le nord-est de l’Italie. Contrairement à la méthode traditionnelle, le vin tranquille ira séjourner en cuve pour effectuer sa seconde fermentation — des cuves closes très résistantes, il va sans dire.

Entre 14 $ et 46 $

Franciacorta  

Élaboré en Lombardie, au centre-nord de l’Italie, il est, en termes simples, le champagne de l’Italie.

Entre 29 $ et 49 $

Que signifie la mention « méthode traditionnelle »?

Il s’agit de la technique utilisée par les Champenois, laquelle est aussi pratiquée par bien d’autres vignerons tout autour du globe. Depuis 1994, l’Union Européenne proscrit l’emploi de « méthode champenoise » en faveur de « méthode traditionnelle ».

Suggestions de la semaine

Trento 2010, Brut perlé, Ferrari
(SAQ : 13 408 081 — 35,75 $)

Nouvellement arrivé à la SAQ, ce mousseux provient de la région du Trentin-Haut-Adige au nord-est de l’Italie. Les vins produits sous la DOC trento sont tous issus de la méthode traditionnelle. Celui-ci a reposé 5 ans sur ses lies. Ce brut, plutôt vineux pour un 100 % chardonnay, s’ouvre sur une note bien sentie de biscuit à la mélasse. Bien sec, il porte une bulle très fine qui confère beaucoup d’élégance au vin.

Muscadet sèvre et maine Clisson, Ollivier Père et fils
(SAQ : 12 259 992 — 21,35 $)

Pour ceux qui ne sont pas friands des bulles, un muscadet sèvre et maine pourrait fort bien vous sortir d’affaire à l’heure de l’apéro. Le melon de Bourgogne (cépage muscadet) tient ici la vedette dans cette cuvée fraîche issue de la vallée de la Loire. Tout en délicatesse, il joue dans une trame à la fois saline et fruitée, où la pêche côtoie la confiture d’abricots. Éviter de le servir trop froid. Il a besoin d’un 12 °C pour bien se dégourdir. Huîtres ou autres fruits de mer en vue? Voilà votre bouteille!

Haut-médoc 2010, Cru bourgeois, Château Lacour Jacquet
(SAQ : 12 716 356 — 26,55 $)

Un bordeau costaud, plein et accessible issu du superbe millésime 2010. Les nuances de champignons et de tabac sont drôlement captivantes. Avec des tannins serrés comme ceux-là, il est capable de prendre encore quelques années. À ce prix-là, on court se procurer une bouteille… ou deux. En un mot : splendide!

En vous remerciant, chers lecteurs, d’avoir suivi cette chronique en 2017 et au plaisir de vous retrouver en 2018!

Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.