Au diable le régime, vous voilà en face d’un superbe gâteau au chocolat moelleux, trois étages de chocolat, ganache bien chocolatée, décoration de chocolat 70 % cacao. Un monstre de 12 cm de haut, prêt à vous affronter.

Bières et dessert

CHRONIQUE / Avez-vous déjà bu une bière en mangeant du dessert ? Lorsque je pose la question, j’ai le plus souvent comme réponse de l’étonnement. Et pourtant, bières et desserts font très bon ménage. Quelques exemples sympathiques que je vous invite à essayer avec trois styles de bières différents.

Les bières

Planifier une soirée accords, c’est avant tout imaginer le type d’expériences et d’accords que vous désirez faire découvrir à vos invités. Dans ce cas-ci, le choix des bières est donc orienté vers les goûts, arômes et saveurs tertiaires que vous désirez créer. 

•Une Berliner Weiss, pour son acidité lactique — proche des yogourts grecs — et ses arômes fins de citron et céréales.

•Une IPA du nouveau monde, c’est-à-dire fort aromatique, mais pas nécessairement amère. Je vous invite à vous diriger vers une NEIPA ou Milkshake IPA.

•Un Imperial Stout, bien liquoreux et alcoolisé. Ses notes de chocolat doivent être bien présentes. Vous pouvez également vous diriger vers un Baltic Porter, par exemple.

Les fruits rouges

Les mois plus chauds de l’année étant devant nous, la saison des petits fruits du Québec nous comblera de diverses variétés allant de la fraise à la framboise en passant par le bleuet. La particularité des petits fruits du Québec étant de ne pas être trop sucré, mais légèrement acidulé, les accords bières et fruits sont à essayer. 

La Berliner Weiss renforce l’acidité du fruit et offre un accord sur la fraîcheur. La IPA présente une salade de fruits où les arômes d’agrumes et de fruits tropicaux de la bière rencontrent ceux des fruits rouges. Quant à l’Imperial Stout, il glisse sans complexe des notes chocolatées créant un gâteau au chocolat virtuel aux fruits rouges. 

Pouding chômeur 

L’idée derrière cet accord est d’avoir un gâteau sucré. Toutes les versions du pouding chômeur sont acceptées. Le gâteau moelleux offre de la texture alors que le sirop de sucre offre des notes légèrement caramélisées et parfois mielleuses. Si vous l’avez fait au sirop d’érable, vous comprendrez que des arômes de sirop d’érable s’ajoutent à l’équation. 

Prenez une bouchée de gâteau en premier. L’amertume de la IPA se réveille à la première gorgée. On est devant un exemple typique d’accord de contraste. La Berliner Weiss s’efface devant la sucrosité du gâteau. Ce n’est pas forcément l’accord le plus gourmand, mais il est utile pour comprendre le principe des goûts. Du côté de l’Imperial Stout, il surfe sur le gâteau et les amateurs de bouchées sucrées seront ravis.

Gâteau au chocolat moelleux

Au diable le régime, vous voilà en face d’un superbe gâteau au chocolat moelleux, trois étages de chocolat, ganache bien chocolatée, décoration de chocolat 70 % cacao. Un monstre de 12 cm de haut, prêt à vous affronter. 

Bien entendu que l’Imperial Stout et ses notes chocolatées sera un parfait complice, rebondissant sur les notes chocolatées du gâteau et la légère amertume de la décoration. 

Mais c’est sur la IPA que l’accord est le plus intéressant, réveillant les notes de cacao pure en faisant disparaître le sucre de chaque bouchée. 

Pour la Berliner Weiss, l’accord est plein de contraste : tantôt le gâteau, tantôt la bière prennent le dessus. 

IPA du Nord-Est 

Boréale

Blainville

6 % d’alc.

On ne présente plus la référence québécoise du style NEIPA. Ses arômes d’agrumes et de fruits de la passion et son amertume moyenne en font la bière parfaite pour les accords à découvrir. 

S.I.R. Popov

Brasserie générale

Québec

10 % d’alc.

Des notes de chocolat et café. Un corps rond et une finale sur l’amertume bien équilibrée. 

Tête de Cheval 

Microbrasserie St-Pancrace 

Baie-Comeau

4.8 % d’alc.

Une Berliner Weiss à l’argousier. Ce dernier offre des notes légèrement acidulées, parfaites pour l’expérience.