Philippe Wouters
Coopérative nationale de l'information indépendante
Philippe Wouters
Du côté des épiceries, la tendance aussi est à l’augmentation des ventes pour les microbrasseries. Pour plusieurs, c’est jusqu’à 20% d’augmentation des ventes dans le réseau des détaillants, faisant vivre à certains leur saison record.
Du côté des épiceries, la tendance aussi est à l’augmentation des ventes pour les microbrasseries. Pour plusieurs, c’est jusqu’à 20% d’augmentation des ventes dans le réseau des détaillants, faisant vivre à certains leur saison record.

Un été «pas si pire» pour bon nombre de brasseries

CHRONIQUE / Lorsque j’ai posé la question sur l’état de santé pendant la crise COVID à plusieurs brasseries sur ma route cet été, la réponse la plus souvent entendue était «pas si pire». Elles ne voulaient clairement pas faire preuve d’excès d’enthousiasme. Dans les faits, plusieurs brasseries ont profité d’un été record, signe que le message d’acheter local a été entendu par les consommateurs. Sans consommateur, pas de marché de la bière.

En début de crise, l’enthousiasme était bien plus faible. Devant la fermeture des bars et des restaurants et le confinement, bon nombre de brasseries — y compris leurs associations professionnelles — appréhendaient des mois difficiles. Il fallait donc vendre de la bière autrement.

Bon nombre de municipalités ont autorisé des extensions de terrasse pour augmenter la capacité d’accueil tout en respectant les consignes sanitaires. Dame nature s’est occupée d’attirer le consommateur vers ces terrasses avec de très belles journées ensoleillées. Les subventions et programmes d’aide ont permis de compenser les manques de revenus. En règle générale, les brasseries ont donc réussi à sauver les meubles. Un été «pas si pire», donc.

Mais ce n’est pas toutes les brasseries qui avaient une capacité d’accueil assez grande pour compenser la perte de revenus en appliquant les consignes sanitaires.

Du côté des épiceries, la tendance aussi est à l’augmentation des ventes pour les microbrasseries. Pour plusieurs, c’est jusqu’à 20% d’augmentation des ventes dans le réseau des détaillants, faisant vivre à certains leur saison record. Encore une fois, le consommateur était au rendez-vous.

Considérant que le marché de la bière est à la baisse, il est intéressant de constater que le secteur de la microbrasserie a réussi à mieux s’en sortir. Et si la crise COVID avait permis aux microbrasseries d’aller chercher des parts de marché plus rapidement ? Difficile d’y répondre clairement actuellement, mais j’ai tendance à croire que le message de « consommer local » semble avoir donné des résultats qui se mesureront encore à long terme.

La saison estivale tire à sa fin. Au cours des prochains mois, les habitudes de consommation vont changer et il se consommera moins de bière; vous aurez compris qu’on consomme plus de bière quand il fait chaud. Dans quelques semaines, les terrasses disparaitront. Plusieurs brasseries vont donc devoir adapter leurs capacités d’accueil pour répondre aux normes sanitaires. Ce sont des pertes de revenus potentiels de l’ordre de 40 à 50%.

La crise COVID est donc loin d’être terminée dans le secteur de la restauration. Il sera très intéressant de suivre l’évolution des ventes de bière dans le réseau des détaillants. Je prédis d’ailleurs une mini-guerre commerciale pour l’espace tablette, lui aussi ayant une capacité maximale.

En règle générale, les brasseries ont réussi à sauver les meubles. Un été «pas si pire», donc.

Les activités brassicoles sont de retour

Quelques activités brassicoles commencent à refaire surface en cette fin de saison estivale. En voici deux qui plairont à l’amateur de bière averti :

Anniversaire Dieu du Ciel – Montréal - 12 septembre 2020

L’événement annuel qui regroupe beaucoup de membres de la culture bière montréalaise. L’anniversaire de Dieu du Ciel, c’est souvent l’occasion de gouter à des cuvées plus rares de leurs chais, mais également à des bières invitées auprès d’amis brasseurs. Un événement habituellement très fréquenté.

La Picole Rencontre brassicole – Percé – 18 et 19 septembre 2020

Organisé par l’équipe de l’Oktoberfest gaspésien, cet événement rassemble plusieurs brasseries très tendances du Québec et propose une dégustation d’accords bières et mets, organisée en session — une habitude très américaine d’inviter les festivaliers à profiter de l’événement en suivant un horaire bien précis. Messorem, Brasserie Bas-Canada, Noctem, MaltStrom et Dunham seront de la partie. Un événement à ne pas manquer si vous êtes en Gaspésie.