Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Philippe Wouters
Coopérative nationale de l'information indépendante
Philippe Wouters

Les bières riches et maltées

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Le sucre dans la bière est souvent lié au taux d’alcool. La raison est fort simple : l’orge transforme son amidon en sucre, fermenté ensuite par la levure, créant de l’alcool. Mais la levure ne fermente pas tous les sucres. Ainsi, plus la bière est alcoolisée, plus elle est également composée de sucre résiduel. Cette affirmation fonctionne avec toutes les bières 100% pur malt d’orge, sans ajout de sucres simples pendant le brassage. Si le brasseur décide de rajouter du fructose ou du glucose, par exemple, il augmente le taux d’alcool sans toucher au corps de la bière, puisque le sucre rajouté est fermenté au complet.

Vous venez de découvrir le secret des bières belges pour rester si minces à chaque gorgée, contrairement aux riches et maltées bières anglaises ou allemandes, par exemple. Et l’hiver, c’est le temps idéal pour profiter de quelques bières riches et bien maltées.

DoppelBock                                                                                                                              Les Trois Mousquetaires

Voici l’exemple parfait de la bière riche et maltée à boire en hiver. Mais attention, c’est une fausse perception que de croire que l’alcool réchauffe. Par contre, la température froide est plus propice aux bières rondes et liquoreuses que minces ou aqueuses. Cette DoppelBock présente une belle tonalité sur l’alcool, le sucre résiduel et les malts caramélisés. Si vous avez un fromage cheddar de quelques années, vous profiterez ici d’un des plus intéressants accords bière et fromage.

Gros Mollet                                                                                                                             Microbrasserie du Lac St-Jean

Cette bière est inspirée des Dubbel belges, mais nous est offerte avec un corps légèrement plus malté et riche, signe d’une belle présence de céréales. On y retrouve des notes d’alcool, de caramel et de sucre d’orge. À déguster à 12 degrés Celsius, car les saveurs seront bien plus perceptibles.

Dominus Vobiscum Double                                                                                                         Microbrasserie Charlevoix

Une Double québécoise avec un bel ajout d’épices et un corps bien rond. Certes, on se doute qu’elle contient du sucre ajouté pour augmenter son taux d’alcool sans tomber dans la gorgée trop riche, mais elle présente un bel équilibre entre alcool, épices et malts torréfiés.

Vin d'Orge                                                                                                                               Simple Malt

J’en parle de temps en temps de ce vin d’orge qui n’a rien à envier à ses cousins anglais. Brassé avec respect de la culture brassicole anglaise, il est souvent mon complice dans mes formations pour présenter l’apport des céréales sur le corps de la bière. Du bonbon !

10e Avenue                                                                                                                              Microbrasserie La Souche

Détrompez-vous, le terme Quadrupel nous vient des brasseurs trappistes du siècle dernier et non pas du Moyen-Âge. Il s’agit d’une bière riche et alcoolisée, plus alcoolisée qu’une double ou une triple, bref, une Quadrupel. Elle est brassée dans la plus pure tradition monastique, sans être une bière trappiste ou une bière d’abbaye, houblonnée au Fuggles. Un classique, bien brassé et parfait pour découvrir l’apport des bières maltées dans la culture bière.