As-tu lu ça dans l'actualité cette semaine?

Tu veux toujours en savoir plus sur le monde qui t’entoure? Le P’tit Mag te présente un rendez-vous parfait pour toi! Chaque samedi, Eve Tessier-Bouchard déniche les nouvelles les plus intéressantes de la semaine. Elle en fait un résumé par de courts textes illustrés et des capsules animées à lire et à voir dans le journal, dans l’appli et sur notre site Web!

UN JOUEUR DE BASKETBALL DÉSOBÉISSANT

Il y a deux semaines, le québécois Chris Boucher, joueur de basketball pour les Raptors de Toronto, est sorti de chez lui pour s’acheter de la nourriture. Comme il revenait de voyage, on l’avait bien avisé qu’il devait rester en quarantaine deux semaines, sans aucune sortie. Un internaute qui l’a vu, en a profité pour photographier le populaire athlète et partager ses photos sur les réseaux sociaux. Évidemment, le joueur des Raptors n’avait pas du tout l’intention de mettre qui que ce soit en danger et il a demandé pardon pour son geste. Chris Boucher a même décidé de se servir de cet incident pour sensibiliser les jeunes de Montréal-Nord, là où il a grandi, aux dangers de ce virus. Par une vidéo, il leur demande d’être prudents, car cette maladie peut atteindre n’importe qui, peu importe l’âge. Et en attendant de recommencer à jouer avec son équipe, il s’entraîne chez lui pour garder la forme! Selon un texte de Ian Bussières, Le Soleil

Chris Boucher, joueur de basketball pour les Raptors de Toronto

+

UN PRODUIT CONTRE LES POUX POUR LUTTER CONTRE LE CORONAVIRUS?

As-tu déjà eu des poux plein la tête? C’est vraiment très désagréable et on veut vite s’en débarrasser! Et bien, des chercheurs australiens ont découvert qu’un médicament qui ne coûte pas très cher, utilisé pour lutter contre les poux pourrait aussi servir contre le coronavirus! Il s’agit de l’ivermectine, un médicament utilisé contre les infections causées par des parasites. En mettant une dose d’ivermectine sur des cellules touchées par le coronavirus, les chercheurs ont ainsi réussi à tuer le virus en moins de 48 heures! 

Ce ne sont que des premiers tests, et il en faudra encore de nombreux autres pour s’assurer que le produit est vraiment efficace. Il faudra faire des tests «in vivo». C’est un terme scientifique qui veut dire «un test sur un humain». Mais toutes les pistes sont bonnes n’est-ce pas? Et la recherche explore plein d’autres pistes pour lutter contre ce méchant virus. Bientôt on trouvera des solutions pour combattre ce vilain virus. Selon un texte de Jean-Benoit Legault, La Presse canadienne

Des chercheurs australiens ont découvert qu’un médicament utilisé pour lutter contre les poux pourrait aussi servir contre le coronavirus!

+

UNE CARICATURE POUR LES JEUNES

Le caricaturiste du Soleil, André-Philippe Côté a fait cette caricature spécialement pour les jeunes. Dans le cadre des nouvelles publiées sur le Squat de Télé-Québec, un appel avait été lancé pour trouver un nom au chien que le caricaturiste dessine à l’occasion. 

Le nom qui a été retenu est 2mètres, en l’honneur des fameux deux mètres de distance que l’on doit garder entre les personnes depuis la crise du coronavirus! Cette caricature est un clin d’œil du dessinateur et illustre bien notre peur de la COVID-19.

+

UN JEUNE FABRIQUE 250 MASQUES DE PROTECTION

Roméo, un jeune parisien de 14 ans passionné d’impression 3D a décidé d’apporter son aide à un hôpital proche de chez lui en fabriquant des masques de protection pour les soignants. Grâce à son imprimante 3D, celle de son école, et celle d’un ami, Roméo est capable de fabriquer environ 200 masques par semaine. Il s’agit de masques de protection comprenant une visière transparente en plastique et une sorte de serre-tête qui permet de les faire tenir devant le visage. Une fois les visières et serre-tête imprimés, Roméo et sa maman les assemblent puis les livrent à l’hôpital. 

Roméo souhaite maintenant en distribuer aussi aux centres pour personnes âgées, aux médecins généralistes et aux employés de supermarchés de son quartier. Bien sûr, les imprimantes de ce genre coûtent très cher et on ne peut pas tous s’en procurer, mais Roméo avait la chance d’en posséder une et il en a fait profiter les autres. Bravo Roméo! 

Roméo, un jeune parisien de 14 ans a décidé d’apporter son aide à un hôpital près de chez lui en fabriquant des masques de protection.