Le dévoilement de l’œuvre emblématique de Waterloo a connu un bon succès.

Un 150e anniversaire dignement souligné

Le 150e anniversaire de la ville de Waterloo n’est pas passé inaperçu au cours des derniers mois. Les occasions de festoyer ont été nombreuses. Et la réponse des citoyens a été bonne, se réjouit le directeur général de la Ville, Louis Verhœf.

« C’était important de souligner d’où on part et les réalisations qui ont été faites à Waterloo depuis 150 ans », a souligné le directeur général en précisant que l’objectif était aussi de susciter la fierté des Waterlois.
« Si on est capable de fêter le 375e anniversaire de Montréal, on est bien capable de fêter le 150e de Waterloo », glisse
M. Verhœf dans un sourire.
De nouvelles activités ont été initiées spécialement pour l’occasion, comme l’animation offerte durant la semaine de relâche en mars à l’école secondaire Wilfrid-Léger, mais certaines activités régulières, tels les Plaisirs d’hiver, ont pour leur part vu leur programmation bonifiée, souligne de son côté Anne Tremblay, coordonnatrice aux loisirs à la Ville de Waterloo.
La série d’activités organisées pour la Semaine du 150e, du
7 au 16 juillet, représente assurément une des pierres angulaires de cette année toute spéciale. Journées familiales, circuit patrimonial, cours pour aînés, danse dans la rue et fête foraine étaient, entre autres, au programme. « La semaine a été bien remplie et très populaire. Ça a très bien fonctionné », dit le directeur général de la municipalité.
Autre succès : le dévoilement de l’œuvre emblématique de Waterloo, baptisée Le Gardien. Cette œuvre, signée Joseph Bergot et qui représente un lion de
3,3 mètres de long par deux mètres de haut, trône maintenant au centre du parc Artria, maintenant rebaptisé parc Denise Lauzière.
La journée de l’érable, organisée en mars à la Place du centenaire avec ses douceurs sucrées offertes aux citoyens, pourrait quant à elle devenir une tradition, note M. Verhœf, qui précise qu’un budget initial de 100 000 $ a été consacré à l’ensemble des festivités.
Le grand manitou de la programmation demeure Philippe St-Denis, qui agissait comme responsable des festivités du
150e et superviseur des loisirs. Celui-ci a toutefois quitté ses fonctions à la mi-juillet vers la ville de Bromont, où il occupe désormais le poste d’agent de développement en sports et loisirs.
Pas terminé
L’année n’étant pas terminée, d’autres activités demeurent à venir, laisse savoir Louis Verhœf. « On n’a pas tout déterminé encore, mais on aimerait terminer l’année en beauté », dit-il.
Selon lui, le nouveau directeur du service des loisirs, de la culture, de la vie communautaire et des communications, Mathieu St-François, tout récemment entré en poste, sera appelé à y mettre sa touche.
Un album sera aussi produit, à l’instar de celui réalisé pour le 125e anniversaire de la municipalité. « Beaucoup de choses ont été réalisées depuis. (...) Ça permettrait de souligner la nouvelle vision de Waterloo, entre autres avec les pistes cyclables qui ont remplacé les chemins de fer. Nous sommes devenus la capitale du vélo avec trois voies cyclables qui transitent par Waterloo. Il faut le mentionner », fait valoir le directeur général.
L’album sera éventuellement accessible aux citoyens, mais les modalités ne sont pas encore connues. La Société d’histoire de la Haute-Yamaska, de même que Céline Vary, adjointe administrative à la Ville et responsable des archives locales, contribueront à sa production.