La Maison de la famille valoise entend embaucher une technicienne en éducation spécialisée quatre jours par semaine, «qui agira un peu à titre de ‘coach de vie scolaire’». Celle-ci interviendra auprès de la clientèle du préscolaire des six écoles de la MRC d’Acton Vale. L’organisme prévoit pouvoir venir en aide à une vingtaine d’enfants.

Une aide pour l’entrée à l’école

ACTON VALE — En janvier dernier, la Maison de la famille valoise a reçu une subvention de 20 000 $ du ministère de la Famille dans le cadre de son Programme de soutien financier pour favoriser la participation des parents.

Cette somme permettra à l’organisme de démarrer son projet Un premier pont, qui vise à intervenir auprès des enfants présentant une difficulté dès leur entrée à l’école. Il implique les parents dans la mise en place d’interventions positives favorables à l’adaptation à la vie scolaire, tels que les routines de sommeil, de repas et de la vie en général, ainsi que l’établissement d’une discipline positive.

« On prône vraiment une approche multidisciplinaire, fait valoir la directrice de l’organisme, Dominique Fontaine. Souvent, le rapport à l’école part de la famille, de comment les parents ont eux-mêmes vécu cette étape et comment ils la perçoivent encore aujourd’hui. On veut que leur regard soit plus positif en les accompagnant là-dedans. »

Pour ce faire, la Maison de la famille valoise entend embaucher une technicienne en éducation spécialisée quatre jours par semaine, «qui agira un peu à titre de ‘coach de vie scolaire’ ».

Celle-ci interviendra auprès de la clientèle du préscolaire des six écoles de la MRC d’Acton Vale. L’organisme prévoit pouvoir ainsi venir en aide à une vingtaine d’enfants, « ceux présentant le plus de difficultés », mentionne Mme Fontaine. « Déjà, à la fin septembre, début octobre, on sera en mesure de cibler ceux qui auront besoin d’accompagnement. »

Agir plus tôt
Un tel programme existe déjà depuis six ans pour les élèves du deuxième et du troisième cycles du primaire (de la troisième à la sixième année), indique-t-elle. Quelque 125 élèves bénéficient ainsi d’une aide personnalisée. « Mais les intervenants du milieu scolaire nous ont fait savoir qu’il faudrait une intervention beaucoup plus en amont », mentionne Mme Fontaine.

La MDFV a donc soumis sa candidature lors de l’appel de projets du ministère de la Famille, à la fin de 2018. Elle a reçu une réponse positive en janvier. La subvention est octroyée pour un an, mais l’organisme se « croise les doigts pour que l’argent soit récurrent », espère Mme Fontaine, qui estime que les besoins sont plus grands que ceux auxquels la Maison de la famille pourra répondre cette année.

La directrice de l’organisme mentionne que l’aide apportée directement aux familles dont le ou les enfants présentent des difficultés est généralement très bien reçue.

« Souvent, quand c’est l’école qui intervient directement, c’est plus menaçant pour les parents. Mais le fait que les outils soient présentés par un organisme neutre, ça passe un peu mieux, on dirait. Et puis, on est aussi là pour entendre les messages des parents et faire le pont avec l’école. » D’où le nom du projet.

Le Programme de soutien financier pour favoriser la participation des parents du ministère de la Famille octroie chaque année une aide financière aux organismes qui développent de nouveaux projets permettant de joindre les parents qui utilisent peu leurs services en leur offrant des moyens concrets de participer à diverses activités en lien avec le développement de leurs jeunes enfants. Il cible des organismes œuvrant auprès d’une clientèle de 0 à 8 ans.