Banque Laurentienne

Une approche 100 % Conseil à la Banque Laurentienne

Selon les résultats d’un sondage Léger, bien que 98% des Québécois considèrent leur santé financière importante, seulement un sur deux dispose d’un plan financier récent. Les données révèlent par ailleurs que moins de 50% d’entre eux consultent un professionnel pour les aider à prendre des décisions liées à leurs finances personnelles.

«Les Québécois se préoccupent de leur situation financière, mais trop peu d’entre eux passent à l’action en faisant appel à un expert en santé financière pour les appuyer et bien les conseiller. Peu importe la valeur de leur patrimoine, ils pourraient bénéficier de conseils financiers offerts par un professionnel», insiste Diane Pilote, Première vice-présidente, Services aux particuliers (Québec) à la Banque Laurentienne.

Toujours selon le coup de sonde mené par Léger, ceux qui font appel à l’expertise d’un conseiller dans une institution financière ne s’y trompent pas, alors que 87% indiquent que le professionnel qui les a accompagnés a contribué à améliorer leur situation. Ceux-ci font également bon usage de cet accompagnement, car 58% le font pour recevoir des conseils en matière de finances personnelles.


« Qu’il s’agisse d’épargne, d’un projet de retraite ou d’un enfant à naître, avoir une bonne santé financière peut faire toute la différence. Vous avez droit, à vos côtés, à un expert qui se montre à l’écoute de vos besoins et qui vous conseille. Plus que jamais, à travers notre réseau, vous pouvez compter sur une équipe présente pour vous. »
Diane Pilote, première vice-présidente, Services aux particuliers (Québec) à la Banque Laurentienne

De l’expertise et de la valeur ajoutée

«Tout le monde a avantage à développer le plus tôt possible de saines habitudes financières, tout comme ils le font dans d’autres sphères de leur vie. Cela commence par se faire accompagner par un professionnel pour bien comprendre sa situation personnelle avec un bilan de santé financière qui permettra de définir des stratégies personnalisées selon ses objectifs et projets de vie. Nos conseillers sont là pour aider nos clients à améliorer leur santé financière.», note Mme Pilote. L’institution continue de se démarquer en faisant le choix de s’orienter vers une approche 100% Conseil et en proposant de l’expertise et une véritable valeur ajoutée. «Car une banque, c’est d’abord un endroit où l’on développe une relation de confiance avec une personne qui nous connaît et nous aide», insiste-t-elle. 

Proche de ses clients, l’institution privilégie l’accès à des conseillers afin d’appuyer chaque client dans l’atteinte de son plein potentiel financier. La Banque Laurentienne met donc de l’avant, plus que jamais, une offre de conseils judicieux et personnalisés.  

La santé financière, une priorité

Selon la Banque Laurentienne, la santé financière doit être prioritaire. Plusieurs indicateurs militent en faveur d’une meilleure planification des finances personnelles. Ainsi, 45% des travailleurs de 25 à 44 ans ignorent le montant qu’il leur faut épargner pour maintenir leur niveau de vie à la retraite, rapporte l’organisme Question Retraite. Qui plus est, le taux d’épargne des ménages québécois peine à franchir la barre des 5% selon Statistique Canada. Comparativement à certains pays d’Asie, où ce taux atteint 30, 40 ou même 50% des revenus, c’est très peu.  

Fait intéressant, selon le sondage de Léger, il semble que les efforts pour sensibiliser la plus jeune génération à l’importance de la santé financière portent fruit. Ainsi, les jeunes sont plus nombreux à faire le premier pas vers une meilleure planification de leurs finances personnelles, puisque 83% des 25-34 ans ont établi un budget, comparé à 73% dans la population en général.
«Il n’est jamais trop tôt pour bien faire. Cette tendance est encourageante et nous allons continuer d’être présents pour aider tous nos clients à améliorer leur santé financière», fait valoir Diane Pilote.