Souhaits des Fêtes

Régina Lapointe célébrera son 101e anniversaire au temps des Fêtes !

Le 30 décembre prochain, à l’aube de 2018, la Cowansvilloise Régina Lapointe célébrera son 101e anniversaire en famille en compagnie de son fils Guy, de sa belle-fille Louise, ses deux petits-enfants et ses quatre arrière-petits-enfants. Faisant partie intégrante des festivités du temps des Fêtes, cette journée sera l’occasion de vivre d’heureuses retrouvailles au cours desquelles Mme Lapointe, toujours très alerte et à la mémoire infaillible, prendra sans doute plaisir à se remémorer les instants magiques qui ont marqué ses Noëls d’antan.

Des briques pour se réchauffer

Née le 30 décembre 1916 à West Shefford, devenu aujourd’hui Bromont, Régina est la septième d’une famille de 10 enfants. Toute petite, elle se rappelle avoir été à la messe de Minuit en calèche avec ses parents. « L’église était à quatre milles et demi de la maison. C’était une distance appréciable en calèche. Il fallait donc bien nous couvrir. Papa réchauffait des briques et les disposait dans le fond pour nous tenir au chaud, mais lorsque nous revenions de la messe, les briques avaient eu le temps de se refroidir et le froid était cinglant. Au retour, maman nous servait une collation et nous allions nous coucher. 

Noix, bonbons et oranges

Le lendemain matin, à notre réveil, nous allions tout de suite voir ce que le petit Jésus avait déposé dans les bas de Noël que nous avions suspendus la veille. Invariablement, nous y trouvions des oranges, des noix et des bonbons. Et le repas de Noël était copieux, d’autant plus que nous avions jeûné durant toute la période de l’Avent. Il y avait du poulet farci, du boudin frais, un rôti de lard et pour dessert, de la tarte aux pommes et des beignes.

Mon beau sapin !

Je me souviens aussi que nous allions couper notre arbre de Noël dans le bois près de chez nous. Nous le décorions avec des banderoles en papier de toutes les couleurs et nous fixions des chandelles aux branches. Bien entendu, nous les allumions seulement lorsque nous avions de la visite et que nous pouvions les surveiller. Et, sous l’arbre, nous installions la crèche que papa avait fabriquée et nous y déposions les petits personnages achetés au magasin général », nous confie-t-elle.

Une belle robe pour les Fêtes

Un peu plus tard, devenue adolescente, les réunions de famille ont pris de l’ampleur alors que les aînés ont peu à peu formé des couples. « C’est à cette époque que papa a fait l’acquisition de la ferme au lac Gale. Les festivités se prolongeaient et moi, qui étrennais souvent une des magnifiques robes que maman m’avait confectionné, je participais pleinement aux réjouissances, surtout avec l’arrivée du phonographe qui nous permettait d’écouter la musique des plus grandes stars du temps », ajoute la dame, bien connue à Cowansville, entre autres pour son implication bénévole à titre de fondatrice de la Popote roulante.

Des Noëls mélancoliques

À l’âge de 18 ans, la jeune femme quitte la maison familiale et entreprend, en 1937, un programme de formation de trois ans en pédiatrie-puériculture à la Crèche d’Youville, sur la rue Côte-de-Liesse à Montréal, Elle travaillera par la suite à la pouponnière de l’Hôpital Notre-Dame pendant cinq ans. De ces années où elle passe le temps des Fêtes éloignée de sa famille, elle conserve un souvenir mélancolique. « Je partageais un repas avec les compagnes avec qui j’habitais, mais, surtout à cette époque de l’année, nos familles nous manquaient beaucoup », poursuit la dame.

Balade en train

En 1945, Régina Leduc épouse un Montréalais, Aimé Lapointe. Leur fils Guy naît la même année. Deux ans plus tard, le couple s’établit à Cowansville. « Il nous est arrivé à quelques reprises de prendre le train le matin de Noël pour aller dîner dans la famille de mon mari. Quelques années plus tard, mes parents sont venus habiter chez nous et le 25 décembre au midi, ce sont eux qui invitaient famille et amis à venir célébrer avec nous », se souvient la dame, qui a travaillé pendant 20 ans à l’usine Bruck Mills.

La jeunesse fait plaisir à voir !

Veuve depuis près de 40 ans, Mme Lapointe célèbre toujours Noël en famille. « Cette année, Guy viendra me chercher le matin de Noël. Nous ferons un échange de cadeaux et nous nous attablerons pour le festin de Noël. Mes arrière-petits-enfants seront là. Ce sont des jeunes très enthousiastes et dynamiques qui font plaisir à voir », poursuit celle qui consacre encore une journée par semaine à la Popote roulante. « Je suis très fière de ce que la Popote roulante est devenue. C’est un organisme fort et en santé qui célébrera son 35e anniversaire en 2018 », conclut la dame centenaire bien de son temps. C’est pourquoi, le 30 décembre prochain, elle célébrera son 101e anniversaire en accueillant avec bonheur l’année qui s’en vient !