Planification financière et retraite

Des réponses à vos questions sur l’épargne

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Nous avons demandé à Nathalie Bachand, A.S.A., planificatrice financière chez Bachand Lafleur, groupe conseil Inc. et présidente de Question retraite, de même qu’à Nathalie Madore, directrice de la statistique et de l’analyse quantitative à Retraite Québec, et vice-présidente de Question Retraite, de répondre à nos questions concernant l’importance de l’épargne pour la retraite.

Question Retraite est un organisme de référence créé en 2003 à l’initiative de la Régie des rentes du Québec (aujourd’hui Retraite Québec), dans le but de sensibiliser les Québécois, principalement ceux âgés de moins de 45 ans, à l’importance de commencer tôt à épargner en vue de la retraite. Ce groupement public-privé à but non lucratif est composé d’une vingtaine de partenaires issus des mondes gouvernemental, financier, associatif, patronal et de l’enseignement.

Que signifie pour vous le mot épargne ?

Nathalie Bachand : L’épargne pour un jeune professionnel de 30 ans signifie espoirs, rêves et projets personnels. Notre organisme mise sur la sensibilisation des jeunes, mais aussi sur le changement de comportement face à la retraite. Notre sondage réalisé en 2016 montre que plus du tiers des travailleurs québécois perçoit ­négativement l’épargne et la plupart pense que ce n’est pas un comportement valorisé dans la société d’aujourd’hui, ce qui ne contribue évidemment pas à adopter de bons comportements en ce sens. Au contraire, plus on parle d’épargne tôt, plus on est ­gagnant. Il faut éviter de dépenser tout ce que l’on gagne et mettre des sous de côté pour son «  futur  » soi qui aura autant de ­rêves que son «  soi  » présent. Le YOLO (NDLR : you only live once ou on ne vit qu’une fois, expression populaire, surtout chez les jeunes) n’est pas à la mode quant à la ­planification financière à la retraite.

Qui sont les principaux ­acteurs de sensibilisation à l’épargne ? 

Nathalie Bachand : Les parents et les établissements éducationnels font partie des acteurs importants dans la sensibilisation à l’épargne. Maintenant, les applications mobiles viennent faciliter la gestion des finances. Écono­miser est simple, mais l’argent ne pousse pas dans les arbres et ne se déplace pas directement dans un compte REER. C’est comme une carotte dans un jardin. On cultive, on récolte et on fait des conserves pour l’hiver.

Que répondez-vous à ceux qui affirment ne pas avoir assez d’argent pour investir pour leur retraite ?

Nathalie Bachand : Il faut prendre le temps de revoir nos habitudes de dépenses. Souvent, les gens ne se sont tout simplement pas arrêtés pour planifier un peu et organiser leur situation financière.

Nathalie Madore : L’organisme Question Retraite suggère de faire un budget pour aider à découvrir les dépenses qui peuvent être réduites et transformées en épargne. C’est d’ailleurs le thème de notre campagne d’octobre : Tant que l’épargne retraite est au budget, y’a pas d’excès. 

Il y a plus de gens âgés que d’enfants. Est-ce qu’en matière de régime public de fonds de pension on se dirige vers ­l’abîme ?

Nathalie Madore : Le Régime de rentes du Québec subit évidemment une pression due au vieillissement de la population, mais les mécanismes de suivi mis en place par le gouvernement permettent de réviser régulièrement l’état de santé du Régime et de faire les ajustements requis pour que ­celui-ci puisse continuer d’offrir une protection de base en vue de la retraite. Cette protection doit toutefois être complétée par de l’épargne collective ou individuelle pour permettre à chacun de maintenir son niveau de vie à la retraite.

Québec a déjà évoqué l’idée de l’épargne salariale obligatoire. Serait-ce une bonne idée ?

Nathalie Madore : Actuellement, les Régimes volontaires d’épargne pour la retraite RVER sont en train de voir le jour. Par contre, l’épargne n’y est pas obligatoire. L’employeur doit l’offrir à ses employés. L’employeur n’est pas obligé d’y contribuer et les employés peuvent décider de s’y soustraire. C’est un bon pas en vue d’élargir la couverture des travailleurs en vue de la retraite, mais chacun reste quand même responsable de ses propres choix. Le gouvernement fédéral a proposé la bonification du Régime de pension du Canada. Québec n’a pas encore suivi et prévoit déposer un projet de loi pour améliorer également le Régime de rentes du Québec, mais l’orientation retenue n’est pas encore connue.

Quel conseil donneriez-vous à un jeune qui serait devant vous aujourd’hui en matière d’épargne ?

Nathalie Madore : Commencer tôt  ! Prendre l’habitude dès le départ et aller rencontrer un conseiller ou planificateur financier. Les gens n’ont pas besoin d’avoir beaucoup d’argent pour aller rencontrer ceux-ci. Cessons le tabou au sujet de l’argent et parlons-en ouvertement. Il n’est pas honteux de réussir dans la vie.

Une foule de conseils pertinents sont accessibles sur le site www.questionretraite.com.