Projet Le Phare

Le Québec de demain

Les enjeux liés au territoire

Les infrastructures nécessaires à la mobilité, à la densification et au développement industriel, les questions d’urbanisme, tout comme les changements climatiques qui redéfinissent les zones de danger, sont autant d’enjeux importants pour le Québec de demain. L’occupation du ­territoire est un défi majeur et soulève de nombreuses questions qui alimentent les débats de notre société québécoise.

La mobilité est une affaire délicate dans la région de Québec, tout comme dans beaucoup d’autres villes. La question d’un troisième lien entre Québec et Lévis, qu’il soit à l’est ou à l’ouest de la ville, anime les discussions depuis longtemps. Le transport en commun avec la nécessité d’un réseau structurant ne sont pas en reste. Après l’abandon du SRB, le tramway refait surface. Des décisions devront être prises prochainement, car les bouchons n’attendent pas et sont un frein au développement de la région.

La mobilité est également un enjeu à l’échelle de la province. Liaison Québec – Montréal en train à grande fréquence, en monorail ou par un train à grande ­vitesse, ainsi que le développement du parc de ­véhicules électriques sont tout autant de défis qu’il faut résoudre rapidement pour ne pas hypothéquer le Québec de demain.

La densification et l’urbanisme

Que ce soit Le Phare près des ponts de Québec, le projet de tour de 18 étages sur l’emplacement de l’église Saint-François-d’Assise dans le Vieux-Limoilou, pour ne citer que ces exemples, la volonté de densifier le territoire suscite bien des discussions. L’augmentation de la population, tout comme les questions de mobilité poussent à réfléchir à une meilleure occupation de l’espace urbain.

Le développement industriel est un autre défi urbanistique. La présence de certaines usines au cœur des zones résidentielles est de moins en moins tolérée. Les projets de développement comme l’agrandis­sement du port de Québec soulèvent des interrogations légitimes. Ces enjeux méritent un débat et les réponses qui surgiront dessineront aussi le Québec de demain.

Les changements climatiques

L’occupation du territoire est également soumise aux contraintes liées aux dangers naturels. Les changements climatiques ont une influence de plus en plus grande sur l’urbanisme. Les dernières inondations en sont un exemple éloquent. On ne peut pas ignorer ces risques sans quoi des dégâts réguliers seront ­inévitables.

Les zones de danger sont à redéfinir même si elles engendrent des désagréments et des désillusions. Cette nouvelle occupation du territoire doit aussi mieux prendre en compte la protection de la population et de ses besoins vitaux. La sauvegarde des sources d’eau comme autour du lac Saint-Charles est un autre ­exemple de défi que nous réserve l’avenir. Le Québec de demain ne peut plus occuper son territoire sans une réflexion globale de son usage.