Le Québec de demain

Les défis liés à la population

Le vieillissement de la population qui demande une réorganisation de la politique de la santé, le faible taux de chômage qui engendre une pénurie de main-d’œuvre, les multiples questions sur l’intégration des immigrants, mais aussi l’éducation et les investissements nécessaires dans ce domaine, font partie des principaux défis du Québec de demain.

En 2016, l’espérance de vie au Québec atteignait 80,8 ans pour les hommes et 84,5 ans pour les femmes. Ce taux est un des plus élevés au monde selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En l’espace d’une année, cette espérance de vie s’est accrue de sept mois pour les hommes et de quatre mois pour les femmes. Ainsi, selon une étude de l’Impérial collège de Londres et de l’OMS, d’ici 2030, on franchira les 90 ans d’espérance de vie.

Cette barrière qui semblait inatteignable il y a quelques années encore demandera un renforcement des systèmes de soins et des prestations sociales au Québec, comme dans le reste des pays développés. Soutenir les besoins multiples de cette population vieillissante, notamment dans le domaine de la santé, sera un défi important du Québec de demain, et des réformes sont nécessaires dès aujourd’hui.

Main-d’œuvre et immigration

Les chiffres pour le mois de janvier montraient qu’au Canada, il y avait un taux de chômage de 5,9 % et qu’il descendait à 5,4 % au Québec et même à 3,3 % dans la région de Québec. Cette excellente santé économique soulève un autre défi de taille : le recrutement de la main-d’œuvre et tout particulièrement de la main-d’œuvre qualifiée.

Dans certains domaines, la pénurie de travailleurs est même inquiétante. Le secteur manufacturier, les technologies de l’information tout comme la restauration, par exemple, connaissent un manque récurrent de travailleurs. Qu’elles passent par le recrutement à l’étranger ou par la formation, les solutions soulèvent des questions importantes pour le Québec de demain.

L’éducation

Pour relever ce défi de la main-d’œuvre, le gouvernement actuel du Québec a fait de l’éducation une de ses priorités. Les annonces de réinvestissements importants dans la rénovation des bâtiments scolaires sont une première étape. Toutefois, ce n’est qu’un rattrapage. Il faudra bien d’autres actions pour répondre aux besoins de demain, à commencer par la formation et le recrutement de professeurs qui commencent à manquer dans certaines disciplines.

L’école, au Québec comme ailleurs dans le monde, est au cœur des grands débats de société, mais elle est un élément fondamental pour relever les défis du futur. Le bien-être du Québec de demain passe par une formation renforcée. Toutes les réflexions et toutes les bonnes volontés sont les bienvenues et le débat doit être ouvert et constructif.