La francophonie et le développement durable

La jeunesse et les femmes au cœur du développement durable et de l’économie verte

Dans le combat que mène l’OIF pour la paix et le développement durable, chaque voix, chaque geste compte. À travers les interventions générées par tous ses programmes destinés aux jeunes et aux femmes, notamment par l’entremise de l’IFDD, l’Organisation fait le pari de la mobilité, de la responsa­bilité, de l’innovation et de la créativité. Voici quelques témoignages...

Jimmy Ung participe au Voyage Hermione 2018 Libres Ensemble…

Q  Pouvez-vous nous décrire votre expérience? 
R  J’ai eu le privilège de naviguer sur l’océan Atlantique à bord de l’Hermione, une frégate française trois-mâts avec un équipage provenant de plusieurs pays différents, représentant la diversité que l’on retrouve au sein de la Francophonie. 

Q  Qu’avez-vous appris?
R  Qu’on ne peut relever de grand défi sans travailler avec autrui. En traversant la Méditerranée ensemble, il y avait un sentiment d’unité, d’interdépendance et de liberté qui régnait entre nous tous, et je crois que nous avons pu pour un moment goûter ce à quoi l’harmonie entre les peuples peut réellement ressembler.  

Q  Quels défis avez-vous eu à relever?
R  Vivre à 80 sur un voilier, durant un mois, c’est apprendre à faire des compromis. On ne choisit pas nos confrères et consœurs, mais on peut choisir de les écouter et apprendre sur leur vision de la vie afin d’enrichir nos propres perspectives.

Q  Quelle est la suite des choses pour vous maintenant?
R  Je travaille en éducation, auprès des jeunes. La suite sera certainement de partager ce que j’ai appris lors de cette aventure maritime à propos de la nature humaine, de notre lien d’interdépendance, de l’importance de respecter la nature et notre capacité à vivre ensemble.

https://youtu.be/6_9mvcsJVbs

Jimmy Ung


«Mon projet, Can’Heat, consiste à fabriquer artisanalement un chauffe-eau solaire low-tech à partir de cannettes d’aluminium et d’autres déchets. Des occasions d’accélération nous ont été offertes lors du FIJEV et de l’Eco2Fest en 2016. Les conseils d’experts que nous avons reçus nous ont permis de renforcer notre crédibilité locale et de consolider nos choix entrepreneuriaux. Nous sommes en train d’appliquer la solution à d’autres microclimats à l’île de la Réunion et à Madagascar. Les îles francophones du bassin ouest de l’océan Indien représentent aussi, pour nous, un territoire d’expérimentation.»

Josseron Quentin, (à gauche sur la photo) lauréat du Prix Francophonie-OuiShare décerné par l’IFDD et OuiShare au FIJEV 2016

Josseron Quentin


«Mon entreprise, Togosime, s’inscrit dans la promotion et la valorisation des produits naturels togolais. Deux objectifs m’animent: améliorer la santé de la population par la consommation de ces produits et créer de la valeur ajoutée aux recettes nationales pour le développement du Togo. Aujourd’hui, on note l’éclosion de mon initiative sur le territoire par le foisonnement de jeunes entrepreneurs qui ont pour référence Togosime dans la promotion de leurs produits, les jeunes diplômés qui embrassent le secteur agricole autrefois délaissé et la population qui s’intéresse aux produits locaux.»

Lucia Allah-Assogba, lauréate du Prix jeune entrepreneur(e) francophone

Lucia Allah-Assogba


«Ivoirienne, je suis l’initiatrice de Bio-Merveilles, une entreprise sociale, verte et circulaire de promotion de produits cosmétiques et nutritionnels biologiques à base de moringa. Les produits de Bio-Merveilles sont commercialisés par l’entremise d’un réseau de femmes vulnérables afin d’améliorer leurs conditions de vie. Trois défis majeurs se posent à moi : obtenir un important financement pour augmenter ma capacité de production, trouver des grossistes au plan national et avoir des distributeurs internationaux. Mais j’ai la certitude de faire bientôt partie des entrepreneures africaines qui comptent…»

Jeannette Hodou, lauréate du concours de projet d’entreprise du FIJEV 2018

Jeannette Hodou


«Jeux Wasa crée et anime des activités ludiques, originales et formatives sur les habitudes de vie durables tant dans les entreprises que les écoles et les événements publics. Chaque anima­tion en entreprise nous permet d’offrir gratuitement une activité à une école. Notre parcours à Abidjan, lors des Jeux de la Francophonie 2017, a été incroyable. L’équipe a présenté son matériel pendant quatre jours aux juges et au public. Cela a fait en sorte que nous puissions améliorer nos activités pour d’autres contextes francophones. Partager notre vision et notre modèle d’affaires est une expérience enrichissante.»

Julie Tremblay, Sonia li Trottier et Anne-Marie Smith, Jeux Wasa, lauréat d’une médaille d’or au concours de création pour le développement durable, coorganisé par l’IFDD, aux Jeux de la Francophonie 2017 à Abidjan

Julie Tremblay, Sonia li Trottier et Anne-Marie Smith


«En tant que Volontaire internationale de la Francophonie (VIF) affectée à l’IFDD, je suis fière d’y apporter ma contribution, en appuyant l’institution dans la mise en œuvre de deux projets de l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) ayant pour objectif l’amélioration de l’efficacité énergétique dans ses États membres. J’aspire à bien réussir cette mission pour réaliser mon ambition professionnelle : devenir une experte internationale sur les questions environnementales capable d’éclairer et d’appuyer les décisions concernant ces enjeux au niveau de mon pays, Madagascar.»

Felana Rakotovao, VIF à l’IFDD

Felana Rakotovao


«Convaincue que les enjeux environnementaux offrent des occasions de lutte contre la pauvreté et de développement, j’ai contribué à coordonner l’Initiative jeunesse de lutte contre les changements climatiques des pays du sud, atteignant plus de 300 000 personnes grâce à la plateforme Média­terre de l’IFDD. Juriste en droit de l’environnement et récipiendaire ivoirienne du Mandela Washington Fellowship 2018, je souhaite intégrer les défis climatiques et environnementaux dans les secteurs clés du développement par le conseil juridique et la mise en œuvre de projets en Afrique.»

Marie-Josée Houénou, ancienne VIF à l’IFDD, en charge de l’Initiative Jeunesse de lutte contre les changements climatiques, mise en œuvre par l’IFDD et LOJIQ avec le soutien du gouvernement du Québec

Marie-Josée Houénou


«Depuis 30 ans, Madagascar se concentre, en agriculture, sur l’emploi de semences sélectionnées et génétiquement modifiées pour tenter de résister à l’aridité. La spiruline, espèce endémique du Grand Sud, est parfaitement adaptée, mais complètement ignorée. Nous souhaitons changer cela. Grâce à la spiruline endé­mique, Equitalgue vise à lutter simultanément contre les pro­blématiques alimentaires et de santé, la pauvreté et les changements clima­tiques. Les besoins en spiruline et autres micro-algues sont presque illimités et nous espérons qu’elles soient reconnues comme l’or vert!»

Erwan Rabenevanana, lauréat du concours de projet d’entreprise du FIJEV 2018. Son projet est soutenu par l’IFDD dans le cadre de l’Initiative Objectif 2030.

Erwan avec la Dr Vololonavalona RAVELO, qui a découvert la Spiruline endémique de Madagascar et qui a formé 90% des producteurs présents à Madagascar.