Jean-Sébastien Côté, de l'équipe de snocross Fromagerie St-Laurent Racing.

GRAND PRIX SKI-DOO VALCOURT 2019

Des citoyens et citoyennes très accueillants!

Chaque année, des dizaines de milliers de mordus et des centaines d’athlètes se retrouvent à Valcourt, au plus gros évènement hivernal de sports motorisés au monde. Ils viennent des quatre coins du Québec, du Canada et même des États-Unis. Bref, ça fait beaucoup de monde en quête d’hébergement!

C’est pourquoi l’organisation du Grand Prix Ski-Doo de Valcourt invite les résidents des environs à transformer leur maison, le temps d’un week-end, en gîte du passant. Plusieurs répondent à l’appel, offrant plus qu’un lit douillet et, souvent, un savoureux déjeuner… Ils sont de véritables ambassadeurs de la région et du Grand Prix!

Partager un brin d’histoire

Originaire de Valcourt, Jacqueline Dépôt connaît bien la belle histoire des motoneiges et de la famille Bombardier. Plusieurs membres de sa famille, dont son conjoint Yvon Nadeau, ont travaillé à l’usine ou y œuvrent toujours. Elle a aussi été guide-animatrice au Musée et a animé des visites chez BRP. Elle peut ainsi raconter le procédé de fabrication, d’hier à aujourd’hui!

Toutes ces connaissances, elle et son conjoint les partagent de bon cœur aux visiteurs qui sont hébergés chez eux le temps du Grand Prix Ski-Doo. « Ç’a commencé alors que nous avions notre ferme, à Maricourt, située tout près de la piste. C’était facile d’y aller à motoneige, et on a commencé à accueillir des visiteurs. Quand on a déménagé sur le chemin de l’Aéroport, à Valcourt, on avait encore l’espace pour recevoir des gens. On a accueilli des gens d’un peu partout, dont plusieurs sont revenus d’année en année, appréciant le fait d’être ensemble et chez des gens de la place : c’est la meilleure façon d’avoir le pouls de la région. J’ai d’ailleurs beaucoup de fierté à raconter l’histoire de notre ville. J’aime partager avec ces gens, même si je ne parle pas très bien l’anglais! » raconte Jacqueline.

Depuis une vingtaine d’années, plusieurs personnes ont ainsi goûté à l’hospitalité du charmant couple. « On donne beaucoup, mais on reçoit aussi énormément », note celle qui assiste aux courses. « Maintenant, j’y vais surtout le dimanche, mais mon mari est là pendant les deux jours », ajoute cette dame très engagée dans sa communauté.

Faire partie de l’équipe

Président du club de motoneige Les Pionniers de Valcourt, Mario Côté sera bientôt retraité de BRP où il a mené une belle carrière comme technicien-concepteur pendant 30 ans. Les Ski-Doo, il connaît donc ça! En compagnie de son épouse Denise Émond, il partage son amour de la motoneige à des participants du Grand Prix Ski-Doo, leur ouvrant les portes de la maison depuis plusieurs années.

« Les équipes de course veulent être proches de la piste, puisqu’elles arrivent de bonne heure sur le site et veulent pouvoir se coucher tôt une fois la journée terminée. Ce sont d’ailleurs des convives très tranquilles! »

Mario et Denise sont de fidèles spectateurs du Grand Prix Ski-Doo. « De recevoir ces gens chez nous, c’est une autre façon de vivre l’événement. Ils nous parlent de leur défi comme compétiteurs, comment ç’a été durant la journée, les conditions de la piste, etc. C’est très intéressant. Ça nous met encore plus dans l’esprit du Grand Prix! Je n’ai jamais fait de compétition, c’est donc à travers ce qu’ils vivent que j’ai découvert les coulisses du monde de la course. »

 Mario s’occupe de leur préparer un déjeuner copieux, et Denise voit à ce que les chambres soient belles, propres et accueillantes. « C’est vraiment pour l’expérience unique qu’on le fait. On n’a pas l’ambition de transformer notre maison en gite à l’année!»

Depuis qu’il s’est lancé dans l’aventure, il y a plus de 10 ans, le couple a toujours accueilli l’équipe Fromagerie Saint-Laurent Racing, du Lac-Saint-Jean. « On reçoit sept personnes. Depuis le temps, il s’est tissé des liens entre nous, ils font en quelque sorte partie de la famille. On communique même via Facebook », ajoute Mario. François St-Laurent, de l’équipe de course, de préciser : « Pour nous, c’est l’idéal : on se sent comme chez nous. « C’est tellement plus agréable qu’à l’hôtel! Mario est un vrai passionné, on pourrait jaser Ski-Doo pendant des heures! Et que dire de ses déjeuners : c’est la bonne odeur du bacon qui nous réveille! »

Pour en savoir plus, consultez le cahier spécial préparé par La Tribune en cliquant ici.